Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 28.05.2015

 

À LA UNE

Bruxelles précise son projet de quotas pour les réfugiés

La Commission européenne propose de répartir sur d'autres pays les 24.000 réfugiés d'Italie et les 16.000 de Grèce. (© picture-alliance/dpa)

 

La Commission européenne a concrétisé mercredi son projet de quotas. Celui-ci prévoit que les 40.000 demandeurs d'asile de Grèce et d'Italie soient répartis dans d'autres pays européens. La réticence affichée par beaucoup de pays à prendre en charge leur part de migrants relève de l'égoïsme, critiquent certains commentateurs. D'autres estiment que le nombre de migrants pourrait déstabiliser les petits pays.

Õhtuleht - Estonie

1.000 refugiés pour l'Estonie, c'est trop

Selon la proposition de la Commission européenne, l'Estonie devrait accueillir plus de 1.000 réfugiés par an en provenance de la région méditerranéenne. Le journal à sensation Õhtuleht craint que la société ne soit pas encore prête : "Le nombre de nouveaux arrivants, qui correspond à la population d'une petite ville, serait un défi à la fois pour notre système social et pour la population et sa capacité d'empathie. La solution au problème des réfugiés ne devrait pas créer de nouvelles tensions et préoccupations dans les Etats membres. La proposition de la Commission européenne ne prend malheureusement pas du tout en compte la capacité réelle de notre pays à accueillir les réfugiés. L'Estonie devrait prendre en charge 1,76 pour cent des réfugiés, alors que la population estonienne ne représente que 0,26 pour cent de la population de l'UE. Ce quota de réfugiés sept fois plus élevé montre que Bruxelles juge nos capacités plus élevées que nous ne le faisons nous-mêmes." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Večer - Slovénie

Les quotas destinés à la Slovénie sont viables

Le système de quotas prévoit que la Slovénie prenne en charge quelque 700 réfugiés. Pour le quotidien libéral Večer, ce contingent est réaliste : "L'Etat slovène est-il en mesure d'accueillir 700 réfugiés ? La question est bien sûr rhétorique. A l'époque des guerres des Balkans, malgré un niveau de vie nettement inférieur, nous avons pu accueillir un nombre de réfugiés 100 fois supérieur. Lorsque les politiques veulent nous expliquer que le chiffre actuellement envisagé est trop élevé pour notre pays en difficulté, il y a vraiment matière à s'inquiéter. Bientôt, les politiques vont se dire dépassés par la gestion des problèmes de leurs propres citoyens. Il n'en reste pas moins que quelque centaines de malheureux qui ne sont ni de culture slovène ni de foi chrétienne pourraient engendrer un regain de nationalisme politique et de xénophobie. La tradition politique slovène n'est pas encore immunisée pour y faire face." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Lidové noviny - République tchèque

L'égoïsme de Prague sur la question des réfugiés

La Commission de l'UE prévoit que la Tchéquie accueille un peu moins de 2.000 réfugiés. Pourtant, la classe politique tchèque est quasi-unanime pour rejeter vigoureusement la proposition, déplore le quotidien conservateur Lidové noviny : "Presque à l'unisson, les partis clament que la solution des quotas n'en est pas une. Malheureusement, personne n'avance d'autres solutions. Cette réaction est celle d'un pays qui a connu plusieurs grandes vagues d'exil et qui, ces dix dernières années, a touché du reste des pays européens l'équivalent de 15 milliards d'euros d'aides. … Au sein de l'UE, nous ne sommes ni petits ni pauvres. … Si nous rejetons le principe des quotas, nous devons proposer des alternatives. Envoyer nos soldats en Méditerranée ? Construire des camps de réfugiés sur la côte africaine ? Ce ne sont pas là des questions provocatrices ou rhétoriques. Elles ne le seraient que si nous avions fait le choix d'être assis à la table de l'Europe en pique-assiette." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Die Presse - Autriche

Les politiques myopes d'Europe de l'Est

Les pays de l'UE abordent la question des réfugiés avec une approche court-termiste, pointe le quotidien libéral-conservateur Die Presse : "Une vision plus durable des évolutions à venir - notamment pour les pays d'Europe de l'Est qui s'insurgent actuellement contre une répartition des réfugiés - ne doit pas perdre de vue les évènements politiques qui ont lieu en Ukraine et dans d'autres ex-républiques soviétiques. Qu'adviendra-t-il si la guerre y gagne du terrain, si des millions de personnes fuient ces pays en direction de l'UE ? Les Polonais, les Slovaques et les Hongrois se trouveraient alors submergés par des flots de réfugiés et demanderaient aux autres pays de l'UE de faire preuve de cette solidarité qu'ils refusent actuellement de démontrer. On entend dire aujourd'hui que l'UE ne devrait pas autant s'immiscer dans les affaires de cette région. Et bientôt, on prétendra qu'elle s'est trop peu impliquée pour rétablir la paix dans ces pays." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Il Sole 24 Ore - Italie

Les créanciers de la Grèce lui tiennent la dragée haute

Le Premier ministre Alexis Tsipras et son négociateur Euclid Tsakalotos ont annoncé mercredi qu'ils comptaient obtenir d'ici deux semaines un accord avec les créanciers de la Grèce. Or, ceux-ci n'ont aucune envie de voir les négociations aboutir rapidement, redoute le quotidien économique libéral Il Sole 24 Ore : "La proposition avancée par les inflexibles interlocuteurs est dictée par la méfiance et n'a pas vocation à mettre fin aux négociations, mais bien au contraire à les prolonger de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois. Pendant ce temps, Athènes ne recevrait pas les onze milliards d'euros déjà mis à disposition en une seule fois, mais au compte-gouttes. Un moyen de tenir la bride haute au gouvernement grec et de vérifier qu'il respecte bien la feuille de route des réformes. … Ce compromis boiteux permet peut-être de surmonter un bras de fer délétère, mais il ne mettra guère fin à la crise grecque." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

The Daily Telegraph - Royaume-Uni

La Chambre haute ne doit pas saboter le référendum

Dans son discours prononcé à l'occasion de l'ouverture du nouveau parlement britannique, la reine Elizabeth II a présenté ce mercredi le projet du gouvernement Tory d'organiser d'ici fin 2017 un référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. La Chambre haute du parlement, généralement plus favorable à l'Europe, ne doit pas faire obstacle au gouvernement pour l'organisation du référendum, rappelle le député conservateur de la chambre des communes Jacob Rees-Mogg dans le quotidien conservateur The Daily Telegraph : "La Chambre haute dispose d'une majorité de gauche confortable qui soutient l'UE sans aucun doute plus que toute la nation ou la Chambre des communes. Nombre de parlementaires de la Chambre haute sont des anciens eurocrates de premier plan qui bénéficient de retraites confortables de l'UE. C'est la raison pour laquelle ils ont un intérêt tout naturel à ce que le Royaume-Uni reste membre de l'UE. Ceci pourrait influencer l'adoption de la loi portant sur l'organisation du référendum. ... Les membres de la Chambre haute s'opposeraient alors au peuple, dans une lutte qu'ils perdront, comme toujours." (27.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Sözcü - Turquie

Le peuple turc chassera Erdoğan du pouvoir

Un sondage publié mercredi crédite l'AKP, le parti au pouvoir en Turquie, de 38,2 pour cent des intentions de vote aux élections du 7 juin. En 2011, il avait obtenu un score de 49,8 pour cent. Les Turcs rejettent ainsi le système présidentiel que le président Recep Tayyip Erdoğan essaie de mettre en place, écrit le quotidien d'opposition Sözcü : "Ces élections seront déterminantes. Côté gouvernement, il y a l'argent, le pouvoir hégémonique, les exactions et la dévotion hypocrite, l'effronterie des mensonges et des inégalités. Le peuple, de son côté, n'a rien oublié. … En réalité, deux camps s'affrontent : l'un souhaite que Tayyip Erdoğan concentre le pouvoir entre ses mains tandis que l'autre flaire le danger et préfère préserver un système parlementaire avec une séparation des pouvoirs. Aux électeurs de trancher. C'est le peuple qui a porté Erdoğan au pouvoir. C'est lui qui l'en chassera." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Jutarnji list - Croatie

La Macédoine, jouet des grandes puissances

En raison de sa situation politique instable, la Macédoine risque de connaître le même destin que l'Ukraine, met en garde le quotidien libéral Jutarnji List, à savoir d'être écrasée dans la lutte que se livrent les grandes puissances pour défendre leur pré carré : "Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'érige en défenseur suprême de l'unité macédonienne en mettant en garde contre une fédéralisation du pays déstabilisé par des 'forces extérieures'. Il exploite habilement l'inaction des pays occidentaux : les Américains se taisent et l'UE annonce vouloir s'occuper de la Macédoine en juin. L'Occident ne cèdera pas la Macédoine aux Russes. Mais grâce à la Macédoine, la Russie a réussi à se ménager les possibilités d'un espace européen encore assez indéfini pour mener à bien ses propres objectifs stratégiques, à savoir la mise en place d'un rempart Baltique-Balkans-Caucase-Asie centrale." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Keskisuomalainen - Finlande

Les Finlandais prêts à se serrer la ceinture

En Finlande, la nouvelle coalition au pouvoir a présenté mercredi les mesures de grande envergure d'austérité prévues par le programme gouvernemental. Le quotidien libéral Keskisuomalainen approuve cette politique économique : "Elle obligera tous les citoyens à se serrer la ceinture. Mais elle ne crée pas vraiment la surprise, puisque de nombreuses réductions avaient déjà été planifiées par le gouvernement précédent. A ceci près qu'elles n'avaient pas encore été mises en œuvre. … La rigueur budgétaire est une bonne chose si elle s'accompagne d'une stimulation suffisante de la croissance économique. Les réductions du budget public sont préférables aux augmentations d'impôts. … Les citoyens assumeront des décisions, aussi douloureuses soient-elles, si elles permettent de relancer l'emploi." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

De Morgen - Belgique

Ne pas faire d'économies dans la sécurité aérienne

Une panne d'électricité survenue chez le contrôleur aérien Belgocontrol a paralysé l'ensemble du trafic aérien en Belgique pendant plusieurs heures mercredi. La sécurité aérienne est menacée, met en garde le quotidien de centre-gauche De Morgen : "Il est normal que les syndicats fassent immédiatement allusion à la vague d'austérité des dernières années. Rien d'étonnant non plus à ce que la direction de l'entreprise réfute tout lien de cause à effet. Mais le PDG Johan Decuyper a également déclaré il y a peu : 'Nos recrutements sont restreints et nous investissons peu. Cette situation ne pourra pas durer. Pour garantir la sécurité, nous devons investir davantage dans le personnel et la technologie.' Aujourd'hui, ces propos laissent un arrière-goût plutôt âcre. Pour l'instant, nul ne peut démontrer de lien entre le désert aérien de la veille et les restrictions budgétaires entreprises chez Belgocontrol. Mais la panne nous rappelle au moins qu'il ne faut pas faire trop d'économies lorsqu'il en va de la sécurité du trafic aérien." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

NaTemat - Pologne

Mariage homo : le Vatican ferait mieux de se taire

Le cardinal Pietro Parolin a qualifié mardi de "défaite pour l'humanité" le vote des Irlandais en faveur du mariage gay. Le Vatican ferait mieux de se pencher sur la pédophilie de certains de ses prêtres entre 1930 et 1990, estime le journaliste Przemysław Prekiel sur le portail de blog libéral naTemat, en contestant à l'Eglise tout droit d'émettre des critiques morales : "Ces propos, prononcés par un représentant d'une structure qui a contribué à la souffrance de milliers d'enfants victimes d'abus sexuels commis par des prêtres, ne manquent pas de culot. L'Irlande est toujours sous le choc des scandales de pédophilie dans lesquels l'Eglise s'est gravement compromise. C'était un véritable drame pour des milliers de personnes que l'Eglise a répudiées et à qui elle ne voulait pas porter secours. ... Il est regrettable que les charniers des enfants déposés à côté des établissements catholiques ne suscitent pas une telle indignation." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

MediaPart - France

La France doit célébrer ses héros anonymes

Dans le cadre d'une cérémonie officielle, les cercueils de quatre résistants français ont été transférés au Panthéon mercredi. Dans le journal en ligne Mediapart, l'historien et bloggeur Vingtras critique ce culte de la personnalité et propose de rendre hommage aux héros du quotidien : "Je pense en particulier aux bâtisseurs des cathédrales, aux maçons de la Creuse qui moururent par centaines sur les chantiers du château de Versailles, aux manants de la paysannerie qui ont nourri des générations, aux ouvriers, aux mineurs, aux pionniers des transports, etc. Je pense aussi aux soldats de l'an II, aux prolétaires de la Commune massacrés par les Versaillais, aux poilus des tranchées de 14/18 et à toutes celles et à tous ceux de l'armée des ombres, quelle que soit la couleur de leur peau... Sous l'arc de triomphe, il y a bien une flamme qui honore le soldat inconnu. Pourquoi ne pas rendre hommage au citoyen anonyme ?" (27.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Jurnalul National - Roumanie

Halte au gaspillage alimentaire en Roumanie !

La France s'est engagée dans une lutte active contre le gaspillage de nourriture. Une résolution parlementaire adoptée par l'Assemblée nationale la semaine passée interdit aux grandes surfaces de jeter des produits alimentaires invendus. La Roumanie devrait suivre cet exemple, estime la journaliste Alessandra Stoicescu dans le quotidien Jurnalul National : "Chaque année, 7,1 millions de tonnes de denrées alimentaires sont jetées aux poubelles en France, 89 millions à l'échelle européenne et 1,3 milliard à l'échelle mondiale. Bien sûr, les consommateurs finaux sont les principaux gaspilleurs, mais la loi peut les sensibiliser au problème. La loi française oblige les supermarchés à conclure d'ici juillet de l'année prochaine des conventions avec des organisations caritatives pour leur faire don des produits alimentaires invendus. … J'aimerais convaincre les parlementaires roumains du bien-fondé d'une telle législation. On pourrait parler des pourfendeurs de la faim, capables de transformer la vie de ces enfants qui vont chaque soir au lit le ventre vide." (27.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SPORT

Süddeutsche Zeitung - Allemagne

Le signal attendu par les fans de football

Les amateurs de ballon rond et les fédérations nationales de football doivent tenir tête à la Fifa et assurer que Joseph Blatter ne sera pas réélu, demande le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung suite aux arrestations mercredi de plusieurs responsables de la Fédération internationale de football : "Que faire ? Reste la voie souvent empruntée par les consommateurs. C'est celle de l'abstinence. Nulle fédération n'est d'office membre de la Fifa. Nulle chaîne de télévision n'est obligée d'acheter les droits. Et nul spectateur n'est contraint de se rendre à un match organisé par la Fifa. … Mais tout d'abord, nous demandons à ces dirigeants [qui n'ont pas été arrêtés à Zurich], d'agir. Une réélection de Blatter pérenniserait le système. Elle ne doit pas avoir lieu au début d'une telle enquête. Il revient aux grandes fédérations de demander au moins un ajournement. La plus grande fédération est la Fédération allemande du football, dirigée par Wolfgang Niersbach. Ce ne serait qu'un geste, mais celui qu'attendent les fans de foot." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Upsala Nya Tidning - Suède

Transparence absolue requise pour la Fifa

Suite aux arrestations de certains de ses dirigeants accusés de corruption et de crime organisé, la Fifa doit enfin faire preuve de transparence, exhorte le quotidien libéral Upsala Nya Tidning : "On peut aisément deviner comment le Qatar, pays dans lequel le football est quasi inexistant et où la chaleur empêche toute pratique de ce sport en journée, a pu remporter l'organisation de la Coupe du monde 2022. … Personne ne mettra en doute le rôle clé qu'a pu jouer l'argent du pétrole dans cette histoire. … Aurions-nous eu intérêt à ce que la Fifa soit dirigée par le Suédois Lennart Johansson plutôt que Sepp Blatter, personnage capable de se soustraire aux mises en examen tel un patron de la mafia ?  C'est possible. Mais la Fédération suédoise du football peut faire quelque chose : exiger que la Fifa applique le principe de transparence qui a été ancré dès 1766 dans la Constitution suédoise." (28.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu