Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 24.11.2015

 

À LA UNE

Peur du terrorisme en Europe

Une galerie marchande déserte à Bruxelles : le conseil de sécurité national belge a prolongé l'état d'alerte jusqu'à lundi. (© picture-alliance/dpa)

 

La presse s'interroge sur le durcissement des mesures de sécurité suite aux attentats parisiens : les Etats doivent-ils sacrifier la liberté sur l'autel de la sécurité ? Certains commentateurs redoutent le renforcement des contrôles, tandis que d'autres jugent ridicule la crainte des citoyens d'être davantage surveillés.

Der Standard - Autriche

La politique de sécurité divise l'UE

Jusqu'à quel point doit-on renoncer à nos libertés pour lutter contre le terrorisme ? Voilà la question qui risque de semer la discorde au sein de l'Union, s'inquiète le quotidien de centre-gauche Der Standard : "La France n'a pas seulement fait appel à la clause d'assistance militaire de l'UE. Paris, et d'autres Etats, vont également durcir leur politique dans le domaine de la sécurité intérieure et de la justice. Sur ce point, les intérêts des Etats membres divergent considérablement, presque plus qu'en matière de politique européenne. Les Français acceptent autant le contrôle et la sauvegarde des données que la violation d'une partie des droits civiques dans le cas des terroristes présumés. Les citoyens allemands, épargnés par les attaques jusque-là, sont d'un autre avis. Si l'Union souhaite conserver son ouverture, et l'absence de contrôles aux frontières, ses Etats membres vont devoir trouver rapidement un consensus. L'Union risque sinon de se déchirer définitivement." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Sme - Slovaquie

Ne pas avoir peur de la surveillance

Renforcer les contrôles ne revient pas à faire des pays européens des Etats policiers, affirme le quotidien libéral Sme : "Selon la loi belge, la police n'a actuellement le droit de perquisitionner les logements qu'entre 5 heures et 21h. Les terroristes peuvent donc en profiter pour dormir l'esprit léger. Faut-il s'en réjouir ou le déplorer ? … Le Parlement européen a rejeté un projet de loi vieux de huit ans, obligeant les compagnies aériennes à collecter les données des passagers. Selon les experts en sécurité, ces informations pourraient permettre de déceler des réseaux entiers de djihadistes. Mais les députés parlent d'une atteinte trop importante à la vie privée. Nous faisons face à un paradoxe : d'un côté, les individus dévoilent toutes sortes d'informations les concernant, mais redoutent qu'une compagnie aérienne conserve leurs noms et données bancaires avec lesquels ils pourraient faire leurs achats dans n'importe quelle boutique en ligne. (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Dziennik Gazeta Prawna - Pologne

Ne pas se laisser impressionner

Le terrorisme ne cessera pas d'exister, ce qui ne doit pas empêcher l'Europe de garder son calme, exhorte le philosophe Marcin Król dans le quotidien conservateur Gazeta Prawna : "Les terroristes n'avaient pas frappé depuis longtemps. Non pas parce que nos services de sécurité européens avaient fait un travail remarquable, mais parce que la mort d'Oussama Ben Laden les avait affaiblis. Malheureusement, Daech est là pour les remettre d'aplomb. … Au fond, personne ne peut vraiment se prémunir de nouvelles attaques terroristes. Mais ça n'est pas une raison pour se laisser intimider. Il est temps que la classe politique élargisse son champ de vision et se tourne vers l'avenir. Si nous mettons un frein aux libertés européennes, alors les terroristes et autres ennemis de la démocratie tels que Poutine auraient gagné la partie. Les attentats parisiens sont certes une tragédie, mais nous devons garder le sens des proportions." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

The Independent - Royaume-Uni

L'Europe refuse de céder à la terreur

En dépit de la menace terroriste, les habitants de Paris et des autres villes européennes reprennent autant que possible le cours de leur vie quotidienne, se réjouit le quotidien de centre-gauche The Independent : "L'humeur prédominante, à Paris et de par le monde, est celle d'un optimisme déterminé, d'une résistance au clivage et à la peur. Il est rassérénant de voir autant de personnes se lever et refuser de donner aux terroristes ce qu'ils veulent. Se voir remémorer la défiance, la résolution et le courage universels dont dispose la majorité de l'humanité est d'un grand réconfort en cette période de deuil. Et voir l'Europe se relever de cette menace de haine absolue suffit à nous arracher un sourire, fût-il furtif." (23.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Neue Zürcher Zeitung - Suisse

La coalition anti-Daech: une épreuve pour l'OTAN

La collaboration entre Paris et Moscou dans la lutte contre le groupe terroriste Daech en Syrie pourrait poser certains problèmes, notamment à l'OTAN, prédit le quotidien libéral-conservateur Neue Zürcher Zeitung : "Les récents développements pourraient être une épreuve de force pour l'OTAN, notamment si Washington et Ankara suivent chacune une politique d'alliance contradictoire en Syrie, ou bien si le rapprochement franco-russe promu par l'Elysée vient à déplaire à certains membres de l'OTAN. Les Etats d'Europe centrale et orientale, notamment, se montrent très critiques vis-à-vis d'une collaboration étroite avec Moscou. L'annexion de la Crimée et l'occupation d'autres territoires en Ukraine par les rebelles pro-russes restent une réalité." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

L'Orient le Jour - Liban

Vu d'ailleurs : face au terrorisme, les livres plutôt que les bombes

La réaction aux attaques terroristes de Paris et de Beyrouth ne doit pas se limiter aux seules mesures militaires, préconise le quotidien libanais L'Orient-Le Jour : "Combattre Daech, c'est très bien. L'empêcher de grandir, c'est mieux. Donner des raisons de vivre à ceux qui se laissent convaincre d'aller se faire tuer, c'est mieux. Le budget de défense des 10 premières puissances mondiales est de plus de mille milliards de dollars par an. C'est un 1 suivi de douze zéros. Et si, comme l'a si bien exprimé, le prix Nobel de la paix 2014, on consacrait une partie de ce budget à parachuter des livres plutôt que des armes ? Des éducateurs plutôt que des soldats ? Et si, au lieu de créer plus d'orphelins, on essayait de trouver des familles à ceux qui ont tout perdu ? Et si, au lieu de jouer aux apprentis sorciers, et de voir les balais prendre le contrôle du nettoyage, on se décidait finalement à faire le ménage nous-mêmes ?" (21.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

24 Chasa - Bulgarie

Il ne sert à rien de fermer les frontières

Réunis vendredi à Bruxelles en sommet extraordinaire, les ministres de l'Intérieur et de la Justice des pays de l'UE ont décidé entre autres de renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l'UE afin de parer à la menace terroriste. Le quotidien 24 Chasa doute de l'efficacité de cette mesure : "Croit-on sérieusement que ceci arrêtera les terroristes ? Comme on l'a vu après les attentats de Paris, les terroristes disposaient de papiers d'identité belges et français tout à fait légitimes. Il s'agissait de citoyens de pays membres de Schengen ! Le problème des riches pays occidentaux de l'UE, ce n'est pas l'ouverture des frontières. C'est plutôt que ces dernières décennies, ils ont laissé venir de façon incontrôlée sur leur territoire des travailleurs immigrés originaires du monde musulman. Ils n'ont manifestement pas réussi à les intégrer correctement." (23.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Avvenire - Italie

On a sous-estimé la menace des drones

Dans une lettre ouverte adressée au président Obama, au ministre américain de la Défense et au directeur de la CIA, quatre anciens pilotes de drones de l'US Air Force ont estimé que la "guerre des drones" favorisait le recrutement de nouveaux terroristes et déstabilisait la planète. Ce mode d'intervention est contre-productif, estime aussi le quotidien catholique Avvenire : "Au cœur des stratégies militaires, il a toujours été nécessaire de compléter les affrontements armés par 'la conquête des cœurs et des âmes' des populations ennemies. En effet, les belligérants ont de tout temps utilisé la communication, sinon comme une stratégie de propagande, du moins pour justifier les raisons de son intervention auprès des populations locales et s'assurer leur soutien. Or l'utilisation de drones, qui 'déshumanise' une pratique guerrière déjà brutale, complique fortement la 'conquête des cœurs et des âmes'." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

RÉFLEXIONS

El País - Espagne

Guerre contre le terrorisme : l'histoire se répète, par Lluís Bassets

Dans son combat contre le terrorisme, l'Europe ne doit pas répéter les erreurs commises après les attentats du 11 septembre, exhorte Lluís Bassets sur son blog hébergé par le quotidien de centre-gauche El País : "Comme s'il lisait un scénario tout préparé, François Hollande semble marcher sur la trace que George W. Bush a laissée derrière lui il y a 14 ans. Le président français, son pays, l'Europe et même le monde entier se retrouvent à nouveau dans un film d'horreur bien connu, revivant ce même cauchemar éveillé, et risquant de répéter les mêmes erreurs. … Si la guerre internationale contre le terrorisme était une véritable guerre, force est de constater 14 ans plus tard que nous sommes en train de la perdre. … Les erreurs d'alors expliquent la tragédie que nous connaissons aujourd'hui. En restant dans cette lignée, nous creusons notre propre tombe. … La véritable force de Daech - son territoire, ses armes et nombreux combattants issus d'armées dissolues - sont le résultat de la destruction de trois Etats arabes depuis 2003, sans l'apport de projets et de ressources qui permettraient l'élaboration de structures alternatives stables." (23.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

The Irish Times - Irlande

Irlande : un sauvetage bancaire qui en valait la peine

Le gouvernement irlandais a fait part de son intention de revendre progressivement à partir de l'année prochaine les parts de capital de l'établissement financier Allied Irish Banks (AIB), qui avait été nationalisé d'urgence au cours de la crise bancaire de 2009. L'évolution positive qu'a connue la banque par la suite justifie a posteriori cette opération de sauvetage risquée, se félicite le quotidien de centre-gauche The Irish Times : "Pour la plupart des gens, la préoccupation centrale était de savoir si les 21 milliards d'euros avancés par les contribuables pour sauver l'AIB pourraient être remboursés un jour. … A la question de savoir quand un remboursement intégral pourrait être effectif, l'ancien PDG d'AIB, David Duffy, avait indiqué un délai de dix ans. Alors qu'il y a quelques années encore, le sauvetage d'AIB était considéré comme un pari fortement risqué compte tenu des doutes liés à la solvabilité primaire de la banque, son redressement rapide et la perspective d'un remboursement intégral de l'argent affecté pour la sauver constituent un développement sur lequel peu d'observateurs avaient parié." (23.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Slobodna Dalmacija - Croatie

Aujourd'hui, seuls les musulmans deviennent des terroristes

Ceux qui justifient le terrorisme par un échec de l'intégration des migrants méconnaissent les réalités, explique le quotidien libéral Slobodna Dalmacija : "Ce terrorisme frappe non seulement les villes européennes, mais également la Syrie, l'Irak, l'Afghanistan, le Pakistan, la Turquie, l'Egypte, le Liban, le Nigeria, le Kenya, le Mali, la Bosnie, etc. ... Les terroristes de Paris, Londres et Madrid sont souvent originaires de ces villes, où ils ont suivi une formation et occupé un emploi. De plus, ce terrorisme n'a jamais été observé parmi les immigrés venus d'Italie, de Croatie, d'Inde, du Brésil ou du Portugal, dont l'intégration n'a pas toujours réussi. ... Si tous les musulmans ne sont pas terroristes, tous les terroristes de cette vague actuelle de violence sont des musulmans. Difficile de nier qu'il s'agit ici d'une guerre religieuse et civilisationnelle menée par des musulmans radicaux à l'encontre des chrétiens et des musulmans modérés." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

IQ.lt - Lituanie

Réfugiés : les Lituaniens sont les premiers à devoir s'intégrer

Selon une récente enquête menée par l'institut d'opinion Spinter tyrimai, soixante pour cent des Lituaniens seraient contre l'accueil de réfugiés. Un signe du manque de maturité européenne des citoyens, estime le mensuel IQ : "Alors que l'Europe fait face à une crise de réfugiés sans précédent, nous avons pour la première fois l'occasion [depuis l'adhésion à l'UE], de n'être non pas simplement un pays qui reçoit de l'aide, mais qui en donne. Une chance unique de montrer que nous sommes forts et confiants. … A peine 27 pour cent ont approuvé l'accueil des réfugiés, et seulement 17 pour cent ont déclaré qu'il s'agissait d'exprimer des valeurs d'humanisme et de solidarité avec l'Europe. Le reste espère que ces étrangers plieront bagage rapidement. … La seule conclusion que l'on puisse tirer de ce sondage : des milliers de Lituaniens doivent d'abord eux-mêmes faire un effort d'intégration [en Europe], car leur superstition et leurs angoisses prennent le dessus sur leur compassion et leur humanisme, parties intégrantes de l'ADN européen." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Hotnews - Roumanie

L'ennemi de la Roumanie n'est pas un kamikaze

L'omniprésente corruption est la forme de terrorisme dont souffre la Roumanie, explique le portail d'information Hotnews : "Le 'terroriste de chez nous' se présente sans armes automatiques, bombes ou ceinture d'explosifs. Or, ses actes n'en restent pas moins désastreux pour l'Etat et pour la confiance du citoyen dans celui-ci. … Juges, policiers, maires et politiques continuent de réclamer des pots-de-vin. Depuis quelques années, il s'avère que personne ne peut plus échapper aux enquêteurs de la Direction nationale antiterroriste (DNA), et pourtant nous vivons encore dans la terreur d'une corruption généralisée. … Les Etats occidentaux combattront pendant des décennies un ennemi invisible : des terroristes qui ont grandi dans les banlieues de leurs villes et qui répandent la terreur. La Roumanie devra, elle aussi, lutter pendant au moins une génération pour que 'ses terroristes' soient relégués aux oubliettes de l'histoire." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

MÉDIAS

Eesti Rahvusringhääling - Estonie

Terrorisme : la surenchère des médias nourrit la peur

Dans leur couverture du terrorisme, les médias font la course aux flashs infos, qui ne contribuent que très moyennement à éclaircir la situation actuelle, déplore le site de la radio publique ERR : "Arrêtons-nous un instant pour nous demander si l'on peut tirer un quelconque bénéfice des dépêches rédigées à la hâte par les différentes rédactions en concurrence les unes avec les autres, en particulier celles qui sont en ligne. Nous font-elles progresser, et qu'en est-il de notre responsabilité vis-à-vis du public ? Nous devons changer de cap, quitte à laisser notre soif de profit de côté. Surtout quand la nervosité règne dans les pays européens. Quel est notre devoir éthique envers nos lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs : jeter de l'huile sur le feu ou apporter de meilleures explications aux évènements ? (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SPORT

Corriere del Ticino - Suisse

Dopage : l'action opaque de l'AMA

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a suspendu début novembre son antenne russe (RUSADA) en raison de soupçons de dopage. Elle a, par ailleurs, indiqué le 19 novembre qu'elle menait des enquêtes similaires contre d'autres pays. L'AMA fait preuve de doubles standards, fulmine Marcello Foa dans le quotidien libéral Corriere del Ticino : "Dans un article publié le 9 novembre sur notre site, j'avais été l'un des rares journalistes à mettre en évidence comment l'enquête sur le dopage ne regardait pas seulement la Russie mais aussi d'autres pays dont on ne savait rien, la partie du rapport qui les concernait ayant été 'biffée' par l'AMA. Le 19 novembre dernier, l'AMA a diffusé la partie secrète de ce rapport et - qui l'eut deviné ? - il s'avère que cinq autres pays ne sont pas en conformité avec les nouvelles règles antidopage, et que six autres ont été placés sous observation. Nous sommes peu nombreux - vous et moi - chers lecteurs, à l'avoir relevé. … Dans la mémoire collective, la Russie reste le seul 'grand méchant'. Le timing de cette opération de communication a été parfait, une fois de plus. Ainsi va le monde, quand on sait gérer l'information." (24.11.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu