Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 19.05.2015

 

À LA UNE

L'UE décide une intervention militaire contre les passeurs

A ce jour, quelque 1.800 réfugiés sont morts par noyade en 2015 en traversant la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. (© picture-alliance/dpa)

 

En réaction au drame des réfugiés, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé lundi de mener une intervention maritime en Méditerranée. A la condition que l'ONU délivre le mandat requis, elle prévoit la destruction des bateaux des passeurs à partir de juin. La mission vaut le coup d'être tentée, jugent certains commentateurs. D'autres estiment qu'elle ne s'attaquera qu'aux symptômes de la catastrophe.

Delo - Slovénie

Une solution qui ne combat que les symptômes

Absolument insuffisant : tel est le verdict du quotidien de centre-gauche Delo à l'endroit du projet de l'UE : "Une intervention militaire contre les bandes de passeurs ne combattra jamais que les symptômes de la crise. Après avoir pratiqué la politique de l'autruche pendant des années, l'UE a désormais besoin d'une solution globale, et non pas d'une sécurisation de la forteresse Europe par des moyens militaires et policiers. Une première phase doit se concentrer sur le sauvetage des réfugiés en mer. Faute de quoi l'Europe compromettra ces valeurs humanistes si souvent invoquées qui constituent la base de l'intégration européenne. … La solution globale à la crise en Méditérranée passe non seulement par davantage de solidarité entre les Etats européens, mais aussi par davantage de solidarité avec le tiers-monde." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Frankfurter Allgemeine Zeitung - Allemagne

Il faut à tout prix tenter une mission militaire

Il n'est pas recevable de taxer d'inhumain le projet d'intervention militaire, écrit le journal conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung : "Un continent qui accueille depuis des années des centaines de milliers de migrants, qui ne sont même pas tous victimes de conflits armés, agirait immoralement en essayant de mettre des bâtons dans les roues à des bandes qui n'ont aucune scrupule à gagner des millions en profitant de la détresse des autres ? Il est certes bon de prendre le mal à la racine en éliminant la cause des départs dans les pays mêmes. Mais ce sera un processus de longue haleine. … C'est pourquoi l'Europe ne doit avoir de cesse de barrer la route aux passeurs, tout comme cela se fait, dans la mesure du possible, sur les terres. Reste à voir la réussite qu'obtiendra la mission militaire prévue. Mais le jeu en vaut la chandelle. Il ne faut pas perdre de vue que ce sont les passeurs qui mettent en danger les vies humaines, et non les Européens." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Der Standard - Autriche

Daech véritable cible de l'intervention de l'UE

Le quotidien de centre-gauche Der Standard analyse les objectifs et avantages de la mission militaire envisagée : "Le recours à la force militaire pour empêcher d'autres naufrages en Méditerranée est légitime sur le principe. Il serait pour ainsi dire cynique que la communauté d'Etats européens ne déploie pas tous les moyens à sa disposition pour sauver des milliers de vies en péril suite au chaos actuellement provoqué par des vagues de réfugiés en provenance des régions en guerre et des zones de crise au Proche-Orient et en Afrique du Nord. … La destruction des bateaux des groupes de passeurs, en revanche, est une tout autre histoire. Il ne s'agit ici non seulement des aspects humanitaires et des réfugiés, comme on aime l'affirmer. En réalité, les gouvernements craignent que les terroristes de l'EI en Libye ne prennent complètement 'la relève'. L'intervention militaire a aussi un objectif de politique sécuritaire." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

The Guardian - Royaume-Uni

Le Brexit n'est plus d'actualité

La claire victoire des Tories aux législatives britanniques a fortement renforcé la position du Premier ministre David Cameron et tordu le cou au Brexit, estime le quotidien de centre-gauche The Guardian : "Les eurosceptiques s'attendaient a un gouvernement minoritaire conduit par le chef de file du Labour, Ed Miliband, et à la démission inévitable de Cameron. Quel qu'aurait pu être son successeur à la tête des Conservateurs, il n'aurait pu marquer de points qu'en renforçant sa ligne anti-européenne tout en harcelant sans merci le gouvernement Labour, faible du point de vue des eurosceptiques pour sa position pro-européenne. L'euroscepticisme aurait à nouveau déchaîné les passions. Ce scénario ne s'est pas réalisé. Le résultat électoral a toutefois un aspect positif : la mort du Brexit. ... Car de l'avis personnel de Cameron et également de celui de son vice-Premier ministre George Osborne, le maintien du Royaume-Uni dans l'UE est d'une importance cruciale." (17.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Trud - Bulgarie

Les Macédoniens doivent chasser Gruevski

Après avoir transformé son pays en Corée du Nord des Balkans, le Premier ministre de Macédoine Nikola Gruevski doit désormais payer les pots cassés, estime le quotidien Trud suite aux dernières manifestations et débordements : "A l'instar de tous les autres pays de l'Europe de l'Est, à la fin du communisme, la Macédoine s'est tout d'abord engagée dans la voie de la démocratie. Or ces dernières années, la démocratie a viré à la dictature. Ce n'est pas un hasard si l'on compare le Premier ministre en place depuis neuf ans à Kim Jong-il. Gruevski est une exception en Europe de l'Est, bien que nul n'ignore que la démocratie ait pas mal de ratés dans cette région. ... La particularité de la Macédoine, c'est la mainmise totale que le népotisme exerce sur l'Etat. De nombreux ministres et hauts fonctionnaires sont des proches du Premier ministre et dominent la Macédoine tel un clan familial. ... Cette dictature manifeste est une situation que les défenseurs de la démocratie en Macédoine ne peuvent plus tolérer." (18.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Corriere della Sera - Italie

La solution des quotas risque de virer au compromis boiteux

Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel García Margallo a rejeté le principe du système de quotas visant à répartir les réfugiés dans l'UE. Madrid a porté plus que sa part du fardeau en matière d'aide aux demandeurs d'asile, a-t-il déclaré lundi à Bruxelles. La stratégie migratoire de l'UE menace de capoter, redoute le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : "Le refus de la solution des quotas, rejetée d'abord par la France et à présent aussi par l'Espagne, menace d'anéantir l'accord obtenu le 13 mai à Bruxelles. Dans les semaines à venir, il faudra s'employer à comprendre si une mise en application de l'agenda dans ses grandes lignes actuelles est viable. Si ce n'est pas le cas, il vaut mieux y renoncer complètement. Vu de l'extérieur, un compromis serait pire que pas d'accord du tout. En effet, un accord de façade pour sauver la réputation des dirigeants européens ne profiterait à personne, pas plus aux Etats membres qu'aux migrants. … Hélas, la probabilité d'un compromis augmente de jour en jour." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Tages-Anzeiger - Suisse

Le travail des demandeurs d'asile : un atout pour la Suisse

Un projet pilote consistant à embaucher les demandeurs d'asile pour effectuer des tâches agricoles démarre cette semaine en Suisse. Le quotidien de centre-gauche Tages-Anzeiger approuve l'initiative : "Les demandeurs d'asile et les réfugiés pourraient ainsi subvenir à leurs besoins, alors que l'écrasante majorité d'entre eux vivent aujourd'hui au crochet de l'Etat. Ils s'en trouveraient mieux intégrés, en meilleure santé et auraient des perspectives d'avenir. … Étonnamment, l'idée a bénéficié d'un vaste soutien. Patrick Maier, chef de l'agence de recrutement Manpower, l'a exprimé dans son jargon des affaires : 'Je salue toute possibilité d'élargir le pool de talents.' Les mots choisis par Toni Brunner, chef de file de l'UDC [nationalistes conservateurs], sont en revanche un comble d'incivilité : 'Il faut sévir contre la paresse.' Malgré sa grossièreté, la phrase n'en marque pas moins un formidable virage politique. Les raisons en sont pourtant bien tangibles : les effectifs de demandeurs d'asile augmentent tandis que l'initiative contre l'immigration de masse limite la main d'œuvre disponible. C'est probablement là l'origine du changement de position de l'UDC : si les agriculteurs ne peuvent plus recruter tous les ouvriers agricoles issus de l'UE dont ils ont besoin, ils font face à un véritable problème." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Hürriyet Daily News - Turquie

Lutte anti-EI : les stratégies divergentes des USA et de la Turquie

Daech a entièrement pris le contrôle de la ville irakienne de Ramadi dimanche. Tant que Washington et Ankara ne se mettront pas d'accord sur la principale menace dans la région, il sera impossible de contenir les djihadistes, estime le quotidien anglophone Hürriyet Daily News : "Pour le Premier ministre Davutoğlu et le président Erdoğan, Assad reste la cible numéro un ; ils pensent que l'EI disparaîtra aussitôt qu'Assad aura été renversé. Ils risquent d'avoir du mal à faire partager cette conviction à leurs alliés. Les Etats-Unis, de leur côté, concentrent leur attention sur l'EI, qu'ils considèrent comme la principale menace. … Côté turc, en revanche, on espère encore une défaite militaire d'Assad et de son régime. Les nouveaux liens tissés entre la Turquie et l'Arabie Saoudite - elle aussi farouche adversaire d'Assad - nourrissent les espoirs des  dirigeants à Ankara que de nouvelles alliances régionales puissent entraîner une chute d'Assad. Ce dernier a cependant prouvé qu'il savait se maintenir au pouvoir et que le puissant soutien de Moscou et de Téhéran avait raison de ces calculs." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Le Soir - Belgique

Interdire les minerais en provenance de zones en guerre

Le Parlement européen vote mercredi un règlement prévoyant une déclaration bénévole par les entreprises des matières premières originaires de zones de conflits utilisées dans leurs produits. Miser sur le volontariat est ridicule, critique le quotidien libéral Le Soir : "Le système non contraignant est défendu par une majorité constituée du Parti populaire européen ..., une grande partie des libéraux ..., les eurosceptiques, les europhobes et par l'extrême droite. Leur motivation : ne pas gêner les entreprises. Comme quoi, on peut appartenir à des partis pro-européens, à un Parlement qui se prétend le gardien des libertés et de la démocratie, on peut décerner en pleurant d'émotion le prix Sakharov au docteur Mukwege qui supplie le Parlement d'adopter une législation contraignante ; ... et puis, le moment venu, piétiner tout cela pour ne pas embêter les entreprises … le Parlement européen aura l'occasion de prouver qu'il peut être cohérent avec lui-même. Et dans un domaine où l'Union européenne peut influer sur le cours des choses, faire le choix des droits humains." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Ethnos - Grèce

Les créanciers de la Grèce doivent lâcher du lest

Le ministre des Finances Yanis Varoufakis a déclaré dans un entretien lundi que son pays était sur le point de signer un accord avec ses créanciers. Il incombe surtout aux créanciers de reconnaître la situation difficile de la Grèce, estime le quotidien de centre-gauche To Ethnos : "Les cinq jours à venir seront d'une importance vitale pour le Premier ministre Alexis Tsipras et son gouvernement en vue de trouver un 'compromis respectable' avec les créanciers. ... Ces derniers temps, le gouvernement a montré qu'il voulait trouver un accord. Mais évidemment, il ne s'agit pas uniquement de connaître les intentions de la Grèce et les compromis qu'elle serait prête à faire. Il importe que nos partenaires et bailleurs de fonds comprennent que le peuple grec a atteint ses limites à tous les égards et ne peut pas s'imaginer de tomber de nouveau dans la récession." (18.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Ziare - Roumanie

La taxe sur le pourboire, projet sans queue ni tête

Le gouvernement roumain veut supprimer dès le mois prochain la taxe sur le pourboire entrée en vigueur le 1er mai. La nouvelle loi prévoyait la délivrance d'un reçu pour tout versement d'un pourboire afin de diminuer la fraude fiscale. Le portail d'information Ziare estime que le gouvernement a finalement reconnu sa propre incapacité : "D'une part, le gouvernement avoue maintenant que ce n'est pas du côté du pourboire qu'il faut chercher les grands fraudeurs fiscaux. Au contraire, le pourboire assure la survie de nombreuses personnes, même s'il s'agit de petites sommes remises aux coiffeurs, chauffeurs de taxi ou serveurs. … De nombreuses entreprises ont modifié leurs modalités de facturation pour pouvoir délivrer le fameux reçu. De nombreux gérants ont passé des nuits blanches à mettre en place un système avant le 9 mai pour ne pas encourir le risque d'amende de 2.000 euros. Cette nouvelle loi témoigne d'une confusion mentale. L'action gouvernementale paraît peu crédible et incroyablement ridicule. Une telle action, un tel dilettantisme sont proprement intolérables." (18.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Berlingske - Danemark

La politique n'a pas à se mêler des revendications à Ryanair

Le maire social-démocrate de Copenhague Frank Jensen interdit aux employés municipaux de sa ville de prendre des vols de la compagnie low-cost Ryanair dans le cadre de leurs déplacements de service, celle-ci n'ayant pas conclu de conventions collectives. Pour le quotidien conservateur Berlingske, cette ingérence dans l'autonomie des partenaires sociaux est une aberration : "Par son attitude, Frank Jensen mine le modèle danois sur le marché du travail qu'il prétend défendre. Ce modèle repose sur le principe selon lequel employeurs et employés décident eux-mêmes de leurs conventions tarifaires et collectives, sans que la politique ne vienne s'en mêler. Si les employés ne peuvent imposer qu'avec le soutien politique ce qu'ils ont échoué à obtenir dans le combat syndical, le modèle déclare forfait. Et le patronat n'aura donc plus intérêt à conclure des accords tarifaires." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

CULTURE

Karjalainen - Finlande

Un groupe punk brise les préjugés contre les handicapés

Le groupe de punk finlandais Pertti Kurikan Nimipäivät (PKN) disputera aujourd'hui la demi-finale du concours Eurovision de la chanson à Vienne. Pour le quotidien libéral Karjalainen, les quatre musiciens handicapés mentaux ont déjà remporté une grande victoire : "Avec l'aide des médias finlandais et internationaux, le morceau d'une durée de moins de deux minutes 'Aina mun pitää' (Il me faut toujours) a réussi à ébranler toute une série de préjugés contre les handicapés. … PKN est un modèle qui insuffle énormément de courage aux handicapés mentaux qui suivent le concours. La vie a plus à offrir que le simple projet de fixer le mur de leurs foyers d'accueil à longueur de journée. Quelle que soit l'issue du concours Eurovision, le quatuor a d'ores et déjà montré qu'avec l'encadrement approprié, les handicapés pouvaient monter sur les planches des grandes scènes de ce monde. Or beaucoup d'handicapés mentaux seraient heureux de pouvoir exaucer un rêve plus modeste : avoir un appartement à soi et un vrai travail." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

El Mundo - Espagne

Légaliser enfin le cannabis comme médicament

Il est grand temps de légaliser le cannabis comme médicament, réclame le quotidien conservateur El Mundo, suite à sa publication du reportage sur un enfant atteint d'épilepsie qui suit de façon illégale, mais sur recommandation médicale, un tel traitement : "L'histoire émouvante de cet enfant âgé de deux ans nous oblige à revendiquer des dispositions claires en matière d'utilisation thérapeutique du cannabis, excluant toute stigmatisation. ... La drogue n'étant pas disponible en pharmacie, de nombreuses personnes sont contraintes d'avoir recours au marché noir. Et le désespoir face à de grandes souffrances peut, chez de nombreux malades, entraîner des abus. Il n'y a aucune raison de préserver le statu quo. ... Ni l'abus irresponsable de marijuana en tant que stupéfiant, ni les intérêts de l'industrie pharmaceutique (d'autres médicaments pouvant apporter des bénéfices plus élevés) ne doivent faire obstacle au débat sur la légalisation de la plante à des fins thérapeutiques." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

MÉDIAS

Libération - France

Solidarité avec l'icône de la liberté Charlie Hebdo

Luz, caricaturiste en chef du journal satirique Charlie Hebdo, a annoncé lundi vouloir quitter le journal en septembre. La rédaction fait actuellement face à une crise concernant entre autres l'affectation des bénéfices générés depuis les attentats. Pour le quotidien de centre-gauche Libération, les difficultés actuelles n'ont rien d'étonnant : "Traumatisés, épuisés, blessés physiquement pour certains et moralement pour tous, les membres de l'équipe Charlie sont devenus le symbole mondial de la liberté de dessiner et - à leur corps défendant et meurtri - de la liberté de blasphémer. Rien d'étonnant à ce que les divergences internes, inhérentes à toute rédaction vivante, aient pris de l'ampleur dans cette rédaction à moitié morte, prise sous un double déluge d'argent et de notoriété, sollicités en permanence par les médias. … il n'est qu'une seule attitude digne dans cette affaire : continuer à exprimer une solidarité élémentaire avec ces antihéros aux faiblesses revendiquées et au courage intact." (19.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu