Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 04.05.2015

 

À LA UNE

Vers un blocage politique en Grande-Bretagne ?

Le Premier ministre David Cameron (à gauche), Nick Clegg, chef de file des Libéraux-Démocrates, et Ed Miliband (à droite), le chef du Labour, se disputent la majorité à la chambre basse. (© picture-alliance/dpa)

 

Avant les élections générales de jeudi en Grande Bretagne, Tories et Labour ont exclu presque toutes les alliances possibles. Pourtant, les sondages ne donnent une majorité à aucun des deux partis. Un chaos sans précédent attend le pays, redoutent les commentateurs, qui prévoient un affaiblissement du rôle de Londres dans l'UE.

Tages-Anzeiger - Suisse

Londres vouée au chaos

Les semaines qui suivront les élections seront marquées par d'importantes turbulences, prédit le quotidien de centre-gauche Tages-Anzeiger : "Avec peu d'expérience des coalitions et sans la moindre envie de transiger, les partis insulaires courent droit au chaos parlementaire. Ils réduisent de plus en plus leur possibilités de forger des alliances, et par là leur marge de manœuvre après les élections. Il est devenu difficile de distinguer les alliances encore envisageables en Grande-Bretagne. Dans une certaine mesure, on comprend la position des deux grands partis, Labour et conservateurs. Jusqu'à présent, ils étaient habitués à diriger seuls. Le système électoral assurait une majorité claire ; le scrutin majoritaire engendrait des gouvernements britanniques forts. … Si les sondages ne se trompent pas, la Grande-Bretagne doit se préparer à une période d'incertitude considérable - quel que soit le parti qui arrive en tête." (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

La Vanguardia - Espagne

A Westminster, le puzzle se complique

Les négociations de coalition consécutives aux élections pourraient paralyser le pays, redoute le quotidien conservateur La Vanguardia : "La seule chose qui paraît certaine aux élections législatives britanniques de jeudi, c'est qu'aucun des deux grands partis - Parti conservateur et Labour - ne sera en mesure de gouverner seul. … Si ces prévisions devaient se confirmer, il sera difficile d'assembler les pièces du puzzle. Les négociations de coalition seront si ardues qu'elles pourraient bloquer les institutions. Les chiffres ne présagent rien de bon pour les Tories. Même si Cameron obtenait une majorité des voix, il est possible que le Labour forme une coalition majoritaire face aux conservateurs dans le but de pouvoir gouverner." (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Le Figaro - France

L'UE doit tirer Cameron du piège du Brexit

Si David Cameron est réélu, il devra organiser un référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'UE. Il aura besoin de ses partenaires européens pour se tirer de ce mauvais pas, analyse le quotidien conservateur Le Figaro : "Jusqu'ici, David Cameron a mené une politique européenne brouillonne, faite de coups de poker ratés (comme son opposition à Jean-Claude Juncker) et d'ultimatums dangereux. En promettant un référendum d'ici à 2017 sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE - sans qu'il ait précisé ses revendications ni convaincu ses partenaires de renégocier les traités -, il prend le risque d'un 'Brexit' devant un électorat majoritairement eurosceptique. S'il obtient un second mandat, il reviendra aux Européens de l'aider à sortir de ce piège. Car l'UE a besoin du dynamisme britannique et de son modèle de réussite, tout autant que de l'exemple allemand." (01.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Financial Times - Royaume-Uni

Le rôle marginal de Londres au sein de l'UE

Indépendamment de l'issue des législatives, la Grande-Bretagne continuera de jouer un rôle tout au plus subalterne dans l'UE, analyse le quotidien conservateur Financial Times : "Il suffit de se rappeler qui était présent à Minsk pour négocier un cessez-le-feu en Ukraine avec le président russe Vladimir Poutine, et qui était absent. Les moteurs de la politique extérieure de l'UE sont l'Allemagne et la France. La Grande-Bretagne reste bien évidemment membre de l'UE, elle défend certains de ses intérêts, notamment en ce qui concerne la régulation des marchés financiers. Mais la Grande-Bretagne a fait le choix d'observer depuis la ligne de touche la plupart des processus qui s'opèrent au sein de l'UE. Il est inconstestable qu'il y a des différences substantielles dans la politique européenne des différents partis britanniques. Or ce n'est pas entre le Labour et les Tories qu'on note une véritable césure, mais entre la Grande-Bretagne et l'Europe." (03.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Süddeutsche Zeitung - Allemagne

Les ratés du renseignement allemand

Le Service fédéral de renseignement allemand (BND) aurait aidé la NSA américaine à espionner de hauts fonctionnaires français et des politiques européens, a-t-on appris mercredi. On ignore encore la nature des rapports qu'entretiennent le monde politique et les services secrets, déplore le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung : "[La chancellerie et Angela Merkel] ont omis d'expliquer le travail des renseignements et la collaboration avec les Etats-Unis ; en faisant preuve d'un minimum de courage politique, ils auraient pu établir un climat de confiance. … Cela aurait eu pour principal corollaire de définir des limites claires aux agences de renseignement et à leurs employés dans l'engrenage de l'obtention de l'information. … Ces services suivent en effet une toute autre logique. Ils souffrent du manque de clarté et de la lâcheté politique de leurs donneurs d'ordre. Ils sont tenus de contribuer à la collaboration avec les Etats-Unis, primordiale pour la sécurité de l'Allemagne. Ce faisant, il leur manque toutefois un soutien politique." (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Hürriyet - Turquie

L'AKP remet en cause le processus de paix

Dans le cadre de la campagne électorale turque, le parti au pouvoir AKP attaque essentiellement le parti pro-kurde HDP, celui-ci représentant la menace principale, estime le quotidien conservateur Hürriyet : "L'AKP se comporte comme si le HDP était le principal parti d'opposition. Il semble même qu'il veuille renoncer au processus de paix [avec le PKK], alors qu'il en avait fait sa priorité au début de la campagne. La raison à cela est claire : il est probable que le HDP franchisse la barre des dix pour cent. Le cas échéant, le président Recep Tayyip Erdoğan devrait dire adieu à ses rêves d'un système présidentiel à la turque. … Au détriment du processus de paix, l'AKP a ainsi choisi de miser sur une rhétorique nationaliste et de prendre pour cible le HDP, afin de courtiser les électeurs nationalistes. … Il oublie cependant que cette stratégie est inappropriée et qu'il sera difficile de relancer le processus de paix après les élections." (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Blog Ténytár - Hongrie

Orbán et la peine de mort : un écran de fumée

Le discours sur la peine de mort tenu par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et le parti au pouvoir Fidesz est un pur dérivatif, critique le blog Ténytár : "Tout ceci n'a qu'une explication : face à une baisse de sa cote de popularité, le Fidesz veut couper l'herbe sous le pied du Jobbik. Or la tentative est extrêmement peu crédible. Pourquoi l'électorat de droite qui a tourné le dos au Fidesz pour rallier le Jobbik préfèrerait-il une 'version light' du Jobbik à l'original ? Il est évident que le gouvernement n'a pas perdu en popularité pour ne pas avoir suffisamment prôné les positions radicales du Jobbik, mais tout simplement en raison de la médiocrité de sa prestation à la tête du pays. Le discours sur la peine de mort a une seule et unique fonction : celle d'occulter les manquements du gouvernement et les querelles qui le divise." (02.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Postimees - Estonie

L'Estonie doit accepter plus de réfugiés

Le gouvernement estonien rechigne à accepter davantage de réfugiés dans le cadre d'une répartition proportionnelle au sein de l'UE. Cette attitude est aussi immorale que myope, commente le chroniqueur Ahto Lobjakas dans le quotidien libéral Postimees : "De quel droit le gouvernement estonien présuppose-t-il que les réfugiés resteront sur les côtes méditerranéennes ou qu'ils retourneront dans leur pays d'origine ? … Cela revient à insulter les dizaines de milliers de citoyens estoniens qui ont trouvé refuge en Occident à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Il existe sur terre des enfers où il n'y a pas d'alternative à la fuite et où nos sermons s'avèrent tout à fait immoraux. … La position de l'Estonie, qui refuse d'accueillir le moindre réfugié, est également de courte vue sur le plan politique. Nous avons besoin de la solidarité des pays d'Europe occidentale pour résister à la Russie. L'accueil de 50 à 100 réfugiés ne ferait pas vaciller l'Estonie, mais ce serait un argument puissant en faveur de notre appartenance à l'Europe." (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Diário de Notícias - Portugal

L'égoïsme des pilotes de la compagnie TAP

Au Portugal, le syndicat des pilotes a lancé vendredi une grève de dix jours au sein de la compagnie aérienne publique TAP. Evoquant la situation financière précaire de TAP, près de 200 employés avaient protesté mercredi contre le préavis de grève des pilotes. Ceux-ci réclament des hausses de salaires liés aux heures de service et 20 pour cent du capital en cas de privatisation. Le quotidien-conservateur Diário de Notícias critique les pilotes : "Il ne s'agit pas d'une grève des pilotes de TAP, mais d'un mouvement organisé de certains individus totalement indifférents aux graves conséquences que cette mobilisation pourrait avoir sur leurs 10.000 collègues. … Il s'agit d'un chantage exercé par quelques centaines de personnes, qui savent bien qu'une grève de dix jours représente une perte de 70 millions d'euros pour l'entreprise déjà en difficulté, mais nuit aussi au tourisme (30 millions d'euros par jour) et à l'économie portugaise." (01.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Gazeta Wyborcza - Pologne

Le bébé royal préserve la cohésion du Royaume-Uni

La princesse britannique Kate a mis au monde son deuxième enfant samedi, une petite fille. C'est la meilleure des choses qui puisse arriver à une Grande-Bretagne ébranlée par la crise, analyse le quotidien libéral Gazeta Wyborcza : "Après le déclin de l'empire britannique, la dynastie des Windsor est l'un des rares bastions qui soient restés aux Britanniques. Le 'royal baby n° 2' est né quelques jours à peine avant les législatives qui verront probablement le Parti national écossais remporter la majorité des voix écossaises. Le Premier ministre Cameron redoute que l'Angleterre ne soit obligée de lui faire des concessions. Pourtant, les indices révélateurs d'une lente désagrégation du Royaume-Uni se multiplient. On ne sait pas s'il restera dans l'UE. Kate n'aurait pas pu mieux choisir le moment de mettre au monde son enfant. On pourrait presque penser à un acte prémédité." (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Il Sole 24 Ore - Italie

L'injustice, déclencheur de la mobilisation contre l'Expo 2015

Des manifestations violentes ont eu lieu vendredi en Italie pour protester contre l'Expo 2015 de Milan. A l'origine de cette mobilisation : les scandales de corruption liés à l'organisation de l'exposition universelle et à son budget de 2,5 milliards d'euros. Les manifestants ont montré qu'il fallait privilégier la légalité et la culture de la performance, commente le journal économique libéral Il Sole 24 Ore : "Un pays qui n'enregistre aucune croissance depuis 20 ans et qui est même en récession depuis sept ans a accumulé un énorme potentiel d''injustice'. Il est bien plus aisé d'accepter une richesse accumulée dans le cadre des lois, et qui n'est pas le résultat de la fraude fiscale et de la corruption. La nécessité d'être utile aux autres de façon contrôlable et reconnue est importante pour le consensus social, lié à l'égalité des chances." (03.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

De Telegraaf - Pays-Bas

Crash du MH17 : trouver les responsables

Le dernier transport des dépouilles des victimes du vol MH 17 est arrivé samedi aux Pays-Bas. Le ministre de la Justice Ard van der Steur a fait part de ses doutes quant à la probabilité que les responsables de l'attaque de juin 2014 comparaissent un jour devant la justice. Le gouvernement ne doit pas baisser les bras dans ses poursuites pénales, écrit le quotidien de droite De Telegraaf : "D'où vient ce soudain pessimisme de la part du ministre ? Se peut-il que le cabinet se rende compte que les paroles grandiloquentes de l'année dernière ont lourdement hypothéqué sa marge de manœuvre à l'avenir ? A savoir s'il devait s'avérer que la Russie et son président étaient impliqués dans ce qui a coûté la vie à presque 200 Néerlandais. [Le Premier ministre Mark] Rutte devrait prendre exemple sur l'eurodéputé [Hans] van Baalen. Celui-ci avait qualifié le président Poutine de nouvel ennemi de l'Europe. Il faut mettre la main sur les responsables !" (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Večernji list - Croatie

La Croatie livrée à elle-même face à la mafia

Vinko Žuljević Klico, officier à la retraite et homme d'affaires connu, a été exécuté en pleine rue dimanche matin près de Zagreb. Il aurait eu des liens avec la pègre. Ce meurtre porte la signature de la mafia, écrit le quotidien conservateur Večernji List: "Pourtant il n'y a pas pas de mafia dans notre pays, comme ne cessent de l'affirmer la justice, la police et la politique. Il n'en reste pas moins que cette mafia 'non existante' laisse déjà depuis des années, avec des interruptions plus ou moins longues, sa marque sanglante dans les rues de la capitale. Mais ceci n'a rien d'étonnant quand on sait qu'elle est invisible pour tous ceux qui sont censés nous protéger contre le crime organisé, sans pour autant le faire. Ainsi, nous ne sommes pas parvenus à trouver un seul des auteurs des plus de 30 exécutions non élucidées depuis les années 1990. Il s'agit de tueurs professionnels, nous dit la police. Mais les policiers et les agents des services secrets ne sont-ils pas eux aussi des professionnels, dont la mission est de mettre la main sur ces 'professionnels' qui sévissent dans le camp adverse ?" (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Sydsvenskan - Suède

Non, la Suède n'est pas le paradis de la liberté de la presse

La Suède occupe le 5e rang au classement annuel de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières. Cette bonne évaluation ne doit pas occulter que la liberté de la presse est elle aussi menacée en Suède, écrit le quotidien libéral Sydsvenskan : "D'après un rapport publié la semaine dernière par le Conseil pour la lutte anti-criminalité, un tiers des journalistes interrogés déclarent être victimes de menaces. Or une démocratie viable a besoin de citoyens bien informés. … Les médias jouent un rôle important : ils apportent des informations pertinentes, surveillent de près le pouvoir et proposent des forums d'échange d'opinions.  Il est tout à fait problématique que les journalistes ne puissent plus se rendre dans les zones de guerre par craintes pour leur sécurité, que la violence ou que la menace de la violence génère l'autocensure, que le pouvoir politique ou économique porte atteinte à la liberté de la presse. … Il s'agit surtout d'une menace pour la démocratie." (03.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SPORT

Lidové noviny - République tchèque

Les Tchèques prêts à tout sacrifier pour le hockey

Les championnats du monde de hockey sur glace qui ont commencé ce week-end en République tchèque ont déjà été émaillés d'un drame pour le pays organisateur : le joueur Jaromír Jágr, star de la NHL, s'est foulé un petit doigt. Le quotidien conservateur Lidové noviny décrit la stupeur dans laquelle l'incident a plongé les Tchèques : "Jaromír Jágr est le tendon d'Achille des Tchèques, et son petit doigt est son tendon d'Achille à lui. Les images de cette défection ont semé l'effroi dans la population. Un des hommes forts de la nation se trouve vulnérable et sans défense. … Le hockey sur glace est un des plus grands mystères de la République tchèque. On ne peut pas en dire autant de ses voisins : les Allemands participent au championnat plus pour la forme que pour autre chose, sinon ils joueraient mieux. Les Autrichiens sont encore plus faibles, et ne parlons même pas des Polonais ou des Hongrois. … Les Français et les Britanniques ne savent pas s'y prendre, tout comme nous ne nous intéressons ni au rugby ni au cricket. Les Tchèques, pour leur part, sont fiers de leur identité du hockey sur glace. Ils seraient prêts à se faire amputer du petit doigt si cela pouvait rendre le sien à Jágr." (04.05.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu