Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 19.06.2015

 

À LA UNE

Le pape dénonce la destruction de l'environnement

L'encyclique sur l'environnement Laudato Si comporte 220 pages. (© picture-alliance/dpa)

 

Dans son encyclique publiée jeudi, le pape François fustige la destruction de l'environnement et le changement climatique. Jamais encyclique papale n'avait consacré une telle importance aux questions d'environnement, soulignent les commentateurs. Ils saluent également le souverain pontife pour sa condamnation du consumérisme des sociétés riches, qu'il juge responsables de la catastrophe environnementale.

Večernji list - Croatie

Un texte qui va bien plus loin que l'écologie

L'encyclique Laudato Si du pape François a une vocation clairement écologiste mais elle aborde également des problèmes sociaux, se réjouit le quotidien conservateur Večernji List : "L'égoïsme de l'être humain contribue à appauvrir la création et à négliger les générations futures. Le pape appelle à un développement durable et holistique, tout en condamnant le fait que les citoyens aient dû 'payer le prix du sauvetage bancaire'. Le marché génère des mécanismes consuméristes qui ne sauraient devenir un modèle pour l'humanité. Que signifie donc, à notre époque, le commandement ' Tu ne tueras point' ? Cela veut dire que 20 pour cent de la population mondiale n'ont pas le droit de surexploiter les ressources de la planète au détriment du reste de l'humanité et des générations futures. … Nous n'avons pas affaire à deux crises affectant séparément l'environnement et la société, mais à une crise socio-environnementale complexe. Le message de François transforme la planète, ou du moins tente-t-il de le faire." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Sme - Slovaquie

Des propositions concrètes pour préserver l'environnement

Si par le passé, les deux prédécesseurs du pape François avaient déjà attiré l'attention sur les risques inhérents au changement climatique, l'encyclique "Laudato Si" revêt un caractère exceptionnel, écrit le quotidien libéral Sme : "Jamais dans l'histoire de la communication papale la protection de l'environnement n'avait pris une telle dimension. François innove aussi en dénonçant un pouvoir mal partagé [dans la politique actuelle], obnubilé par les aspects économiques et technocrates au détriment de la solidarité sociale et de la conscience écologique. Sur tous ces thèmes, le pape ne se perd pas en généralisations moralisatrices mais au contraire va dans le concret. Par exemple, le chapitre sur le changement climatique est détaillé et concorde avec les recherches scientifiques actuelles. Le pape y ajoute un aspect philosophique et théologique. … Reste à savoir si les paroles du pape trouveront un terrain fertile. Contrairement aux politiques, le pape n'a pas le pouvoir d'imposer ses idées. Ce ne sont que des paroles. Mais n'est-il pas écrit : 'Au commencement était la Parole' ?" (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Kurier - Autriche

L'appel du pape François contre l'indifférence

Par son encyclique sur le climat, le pape François montre que les problématiques environnementales globales lui tiennent aussi à cœur, écrit le quotidien libéral Kurier : "Le pape François a rédigé une encyclique pour enjoindre l'humanité de repenser ses rapports à l'environnement. Concrètement, il est question de pollution, de pénurie d'eau et de mauvais traitements infligés aux animaux. Et du réchauffement climatique provoqué par l'homme (et qu'un courant conservateur de l'Eglise n'hésite pas à nier, arguant qu'il est impossible pour l'homme de modifier le climat). Le pape a évoqué une image intéressante : si quelqu'un pouvait observer la planète de l'extérieur, il aurait de quoi s'étonner. On devrait se demander plus souvent ce qu'un extraterrestre qui viendrait en vacances ici pourrait bien penser de nous. Peut-être le pape François n'est-il qu'un grand naïf. Ou peut-être que ce qui le différencie, c'est qu'il ne reste pas impassible." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Público - Portugal

Le pape ne s'adresse pas seulement aux catholiques

En invitant les pays industrialisés à opérer un "tournant écologique", le pape François lance un appel historique,  commente le quotidien libéral Público : "A l'heure où sont prévues sous l'égide de l'ONU plusieurs rencontres et discussions internationales portant sur la politique climatique, cette intervention du pape revêt une importance toute particulière. … De par la portée de cette initiative, mais aussi parce que celle-ci s'adresse à tous : catholiques et non-catholiques. … L'encyclique Laudato Si, qui a déjà suscité force louanges et critiques, porte clairement la marque de François ; elle présente un Vatican résolu, qui sort des sentiers battus." (18.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

L'Humanité - France

Négociations avec Athènes : il en va de la dignité de l'Europe

Les ministres des Finances de la zone euro ne sont pas parvenus à s'entendre jeudi soir sur un compromis avec Athènes dans la crise de la dette. Un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro tentera lundi de trouver une solution. Les créanciers de la Grèce ont mené le pays dans l'impasse, gronde le quotidien communiste L'Humanité : "Le Fonds monétaire international (FMI), la Banque centrale européenne (BCE) et l'Eurogroupe ont multiplié les déficits, appauvri l'économie et dévasté tout un peuple. Aujourd'hui, ils s'accordent dans un ballet de désaccords où l'un réclame le maintien de toutes les dettes, un autre la diminution des retraites, le troisième des privatisations. Ces dissonances convergent en une harmonie du refus d'un accord. ... L'Europe aurait tout à perdre d'un défaut de la Grèce. Ce qui sera atteint irait bien au-delà du cours de l'euro, mais toucherait à la capacité de vivre ensemble en respectant la démocratie et le droit de vivre dignement." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Tages-Anzeiger - Suisse

Tsipras et Varoufakis ne veulent pas un accord

Les récentes négociations des ministre des Finances de la zone euro sur la question épineuse de la dette grecque n'ont pas abouti, jeudi, à Luxembourg. Le quotidien de centre-gauche Tages-Anzeiger en vient à se demander si Athènes souhaite vraiment parvenir à un accord : "On a l'impression que le mot compromis ne figure pas au vocabulaire de la formation de gauche radicale Syriza et de son partenaire de coalition d'extrême droite. Les créanciers ont accordé de larges concessions aux Grecs ces dernières semaines. [Yanis] Varoufakis et son Premier ministre [Alexis] Tsipras veulent-ils seulement trouver un accord ? La rhétorique et le comportement des Grecs donnent à penser qu'à Athènes, il y a longtemps que certains veulent sortir de la zone euro. Le seul enjeu : qu'on ne leur impute pas la responsabilité du fiasco. C'est le propre des idéologues de vouloir avoir la morale de leur côté, même quand ils sont vaincus." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Politiken - Danemark

Les eurosceptiques menacent la réputation du Danemark

En remportant 18 sièges de députés supplémentaires aux élections législatives, jeudi, le Parti populaire danois (DF), formation populiste eurosceptique, est devenue la deuxième force politique du pays derrière les sociaux-démocrates. Un score inattendu qui ne présage rien de bon pour l'image du Danemark, redoute le quotidien de centre-gauche Politiken : "En termes de rayonnement international du Danemark et de sa crédibilité, il s'agit du pire résultat électoral imaginable. En ce qui concerne les rapports du pays à l'UE, [le parti libéral] Venstre et les conservateurs ont déjà capitulé face au DF. … L'élément déterminant sera la capacité du bloc conservateur à rechercher la collaboration la plus large possible sur les questions de l'environnement, du climat et de l'énergie. Ce sera en effet la seule façon de préserver le respect vis-à-vis du Danemark. La seule façon également de préserver les acquis déjà obtenus dans ces domaines, et qui constituent la condition sine qua non de la prospérité future. Reste à espérer que le Venstre ne fera pas machine arrière sur les progrès réalisés ces dernières décennies." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Hospodářské noviny - République tchèque

Oui à la vignette autoroutière allemande, mais pour tous

Le ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt, a annoncé jeudi le report temporaire de l'introduction de la vignette sur les autoroutes allemandes. La Commission européenne avait ouvert une procédure pour infraction, estimant que cette vignette était contraire au droit européen. Le journal économique libéral Hospodářské noviny ne cache pas sa satisfaction : "La logique de cette vignette allemande ne tenait pas la route depuis le début. Elle prévoyait que tout le monde en soit redevable, mais que les automobilistes allemands soient remboursés via la taxe sur les véhicules. Ainsi, seuls les étrangers passeraient à la caisse. Personne ne peut reprocher aux Allemands de vouloir encaisser des millions pour entretenir une infrastructure en mal de financement. Tous les pays voisins, y compris la Tchéquie, perçoivent un péage. Mais ce dernier s'applique aux véhicules, et non à la nationalité des conducteurs. … C'est pour les Allemands un dur revers qui nuit considérablement à l'image du pays. … Il faut y voir l'occasion de mettre en place un nouveau système de péage, normal et simple, qui soit valable pour tous, nationaux comme étrangers." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Delfi - Lituanie

Les armes lourdes de l'OTAN pour rassurer l'Europe de l'Est

Le projet de l'OTAN de masser des armes lourdes dans plusieurs pays d'Europe de l'Est est une réponse judicieuse aux incessantes provocations de la Russie, se félicite le politologue Kęstutis Girnius sur le portail Delfi : "Cette décision est plus qu'une réaction à l'intervention militaire de la Russie en Ukraine, c'est aussi une réponse aux manœuvres agressives de ses avions de chasse ainsi qu'aux démonstrations flagrantes de sa force militaire. Installer ces armes a vocation à prouver la solidarité de l'OTAN et à rassurer les habitants des Etats baltes et d'autres pays. Le déploiement d'armes à titre préventif signifie qu'en cas de crise, les troupes d'intervention rapide de l'OTAN disposeront immédiatement des armes appropriées dans la zone en danger. … Il est certain que ceci n'empêcherait pas la Russie de mener une offensive. Ceci dit, pendant la guerre froide, personne ne croyait que les quelques milliers de soldats américains stationnés à Berlin soient en mesure de répondre à une attaque d'un pays du Pacte de Varsovie." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

The Economist - Royaume-Uni

Le frein à l'immigration de Cameron nuit à la reprise

Les entreprises britanniques ne peuvent plus embaucher de travailleurs extracommunautaires hautement qualifiés pour le reste du mois de juin, car le plafond mensuel des visas de travail, fixé en 2011, a pour la première fois été atteint. Une restriction contreproductive, critique l'hebdomadaire économique libéral The Economist : "Cette mesure cible ces immigrés mêmes dont la Grande-Bretagne a cruellement besoin. … Ce plafond autodestructeur établi par Cameron entravera la croissance économique sans apaiser le moins du monde les détracteurs de l'immigration. Les 20.700 spécialistes issus de pays non-européens représentent tout juste trois pour cent de l'immigration annuelle en Grande-Bretagne. En réduire le nombre n'aura pas d'incidence notable sur les statistiques globales. Au final, ces plafonds ne libèreront aucun emploi pour les Britanniques attendu que beaucoup d'entreprises susceptibles d'employer des étrangers hautement qualifiés quitteront tout simplement la Grande-Bretagne." (18.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Rzeczpospolita - Pologne

Gazprom : un nouveau projet purement ostentatoire

Le groupe russe Gazprom a signé jeudi avec plusieurs groupes énergétiques occidentaux une déclaration d'intention pour la construction de deux nouveaux tronçons de Nord Stream, le gazoduc de la Baltique. Le quotidien conservateur Rzeczpospolita juge ce projet irréaliste : "Il est évident que l'entreprise devait signer quelque chose pour satisfaire les décideurs politiques au Kremlin. ... Et il fallait bien que les groupes occidentaux signent quelque chose afin de maintenir en vie leurs transactions avec la Russie et continuer de s'assurer les faveurs de Moscou, sans toutefois subir les sanctions de l'UE. C'est la raison pour laquelle les groupes énergétiques respectifs n'ont signé qu'un protocole de vœux pieux et de bonnes intentions qui, comme chacun le sait, n'apporte souvent pas grand-chose. Personne n'a pris d'engagement et tout le monde est satisfait. La réalité, toutefois, c'est que Gazprom n'a absolument pas les moyens d'assurer la construction. Et l'Europe n'a pas besoin de davantage de gaz, bien au contraire." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Il Sole 24 Ore - Italie

L'Europe est responsable du drame des réfugiés syriens

Il y a 60 millions de réfugiés dans le monde aujourd'hui, un record. C'est le chiffre indiqué par le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (UNHCR ) dans son rapport annuel. La plupart de ces réfugiés tentent d'échapper à la guerre civile syrienne. Une situation qui provoque l'ire du journal économique libéral Il Sole 24 Ore à l'endroit de l'UE : "Que fait l'Europe ? Elle mène une bataille pitoyable d'arrière-garde sur les rochers de Vintimille. La répartition des réfugiés syriens résume à elle seule l'ampleur de la myopie européenne : deux millions pour la seule Turquie, un million en Libye, un autre million en Jordanie. Nous espérons peut-être que ces pays garderont éternellement ces réfugiés ? Il faut que l'Europe et l'Occident envisagent une solution [au conflit syrien], car nos voisins sont à bout, et ils ont encore plus peur que nous." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

De Telegraaf - Pays-Bas

Aux Pays-Bas, l'issue indigne d'un scandale médical

A la surprise générale, le médecin néerlandais Ernst Jansen a été acquitté jeudi en appel des accusations de faute médicale aggravée portées contre lui. En première instance, le neurologue avait été condamné à trois ans de prison pour avoir rendu des dizaines de diagnostics erronés. C'est une véritable gifle infligée aux victimes, déplore le quotidien de droite De Telegraaf : "Pendant des années, les victimes se sont battues pour que justice soit faite, et voilà que l'ex-neurologue est acquitté des principaux chefs d'accusation qui le visaient. … Le tribunal a estimé qu'on pouvait tout au plus le tenir responsable de négligence dans les faux diagnostics. Or ce délit est désormais prescrit. … L'affaire Jansen est considérée comme l'un des plus grands procès pour négligence médicale de notre histoire. Il est proprement désespérant que les juges en viennent à prendre des décisions aussi contradictoires dans un procès si important. Ceci constitue une raison suffisante pour saisir la Cour suprême néerlandaise." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

MÉDIAS

Evrensel - Turquie

Les Turcs se contrefichent de la liberté de la presse

La police turque a interpelé mardi quatre journalistes à la frontière turco-syrienne, à proximité de la ville d'Akçakale, à l'issue d'un entretien au cours duquel ceux-ci avaient posé des questions critiques au gouverneur de la province de Şanlıurfa, à propos de l'action du groupe terroriste Daech. Face à l'indifférence de la population, il n'est pas surprenant que les attaques de l'Etat contre la liberté de la presse soient devenues monnaie courante en Turquie, écrit le quotidien de gauche Evrensel : "Le peuple ne s'intéresse plus aux informations. … Si les personnes vivant dans ce pays luttent pour les droits démocratiques et la liberté de l'information, l'Etat sera contraint de s'adapter. Mais tant que le peuple ne s'engagera pas en faveur de l'information et de ceux qui posent des questions, tant qu'il ne défendra pas les droits des journalistes et qu'il ne revendiquera pas la vérité dans la couverture de l'information auprès des représentants de l'Etat, on ne pourra briser ce cercle vicieux." (19.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Blog Adevărul - Roumanie

La Roumanie néglige sa presse écrite

Le gouvernement roumain a décidé la semaine passée de subventionner à hauteur de 15 millions d'euros les médias audiovisuels pour qu'ils produisent des programmes informatifs et culturels. Sur le site du quotidien libéral-conservateur Adevărul, Mircea Vasilescu, rédacteur en chef de l'hebdomadaire Dilema Veche, déplore qu'une fois de plus, la télévision soit le seul vecteur d'information subventionné : "Une partie de ces 15 millions d'euros pourrait être consacrée à financer des abonnements à des revues culturelles pour les bibliothèques publiques ou les écoles. Ceci contribuerait-il à la promotion de la culture ? Pas en Roumanie, pays où la télévision est reine.… [A en croire le gouvernement] regarder la télévision est parfaitement suffisant. De toutes façons, les médias papier sont voués à disparaître. Dans quelques années, nous serons le premier pays d'Europe à ne pas avoir de presse écrite, et nous pourrons nous féliciter d'être entrés dans l''ère numérique'." (18.06.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu