Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 07.01.2016

 

À LA UNE

Agressions sexuelles à Cologne : la police enquête

La police a identifié quatre suspects pour l'instant. (© picture-alliance/dpa)

 

Plus de 100 plaintes relatives à la nuit de la Saint-Sylvestre sont déjà parvenues à la police de Cologne. Les plaignantes déclarent avoir été sexuellement harcelées et détroussées par des hommes "d'apparence nord-africaine et arabe". Certains commentateurs imputent la responsabilité de ces évènements à la politique migratoire libérale de la chancelière allemande. D'autres estiment que cette soudaine préoccupation pour la sécurité des femmes n'est que du racisme déguisé.

Novinar - Bulgarie

Merkel est aussi responsable des agressions

Les agressions sexuelles envers des femmes lors du réveillon du Nouvel An à Cologne seraient la conséquence d'une politique allemande trop libérale en matière de réfugiés, selon le quotidien Novinar : "Aucune femme ne mérite d'être le gibier d'Africains ou d'Arabes. Mais n'est-ce pas une femme qui a ouvert la chasse ? Merkel est devenue le symbole de la naïveté libérale. Elle ne comprend pas que sa chansonnette 'bienvenue aux réfugiés' finit mal. … A présent, il importe de ne pas verser dans le dénigrement des réfugiés, de bien peser ses mots et de ne pas offenser les personnes africaines et arabes en quête d'une vie meilleure. Cette condition remplie, nous devrions offrir des fleurs à nos femmes, nous agenouiller devant elles et leur dire : 'Nous regrettons que vous deviez vivre en Europe avec de pareils hommes, en ces temps difficiles.' Mais si nos femmes ont le cœur au bon endroit, elles ne nous le pardonneront jamais tant que nous n'aurons pas rétabli l'ordre dans nos pays." (06.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Jyllands-Posten - Danemark

Le danger émanant d'hommes de cultures étrangères

Les évènements survenus à Cologne le soir de la Saint-Sylvestre trahissent l'échec de l'intégration, estime le quotidien libéral-conservateur Jyllands-Posten, qui dresse un parallèle avec le Danemark : "Nul ne peut savoir si les évènements de Cologne nous donnent un avant-goût de ce qui nous attend au Danemark, mais il y a matière à s'inquiéter car ici aussi, on a longtemps ouvert les portes à des personnes dont les comportements sont bien différents de ce que nous estimons être correct. On redoute que dans notre pays aussi, on ait essayé d'étouffer le problème. Mais la situation est irréversible. Se trouve dans le pays une masse de jeunes hommes frustrés provenant de cultures étrangères qui souvent glorifient la violence. C'est une réalité à laquelle les autorités et la population doivent réagir, et dans laquelle toute une génération de politiques doit reconnaître sa part de responsabilité." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Spiegel Online - Allemagne

Ils ont bon dos, les droits de la femme !

Il y a une grande hypocrisie dans les appels lancés sur les réseaux sociaux à se rendre à Cologne - suite aux attaques - pour protéger les femmes, estime le blogueur Sascha Lobo sur le portail Spiegel Online : "Lorsque ceux-là même qui, tout le reste de l'année, exigent des femmes qu'elles boutonnent leur décolleté, se font subitement les chantres des droits de la femme, il y a lieu de parler de racisme instrumentalisé. Cet intérêt soudain pour les droits de la femme est simulé, et il n'est autre qu'un prétexte pour légitimer leur propre racisme. La minimisation de la violence sexuelle est omniprésente et profondément enracinée dans la société et dans la culture, y compris en Allemagne. L'agression de femmes par des hordes d'hommes à Cologne serait une occasion fort opportune de regarder cette réalité en face et de comprendre pourquoi une grande partie de l'opinion allemande se désintéresse scandaleusement des violences sexuelles, sauf quand elles sont le fait d'hommes 'd'apparence nord-africaine ou arabe'." (06.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Kurier - Autriche

La société minimise les agressions sexuelles

Le harcèlement sexuel à grande échelle perpétré à Cologne dans la nuit de la Saint-Sylvestre illustre un problème longtemps négligé, écrit le quotidien libéral Kurier : "Si aux Etats-Unis, la notion de 'street-harassment' entre lentement dans les consciences, l'espace germanophone n'a même pas de terme adéquat pour le désigner. Harcèlement ? Cela reste à l'appréciation de l'observateur. Sans mot pour désigner le problème, il n'y a pas de problème, et donc pas de prise de conscience. Le débat soulevé en Autriche par le paragraphe consacré au 'tripotage' [paragraphe 128 du code pénal autrichien] illustre précisément qu'il n'y a à ce jour pas de consensus dans la société pour dire qu'il s'agit d'une agression sexuelle, d'un délit. Ceci explique peut-être aussi pourquoi à Cologne, la police n'a initialement pas vu le problème. … Les femmes doivent s'accommoder à tout moment de la possibilité de ce genre d'actes : s'il n'en était pas ainsi, comment expliquer que les cours d'autodéfense pour les filles figurent au programme scolaire ? Pourquoi est-il normal que les parents envoient leur fille à ces cours ? Parce qu'il serait irresponsable de ne pas le faire, cela pourrait même mettre leur vie en danger. Telle est la réalité dans notre Occident." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Neue Zürcher Zeitung - Suisse

La Chine continuera de protéger la Corée du Nord

La Corée du Nord a annoncé mercredi le succès de son premier test de bombe à hydrogène. Une annonce qui a suscité les récriminations et les menaces des Etats-Unis et de la Corée du Sud. Pékin continuera malgré tout de protéger Pyongyang, estime le quotidien libéral conservateur Neue Zürcher Zeitung : "La patience des Chinois est à bout, car ils ne peuvent eux non plus se sentir à l'aise, à côté d'un voisin qui amorce des bombes H sans le moindre avertissement. A ceci s'ajoute le fait que les rapports quasi amicaux entretenus avec le régime de Kim Jong-un se sont rafraîchis. Jusqu'à maintenant, Pékin était prête à payer le prix fort pour le risque sécuritaire dans le pays voisin, désireuse d'éviter à tout prix un effondrement de la Corée du Nord. Car ceci donnerait aux Américains, l'allié le plus proche de la Corée du Sud, la possibilité d'étendre sa sphère d'influence dans la région jusqu'à la frontière chinoise. … Il est donc fort probable que Pékin continue de faire le dos rond, et que ce petit jeu incendiaire se poursuive." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Corriere della Sera - Italie

Le monde a oublié de surveiller Kim Jong-un

L'Occident a complètement sous-estimé le risque émanant de la Corée du Nord, déplore le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : "Guidée par les Etats-Unis, la communauté internationale s'est focalisée sur le contrôle du programme nucléaire iranien, destiné selon Téhéran à un usage purement civil. Entre-temps, Pyongyang a augmenté son arsenal et dispose de 20 têtes nucléaires, à en croire des sources chinoises. Mais à la différence du gouvernement de Téhéran, Kim Jong-un ne rate pas une occasion de dire à qui veut l'entendre qu'il compte utiliser ses armes de destruction massive pour anéantir les villes d'Amérique et, au besoin, Séoul et Tokyo. Et si l'on peut raisonnablement exclure que la théocratie iranienne ait l'intention de recourir à l'arme nucléaire pour se suicider, en s'exposant à une frappe de représailles qui effacerait toutes ses villes des cartes, Kim Jong-un pour sa part semble guidé par une folie suicidaire dirigée non pas contre lui-même, mais contre son propre pays." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

The Independent - Royaume-Uni

La décision de Cameron rend un Brexit plus probable

Dans le contexte du référendum sur le Brexit, le Premier ministre britannique David Cameron a laissé mardi aux membres de son cabinet toute latitude de choisir s'ils étaient pour ou contre un maintien du pays dans l'UE. Par cette manœuvre, il a renforcé le camp des opposants à l'UE, critique le quotidien de centre-gauche The Independent : "Cameron a affaibli sa propre position en laissant entendre qu'il quitterait Downing Street peu après le référendum, quelle qu'en soit l'issue. … Même si le pays décidait de rester dans l'UE - espérons que ce sera le cas - une majorité des pontes du parti Tory pourraient s'y opposer. Ceci augmente les probabilités que le prochain chef de file des conservateurs soit issu de ce bord. Une pensée qui pourrait suffire à inciter la ministre de l'Intérieur, Theresa May, ou le maire de Londres, Boris Johnson, - poids lourds en politique - à appuyer le camp du non." (06.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Sabah - Turquie

Les Kurdes de Turquie veulent bel et bien leur propre Etat

Le président turc Tayyip Erdoğan a demandé ce week-end la levée de l'immunité du coprésident du parti pro-kurde HDP, Selahattin Demirtaş. Ce dernier est actuellement sous le coup d'une enquête judiciaire après avoir déclaré il y a quelques semaines, dans le cadre d'une conférence, que l'existence d'un Etat kurde était envisageable au siècle prochain. Des propos qui dévoilent les véritables objectifs des Kurdes, souligne le quotidien pro-gouvernemental Sabah : "Devant la moindre caméra qui se présente à eux, les députés HDP louent le mérite démocratique de l'autonomie et réclament son introduction. … Avec ce discours sur l'autonomie, le PKK promeut un agenda séparatiste par le biais du HDP. Le PKK et le HDP se comportent d'une façon qui laisse envisager une éventuelle partition du pays. … Ils tentent à nouveau d'avancer ensemble. En racontant leurs jolies fables d'autonomie, ils s'efforcent d'accomplir leur idéologie séparatiste. La prudence est de mise !" (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Novi list - Croatie

Les 'réformateurs' croates, conservateurs 'hardcore'

Près de deux mois après les élections législatives en Croatie, le litige autour de la formation d'une coalition gouvernementale perdure. L'alliance électorale libérale Most, arrivée troisième du scrutin et devenue ainsi l'arbitre des négociations de coalition, se révèle n'être qu'un ramassis de conservateurs radicaux, fulmine le quotidien de centre-gauche Novi list : "Dans les négociations avec le parti conservateur HDZ, le petit parti Most revendique avec virulence le contrôle de l'appareil sécuritaire. Récemment encore, ses cadres se limitaient à jouer les jeunes ingénus et à se présenter en ardents réformateurs. La volonté d'attribuer le poste de futur Premier ministre à l'expert sans étiquette Tim Orešković laissait penser que l'on avait seulement affaire à une version 'light' du HDZ. Mais ses leaders affirment désormais vouloir contrôler la police, les services secrets et la justice, ce qui met de plus en plus clairement en évidence leurs relations et leurs liens avec les anciennes structures nationalistes des services secrets des années de guerre - la décennie 1990. Most est en fait une variante 'hardcore' du HDZ et cela ne présage rien de bon." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

RÉFLEXIONS

El País - Espagne

L'axe USA-Europe plus menacé que jamais, par Ian Bremmer

L'affaiblissement de l'alliance forgée entre les Etats-Unis et l'Europe devrait se poursuivre en 2016, redoute le politologue Ian Bremmer dans le quotidien de centre-gauche El País : "Les divisions entre les Etats-Unis et l'Europe se manifesteront cette année sur les questions de l'Ukraine et de la Syrie. Les premiers défendront leurs principes, à savoir le maintien des sanctions contre le Kremlin jusqu'à ce que l'Ukraine se libère de l'emprise de Poutine, et l'appel au départ de Bachar Al-Assad en Syrie. Les Européens, qui souffrent des conséquences directes des deux conflits, privilégieront le pragmatisme. L'UE assouplira certainement les sanctions vis-à-vis de la Russie et choisira un à un ses ennemis en Syrie. Les Etats-Unis et l'Europe ont plus de points communs entre eux qu'avec la Chine, mais la dégradation des rapports transatlantiques signifie que cet aspect perdra de son importance à l'avenir aussi ; les réalités économiques auront plus de poids que les valeurs. C'est regrettable, car cette alliance, en dépit de tous ses défauts, a contribué plus que toute autre dans l'histoire à promouvoir la démocratie, la liberté d'expression et l'Etat de droit." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Diário Económico - Portugal

Le revers de la chute du prix du pétrole

En dépit de la dégradation de la crise entre les pays producteurs que sont l'Arabie Saoudite et l'Iran, la chute du prix du pétrole se poursuit. Si les consommateurs et les entreprises se réjouissent de cette baisse, ils pourraient rapidement déchanter, prévient le quotidien économique libéral Diário Económico : "En juillet 2008, le prix du pétrole atteignait un niveau record : 146,08 dollars le baril de Brent. Après ce record historique, personne n'aurait pu s'imaginer que le prix du baril ne serait plus que de 34,26 dollars aujourd'hui. … Une évolution dont se réjouissent les consommateurs et les entreprises. Pourtant, si l'on regarde les choses de plus près, on constate qu'il existe de nombreuses entreprises qui exportent vers des pays producteurs de pétrole comme l'Angola et le Brésil et qui connaissent actuellement une importante détresse financière et une grande période d'incertitude stratégique. Le chômage et la faillite toucheront ceux qui ne parviendront pas à s'adapter rapidement à cette nouvelle donne." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Göteborgs-Posten - Suède

Créer des petits boulots pour les réfugiés en Suède

La Suède est le pays de l'UE qui a accueilli l'année dernière le plus grand nombre de réfugiés par rapport à la taille de sa population. Le quotidien libéral Göteborgs-Posten se demande comment trouver un emploi à ces personnes, souvent sans qualification, et évoque le modèle des "minijobs" allemands : "Une possibilité pourrait être de créer des petits emplois que l'on puisse occuper tout en continuant à bénéficier d'un soutien financier. Ceci permettrait de garantir l'incitation au travail. Le soutien de l'Etat pourra alors être interrompu dès que l'employé occupe un emploi suffisamment rétribué. Les 'minijobs' pourraient-ils fonctionner aussi en Suède ? Le modèle allemand est-il préférable à d'autres alternatives ? L'idéal serait que le gouvernement suive la recommandation du Conseil politico-financier et mette en place une commission de crise. Une commission chargée de trouver les moyens d'améliorer l'intégration et de créer un secteur d'emplois faiblement rémunérés. La Suède ne peut se permettre qu'un nombre croissant de personnes restent durablement exclues du système." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Adevârul - Roumanie

Pourquoi les Roumains raffolent des théories du complot

Depuis des semaines, une rumeur selon laquelle le président roumain Klaus Iohannis aurait 'ordonné' l'incendie qui a dévasté fin octobre la discothèque Colectiv à Bucarest circule sur les réseaux sociaux. Cet incendie avait déclenché de grandes manifestations et entraîné un changement de gouvernement. Sur son blog hébergé par le quotidien conservateur Adevărul, le spécialiste des médias Doru Pop se demande pourquoi le conspirationnisme va bon train en Roumanie : "Les Roumains veulent toujours tout expliquer par un complot historique. C'est ainsi qu'on raconte que Nicolae Ceauşescu aurait été renversé par des 'agents'. Ce genre de théories du complot sont toujours l'expression de l'irrationalité d'une société. A ceci s'ajoute que nous autres Roumains sommes un peuple enclin à la superstition, aux explications ésotériques et aux justifications tirées par les cheveux. Un peuple primitif, qui croit encore à la magie et à la cartomancie, est capable de tout gober. Les gens se laissent berner parce qu'ils ont besoin d'une explication à tout - y compris à ce qui est incertain et incompréhensible." (06.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

MÉDIAS

Charlie Hebdo - France

Charlie Hebdo n'est pas près de crever

Un an après les attaques terroristes perpétrées contre la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, le caricaturiste Riss, rescapé de la fusillade et nouveau directeur de la publication, explique dans l'éditorial de cette semaine ce qui donne au journal l'énergie de continuer : "C'est tout ce qu'on a vécu depuis vingt-trois ans qui nous en donne la rage. Jamais on n'a eu autant envie de casser la gueule à tous ceux qui ont rêvé de notre disparition. Ce ne sont pas deux petits cons encagoulés qui vont foutre en l'air le travail de nos vies, et tous les moments formidables vécus avec ceux qui succombèrent. Ce n'est pas eux qui verront crever Charlie. C'est Charlie qui les verra crever. L'année 2015 fut l'année la plus terrible de toute l'histoire de Charlie Hebdo, car elle fit subir le pire supplice pour un journal d'opinion : mettre à l'épreuve nos convictions. Allaient-elles être suffisamment fortes pour nous donner l'énergie de nous relever ? Vous avez la réponse entre vos mains. Les convictions des athées et des laïcs peuvent déplacer encore plus de montagnes que la foi des croyants." (06.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Proto Thema - Grèce

Les mensonges de Tsipras n'intéressent plus personne

L'édition dominicale du journal grec Real News, qui comportait un grand entretien avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, a fait un bide en kiosques. De l'avis de l'hebdomadaire libéral Proto Thema, les citoyens ne s'intéressent plus du tout à ce que dit Tsipras : "Le journal qui a publié l'interview de Tsipras s'est vendu à très peu d'exemplaires. La même chose s'est produite le mois dernier pour la télévision publique ERT : les téléspectateurs ont boudé l'interview accordée par le Premier ministre. … Il y a quelques mois encore, le seul fait d'apprendre qu'un média publierait un entretien avec le Premier ministre aurait mis en émoi l'ensemble du monde journalistique. … Il est évident que les répercussions des mensonges monstrueux que les cadres de Syriza ont servis au peuple grec commencent à se faire ressentir." (07.01.2016)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu