Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 30.11.2015

 

À LA UNE

COP21 : proposer ou imposer ?

Selon les scientifiques, la hausse moyenne des températures mondiale devra se limiter à deux degrés d'ici 2100 pour que les effets du changement climatique restent gérables. (© picture-alliance/dpa)

 

Dans le cadre de la conférence sur le climat de Paris, la communauté internationale discutera des moyens d'enrayer le réchauffement de la planète. Les Etats n'ont pas tous les moyens de s'engager à respecter des objectifs climatiques contraignants, rappellent certains commentateurs. D'autres estiment que la conclusion d'un accord pourvu d'un mécanisme de sanctions pourrait restaurer la confiance des citoyens dans la politique.

Der Standard - Autriche

Les engagements informels seront sans effets

Une protection du climat consentie sur une base volontaire est loin d'avoir la valeur d'un accord contraignant, écrit le quotidien de centre-gauche Der Standard : "On peut se demander si cet accord climatique tant loué qui clôturera ces quelque deux semaines aura la moindre crédibilité. La tendance au 'volontariat' observée depuis un certain temps dans la politique internationale de protection du climat risque de montrer ses effets pervers dans les années à venir. Car il n'y aurait pas non plus de mécanismes de contrôle, soumis au droit international, des données nationales relatives aux émissions de gaz à effet de serre. Ni non plus de sanctions possibles lorsque les Etats ne respectent pas les consignes. La protection internationale du climat, à la merci de l'agenda politique de chaque pays, deviendrait bien aléatoire." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Libération - France

COP21 : restaurer la confiance dans la politique

A Paris, la confiance des citoyens dans la politique est en jeu, estime le quotidien de centre-gauche Libération, qui réclame un accord climatique contraignant : "Les grands de ce monde en surchauffe ont une responsabilité d'autant plus cruciale sur ce point que le hasard tragique et les excès qui commencent à poindre sous prétexte d'état d'urgence ont empêché la société civile, en dehors de chaînes humaines très méritoires, de faire pacifiquement pression sur la réunion du Bourget. Si la COP 21 se termine sans accord, ou avec un accord sans contrainte, elle apparaîtra comme une simple opération de greenwashing politique. Le discrédit des dirigeants, des élus, de la politique en sera encore accentué. Dans cette triste hypothèse, le name and shame ('désigner et faire honte') qu'on ne manquera pas de prononcer ne sera pas réservé à quelques récalcitrants de la cause du climat. Il flétrira la démocratie elle-même." (29.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Dziennik Gazeta Prawna - Pologne

Les objectifs ambitieux ne sont pas à la portée de tous les pays

Il serait absurde de vouloir appliquer avec dogmatisme les mêmes objectifs climatiques à tous les pays, fait valoir l'expert en énergie polonais Filip Elżanowski. Dans une tribune au quotidien conservateur Dziennik Gazeta Prawna, il aborde les problèmes spécifiques à son pays : "Sur le fond, un accord devrait en tout premier lieu tenir compte des particularités des situations individuelles, des spécificités, des besoins et des possibilités des différents pays, de manière flexible et au cas par cas. Il faut notamment avoir des égards pour les pays moins développés. … La Pologne est quasi-exclusivement tributaire du charbon dans sa production énergétique. C'est pourquoi toutes les demandes de réduction des émissions soulèvent de grandes controverses dans notre pays. La réduction des émissions de gaz à effet de serre envisagée par l'UE est déjà un poids pour nous." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

The Times - Royaume-Uni

Changement climatique : des craintes infondées

Les politiques et les activistes qui mettent en garde contre les dangers du changement climatique cèdent à un alarmisme infondé, critique Matt Ridley, journaliste eurosceptique et membre de la Chambre des Lords britannique, dans le quotidien conservateur The Times : "Les 40 000 personnes qui se rassembleront à Paris les douze prochains jours sont convaincus que le climat nous réserve des catastrophes d'ici la fin du siècle si nous ne réduisons pas les émissions de gaz à effet de serre. … En ceci, ils ne sont pas sur la même longueur d'ondes que les scientifiques. Dans une étude publiée par l'American Meteorological Society en 2012, 52 pour cent de ses membres seulement estimaient que le changement climatique était lié à des facteurs anthropiques, tandis que 34 pour cent d'entre eux seulement y voyaient une menace réelle pour la planète. … Sommes-nous certains de ne pas réagir de façon démesurée ?" (29.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Tages-Anzeiger - Suisse

Réfugiés : l'UE paie pour se désolidariser des migrants

Lors du sommet extraordinaire qui s'est tenu ce week-end, l'UE et la Turquie se sont mises d'accord sur une coopération en vue de juguler la crise des réfugiés. La Turquie s'engage notamment à mieux contrôler ses frontières. En contrepartie, l'UE promet de relancer les négociations d'adhésion du pays et de libéraliser la délivrance de visas pour les ressortissants turcs à partir de l'automne 2016. Le quotidien de centre-gauche Tages-Anzeiger pointe un arrière-goût désagréable : "Dans ses grandes lignes, l'accord passé entre l'UE et la Turquie va dans le bon sens. … Mais il reste vague sur un point crucial : définir combien de demandeurs d'asile syriens se trouvant dans des camps de réfugiés turcs les Etats de l'UE pourraient directement prendre en charge si les dirigeants à Ankara remplissaient leur partie du contrat, à savoir rendre la frontière hermétique. Un engagement concret de la part des Européens aurait pu dissiper la fâcheuse impression que l'on veut s'affranchir de la solidarité avec les réfugiés en déboursant des milliards." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Liberal.gr - Grèce

Réfugiés : l'UE capitule face à la Turquie

L'accord entre l'UE et la Turquie sur la question des réfugiés occulte complètement les intérêts de la Grèce et de Chypre, souligne le site Liberal.gr : "Il s'agit d'une défaite cuisante pour la politique européenne que mènent depuis des décennies les deux pays vis-à-vis d'Ankara. … Athènes doit désormais se contenter d'observer 'l'invasion' turque à Bruxelles, sans que ne soient garantis préalablement la reconnaissance de la république de Chypre et le respect de sa souveraineté. … Par ailleurs, les propositions du gouvernement grec quant à la résolution du problème des réfugiés sont directement passées à la poubelle. … Mus par la panique et la peur d'un afflux incontrôlé de réfugiés en Europe, les grands partenaires européens, menés par leur leader Jean-Claude Juncker, ont transformé le sommet d'hier en capitulation sans condition face à la Turquie d'Erdoğan : ils ont satisfait à toutes les exigences d'Ankara quant au cap européen de la Turquie." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Corriere della Sera - Italie

Du bien fondé de l'interdiction de manifester à Paris

Ce week-end à Paris, en marge de la COP21, des milliers de personnes sont descendues dans les rues, malgré l'interdiction de manifester. Il y a eu des affrontements avec la police place de la République. Les dispositions prises dans le cadre de l'état d'urgence décrété depuis les attentats parisiens doivent être respectées, estime le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : "La guerre n'est pas une vue de l'esprit. Si les sirènes qui précipitaient jadis les citoyens dans les abris antiaériens pouvaient être interprétées comme un symbole de l'état d'urgence étouffant, elles n'empêchaient pas pour autant les bombes de s'abattre sur les villes. C'était la guerre. Une autre guerre, mais une guerre comme celle que connaît Paris depuis le 13 novembre. Et si les autorités françaises interdisent une manifestation dans le cadre du sommet sur le climat à Paris, elles n'étouffent pas un droit inaliénable, mais prennent des mesures de protection élémentaires. Une mesure de guerre - même s'il faut utiliser le mot avec prudence et ne pas attiser le climat par des déclarations belliqueuses impudentes et irresponsables." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

RÉFLEXIONS

Expresso - Portugal

L'hystérie face au terrorisme, par Daniel Oliveira

Dans le sillage des attentats de Paris, le chroniqueur Daniel Oliveira constate une hystérie sécuritaire qui s'est emparée de l'Europe. Dans l'hebdomadaire libéral Expresso, il met en garde contre ses conséquences : "Que je me souvienne, au lendemain du 11 septembre, aucune ville des Etats-Unis ne ressemblait à Bruxelles ces derniers jours. Le climat d'hystérie qui règne en Europe est tout à l'image de sa faiblesse politique. Les Etats membres de l'UE se sont engagés dans une compétition en matière de politique de sécurité qui semble être sans fin, car personne dans l'opposition politique et la société civile n'est en mesure de mener un débat raisonné sur le sujet. Le massacre médiatique auquel on assiste depuis 15 jours empêche ces débats. Personne ne réfléchit ; et ceux qui le font, bouleversés par l'émotion et paralysés par la peur, ne disent pas ce qu'ils pensent. … C'est dans un climat similaire qu'ont été décidés les camps de prisonniers de Guantánamo, avec ses arrestations en toute illégalité, que les Etats-Unis se sont mis à espionner leurs alliés et qu'ils ont avalisé le Patriot Act - et que l'on a semé en Irak la graine du chaos qui a mené à l'émergence et à la croissance de Daech." (28.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

El País - Espagne

Pour un urbanisme favorable au climat, par Javier Solana

Près de 70 pour cent des émissions de gaz à effet de serre sont générés par les grandes villes, rappelle Javier Solana, ex-Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE, dans le quotidien de centre-gauche El País. Il préconise un urbanisme plus efficace : "L'urbanisation a une incidence sur les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi sur l'économie. Une étude comparant Atlanta et Barcelone l'illustre clairement : les deux villes ont à peu près le même nombre d'habitants, mais les émissions de dioxyde de carbone par habitant d'Atlanta dépassent celles de Barcelone d'un facteur de six. La raison principale de cet état de fait réside dans l'étalement urbain : les zones construites à Atlanta occupent douze fois plus de territoire que celles de Barcelone. Pour cette raison, et compte tenu de la croissance des nouvelles villes dans les pays émergents ou en développement, un rôle important échoit à l'urbanisme. Des villes denses et bien desservies par les réseaux de transport réduisent l'utilisation généralisée de véhicules privés, les émissions, la congestion et la pollution atmosphérique. Par ailleurs, d'autres études montrent qu'un urbanisme efficace permettrait aux villes de réduire les investissements dans les infrastructures urbaines de plus de 3 000 milliards de dollars sur les 15 prochaines années." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Kristeligt Dagbladet - Danemark

Achats de Noël et protection du climat : le hic

A l'approche des fêtes de fin d'années, les achats de Noël ont commencé pour beaucoup de personnes en Europe. Dans ce contexte, le quotidien de sensibilité chrétienne Kristeligt Dagblad appelle à la modération, notamment dans une optique de protection du climat : "Tandis que les Danois, les autres Européens et les Américains entassent appareils électroniques et objets design et que les sites Internet sont dépassés par les commandes sur Internet, les dirigeants de ce monde sont réunis à Paris pour tenter de réduire la pollution de l'environnement, dans l'espoir de freiner le réchauffement de la planète. C'est déjà en soi un paradoxe. Cela crève les yeux : les habitudes de consommation occidentales sont incompatibles avec un mode de vie plus favorable au climat. … Peut-être serait-il bon de réfléchir à deux fois avant de foncer tête baissée dans ses achats de Noël. Parce que l'on peut faire tout autant d'heureux en offrant un cadeau que l'on a soi même fait de ses mains, un objet de deuxième main ou la promesse d'une visite." (28.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Le Soir - Belgique

Daech, le pouvoir et l'argent pour attirer la jeunesse

Après une semaine d'alerte maximale en Belgique, le quotidien libéral Le Soir appelle à combattre les causes du terrorisme plutôt que de réagir à ses symptômes : "Nous sommes passés dans une ère nouvelle, qui postule que nous allons côtoyer le danger qui peut survenir à tout moment dans notre quotidien. Il faudra donc vivre comme si de rien n'était, tout en sachant que le pire est possible, et accepter une série de mesures et de contrôles … Ce n'est pas une guerre de religion qui est à l'œuvre, mais la lutte contre une barbarie qui manipule une religion et la crise d'identité et d'adolescence de jeunes gens perdus, au service des desseins de Daech plus terre à terre (argent, pouvoir) que spirituels. Si le dispositif sécuritaire est indispensable à court terme, c'est le champ de l'espoir (emploi, épanouissement, respect) offert par nos sociétés que nous devons retravailler." (28.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

T24 - Turquie

Assassinat du bâtonnier de Diyarbakır

Tahrir Elçi, célèbre militant de la cause kurde et bâtonnier de la ville de Diyarbakır, dans le sud-est de la Turquie, a été abattu samedi en pleine rue, alors qu'il donnait une conférence de presse. Selon le ministre turc de l'Intérieur Efkan Ala, il s'est agi d'une fusillade au cours de laquelle un policier a également perdu la vie. Une version que contredit le journal en ligne libéral T24, qui évoque un meurtre commandité : "Des dizaines de coups de feu ont été tirés et des dizaines de personnes se trouvaient sur les lieux du crime, mais Tahir Elçi aurait été atteint de façon tout à fait 'fortuite' par une seule balle mortelle. L'auteur de l'assassinat est connu. Mais officiellement, son identité ne sera pas révélée. … Tahir Elçi était un homme de droit, qui n'hésitait pas à critiquer le PKK et à défendre la paix. Il était une colombe modérée, honnête et fidèle à ses principes sur un pont qu'auraient dû s'efforcer de protéger les deux camps pour préserver un espoir de paix dans le pays. Les démons viennent de détruire ce pont, de sorte qu'il ne reste plus de marge de manœuvre aux deux camps et que personne ne puisse plus espérer la paix." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Ziare - Roumanie

Roumanie : l'organisation mafieuse des offices publics

La direction de l'office roumain de prévention des catastrophes a été suspendue vendredi. Les fonctionnaires de ce service nient avoir été au courant des carences de sécurité dans la discothèque Colectiv, qui a été dévastée fin octobre par un incendie lors duquel 60 personnes ont perdu la vie. Or le travail d'investigation des médias contredit la version présentée par les membres de l'office. Le portail Ziare fait part de sa profonde déception : "Ce qui s'est passé à Colectiv ne déroge pas à la règle en matière de normes de sécurité. De nombreuses instances en charge de la sécurité en Roumanie sont dotées de structures mafieuses et vivent du racket qu'elles exercent sur les entreprises publiques et privées. Les inspecteurs sont profondément corrompus, et la complexité de la réglementation et de la bureaucratie n'a pour autre but que de contraindre les citoyens à verser sans arrêt des pots-de-vin. … L'incendie de Colectiv a révélé tout ceci - le système de pots-de-vin, les accords illégaux, les 'protections' monnayées au directeur des pompiers. Des pratiques qui ont coûté la vie à de nombreuses personnes." (28.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Sme - Slovaquie

Au marché de Noël de Prague, une peur absurde des attentats

Par peur d'un attentat terroriste, le grand sapin du marché de Noël de Prague n'a pas été solennellement illuminé par la mairesse de la ville devant des milliers de personnes ce week-end, comme le veut la tradition, mais à une heure de faible affluence. Le quotidien libéral Sme trouve la mesure de précaution exagérée : "Les terroristes de Daech auraient tout le mal du monde à trouver la place de la Vieille Ville dans le dédale du plan de Prague. Bien qu'il n'y ait eu aucune menace terroriste, la cérémonie a été annulée. Une décision aussi insensée que lâche. A y être, pourquoi ne pas carrément annuler Noël ? Il est particulièrement absurde que le marché de Noël soit ouvert mais que seule son inauguration ait été annulée. Ne redoute-t-on pas des évènements dans les jours à venir ?… Cette année encore, le plus grand risque pour le marché de Noël sera probablement les adolescents qui boivent trop de vin chaud et les indigestions de pâtisseries de Noël pas assez cuites." (30.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu