Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 25.03.2015

 

À LA UNE

Catastrophe aérienne dans les Alpes de Haute-Provence

Le village de Seyne-les-Alpes, à proximité du lieu du drame. Aucun des 150 passagers n'a survécu. (© picture-alliance/dpa)

 

Au lendemain du crash d'un Airbus de la compagnie Germanwings en provenance de Barcelone et à destination de Düsseldorf, le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy sont attendus dans la zone où l'accident s'est produit. La presse européenne est sous le choc et souligne la solidarité de l'Europe dans l'adversité.

Corriere della Sera - Italie

La famille européenne réunie dans le deuil

Après le crash de l'Airbus A320, le président François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy se retrouveront aujourd'hui sur le lieu de l'accident. Une épreuve qui soude l'Europe, commente le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : "Une famille qui fonctionne sait se recueillir à l'unisson dans les moments de deuil. Dans ces heures sombres, la famille européenne - menacée de l'extérieur par de fanatiques violents et calomniée de l'intérieur par des populistes irresponsables - ne fait pas mauvaise figure mais sait se montrer véritablement solidaire. Le temps d'une journée, nous avons oublié les choses qui nous séparent. Nous avons su discerner ce qui nous unit. Comme nous l'avions fait en janvier, après les attentats de Paris. La douleur est riche d'enseignements." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

La Croix - France

L'heure est au recueillement

Tant que nous n'en saurons pas plus sur les circonstances de ce drame aérien, priorité doit être donnée au recueillement, écrit le quotidien catholique La Croix : "S'il devait apparaître que cette catastrophe a été provoquée par des terroristes, l'évènement prendrait bien sûr une dimension exceptionnelle. Mais, mardi soir, nous ne savions pas. Il n'était pas possible de faire autre chose que de diriger ses pensées vers les victimes de l'accident. Un matin de printemps, à Barcelone, ils sont montés dans un avion pour Düsseldorf. Un voyage banal comme il y en a des milliers chaque jour. Ils étaient allemands, espagnols et encore d'autres nationalités. Selon les premières informations, il y avait à bord deux bébés et une quinzaine d'adolescents de retour d'un voyage scolaire. Depuis le milieu de la journée, ce sont 150 familles et leurs proches qui sont meurtris à jamais. Par un accident absurde, dans un coin de paradis." (24.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Lidové noviny - République tchèque

Un crash qui ébranle la confiance dans la sécurité aérienne

L'avion est-il un moyen de locomotion sûr ? La question se pose après chaque catastrophe aérienne, en l'occurrence celle de l'Airbus de Germanwings, constate le quotidien conservateur Lidové noviny : "Les autorités compétentes nous répondent chiffres à l'appui que l'avion est un mode de déplacement sûr. Une affirmation qui se vérifie au niveau mondial. On a enregistré 35 accidents tragiques en 1989, contre onze seulement l'an dernier. … Le citoyen lambda compare souvent les avions aux voitures. La probabilité de trouver la mort dans un accident de la route est 75 fois supérieure au risque de finir pulvérisé parmi les débris d'un avion. Pourquoi avons-nous tout de même moins peur de prendre la voiture ? C'est que les chiffres ont une faiblesse. Ils ne reflètent pas la composante psychique de l'homme, qui a évolué au fil des dizaines de milliers d'années de son combat de survie. Elle lui dit qu'en voiture, il est plus ou moins maître de son destin. A bord d'un avion, on ne peut pas en dire autant. C'est là un ressenti qui est plus fort que toute statistique." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Savon Sanomat - Finlande

Contrôler la sécurité des compagnies low-cost

Après le crash de l'Airbus A320 de la compagnie Germanwings, le quotidien libéral Savon Sanomat espère que toute la lumière sera faite sur les circonstances de ce drame : "Les conditions de vol au moment de l'accident étaient visiblement normales. … L'appareil avait-il un problème technique ou un défaut de construction ? S'agit-il d'un attentat terroriste ? Pourquoi l'avion volait-il à une attitude aussi basse et, de surcroît, hors de l'itinéraire habituel ? … S'il y a eu un problème, il paraît primordial de l'élucider, car un dysfonctionnement similaire peut aussi survenir sur d'autres Airbus A320. … Il convient par ailleurs d'enquêter sur les pratiques des compagnies low-cost en matière de sécurité. S'il devient plus dangereux de choisir des vols bon marché, de nombreux clients seront vraisemblablement prêts à payer davantage si cela augmente leurs chances d'arriver sains et saufs à destination." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Taraf - Turquie

L'AKP ne conclura jamais de paix avec les Kurdes

A l'occasion des célébrations de la fête de Newroz, le nouvel an kurde, samedi, le leader du PKK Abdullah Öcalan, depuis sa prison d'İmralı, a appelé ses partisans à ouvrir l'ère de la paix avec la Turquie. Or le gouvernement AKP n'est pas prêt à envisager une résolution du conflit kurde, déplore le quotidien libéral Taraf : "De Newroz en Newroz, le camp kurde affirme son engagement en faveur de la paix. Mais en raison de l'ignorance et de l'incompétence du gouvernement en matière d'équité politique et quant à une résolution du conflit, mais aussi et surtout de par les calculs électoraux d'Erdoğan après l'armistice, la position d'Ankara n'a pas évolué. Elle ne peut rien faire et ne fera vraisemblablement rien. Öcalan, pour sa part, a renouvelé dans sa dernière lettre, par des propos forts, l'appartenance du mouvement politique kurde à la Turquie. … Or les Kurdes n'ont aucun interlocuteur aujourd'hui. Le mouvement kurde, à l'inverse du gouvernement, a défini sa politique et pris l'initiative. Pour qu'un dialogue aboutisse à des négociations et qu'un armistice se mue en une paix durable, il est néanmoins nécessaire que deux camps existent." (24.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Financial Times - Royaume-Uni

Cameron commet une grave erreur électorale

Le chef du gouvernement britannique David Cameron a déclaré exclure un troisième mandat en tant que Premier ministre, lors d'une interview accordée à la BBC. Une grave erreur de sa part, alors qu'il compte se présenter pour un deuxième mandat dans six semaines et demie, estime le quotidien conservateur Financial Times : "Dans la plupart des démocraties modernes, les chefs de parti qui briguent le pouvoir essaient de donner l'impression de déborder d'énergie. Une impression qui peut être rapidement compromise par la moindre allusion à leur 'mortalité' politique. Lorsque Tony Blair avait fait une annonce comparable en 2004, excluant toute éventualité d'un quatrième mandat, ceci a eu une incidence immédiate sur son autorité de chef du Labour." (24.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

De Morgen - Belgique

Belgique : Bart de Wever flagorne les extrémistes

Bart de Wever, leader du parti indépendantiste flamand N-VA et maire de la ville d'Anvers, a provoqué un tollé après avoir déclaré lors d'un entretien télévisé que le racisme était un phénomène marginal en Flandre. Des propos dont ne s'étonne pas le quotidien de centre-gauche De Morgen : "Les Flamands ne sont pas racistes, ils réagissent tout au plus avec racisme quand les étrangers ont l'insolence de rejetter la faute de leurs propres échecs sur un prétendu phénomène de racisme. … De telles affirmations sont pourtant depuis longtemps déjà au cœur des concepts avec lesquels la N-VA prépare ses interventions publiques. … La N-VA a remporté les dernières élections car elle a su mobiliser massivement les électeurs des partis d'extrême droite Vlaams Belang et Zwarte Zondag. Il convient par moments de jeter un os à cet électorat. Et ce sans paraître trop répugnant, mais en suivant le mot d'ordre suivant 'On ne peut rien nous reprocher'. La faute incombe aux autres : aux étrangers, à l'incapacité des politiques et des opposants." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

RÉFLEXIONS

Le Monde - France

L'erreur du tout-répressif face au terrorisme, par Geoffroy de Lagasnerie

Le Premier ministre français Manuel Valls a présenté jeudi un projet de loi qui prévoit d'accorder des moyens supplémentaires à la police et aux services de renseignements pour lutter contre le terrorisme. Or c'est précisément la méthode à proscrire si l'on veut briser la spirale de la violence, estime le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie dans le quotidien de centre-gauche Le Monde : "C'est toute une représentation de ce que gouverner veut dire qui transparaît ici. … Nous avons affaire au déploiement d'une conception répressive de l'action de l'Etat, qui se contente de réagir à ce qui arrive dans le monde en augmentant les instruments aux mains de force de l'ordre. Que voudrait dire, à l'inverse, répondre à la menace terroriste par plus de justice sociale, plus de démocratie, moins de violence ? Que signifierait orienter l'action de l'Etat principalement vers les structures sociales et leurs transformations, c'est-à-dire vers les causes des phénomènes que nous voulons combattre plutôt que vers les effets qu'elles produisent ? Telles sont les questions importantes auxquelles il aurait fallu inventer des réponses afin d'essayer de dessiner un autre avenir. Malheureusement, en s'engageant sur la même voie, condamnée à l'échec, que les Etats-Unis, M. Valls nous condamne à répéter les mêmes erreurs qu'eux, à ne pas traiter les problèmes réels - et, ainsi, à stagner dans un moment marqué par la peur, le danger et la vulnérabilité, dont se nourrit le cycle de la violence." (24.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

De Volkskrant - Pays-Bas

Les injustices du 'SMIC jeunes' aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, les jeunes chômeurs protestent contre une loi qui permet de réduire le salaire minimum jusqu'à 50 pour cent de sa valeur légale pour les employés âgés de 18 à 23 ans. Ce mouvement de protestation est plus que justifié, estime le quotidien de centre-gauche De Volkskrant : "Les patrons exploitent éhontément le salaire minimum fixé pour les jeunes. Depuis quelques années, des salariés 'adultes' fixes perdent leur emploi, supplantés par des étudiants ou des lycéens, en raison de la faiblesse du 'SMIC jeune'. … L'argumentation des patrons, à savoir que l'abolition de ce salaire minimum diminué entrainerait la perte d'emplois peu qualifiés, est dépourvue de tout fondement. En effet, qui, le cas échéant, remplirait les étalages des supermarchés ou tournerait les steaks sur les grills des fast-foods ? … Cette disparité salariale entre jeunes et adultes contribue à fausser le marché du travail. On ne peut plus faire avaler aux jeunes employés cette forme de discrimination liée à l'âge de la main-d'œuvre." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Die Tageszeitung taz - Allemagne

Face à Facebook, la puissance des utilisateurs

La Cour de justice européenne traite depuis mardi la plainte déposée par le citoyen autrichien Max Schrems contre Facebook et doit déterminer si le groupe américain a enfreint la législation européenne sur la protection des données. Pour le quotidien de gauche taz, on peut déjà tirer deux enseignements de cette affaire : "Premièrement, les consommateurs ne sont pas aussi impuissants qu'on veut bien le croire. Le juriste Max Schrems, à l'origine de la plainte devant la Cour de justice européenne, n'est pas parti de grand-chose au départ ; il avait simplement réclamé l'intégralité de ses données personnelles à Facebook, et obtenu un dossier de 1.200 pages. … Deuxièmement, si de simples utilisateurs peuvent autant faire bouger les lignes, quels effets pourrait dès lors avoir l'action des gouvernements ? Des législateurs qui ne courberaient pas l'échine devant des groupes prétendument tout-puissants et devant Washington, mais qui auraient le courage de défendre la cause des consommateurs, des citoyens et de leurs droits ? … Le ministère de l'Intérieur allemand s'est [cependant] opposé à une prise de position de son pays dans cette action en justice contre Facebook." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Tages-Anzeiger - Suisse

Une campagne sans fondement contre les immigrés des Balkans

De jeunes hommes issus de familles d'immigrés originaires d'ex-Yougoslavie auraient harcelé des filles de leur propre école en Suisse orientale. Il faut certes rester vigilants face à la violence, mais l'image des 'machos des Balkans' qui refusent de s'intégrer, telle qu'elle est véhiculée, ne correspond pas à la réalité, écrit le quotidien Tages-Anzeiger : "Non, la Suisse n'a pas fait les mauvais choix dans son recrutement d'étrangers, comme l'affirme l'extrême droite, mais elle a aggravé le problème par une mauvaise politique migratoire. Il n'en reste pas moins que l'intégration des personnes issues des Balkans est plus rapide que celle des Italiens il y a 30 ou 40 ans. En témoignent non seulement les entreprises de construction, de peinture en bâtiment et les restaurants fondés, ouverts ou gérés en Suisse par des personnes originaires des Balkans. Mais aussi le nombre croissant de jeunes politiques, universitaires et artisans qualifiés. Ils font partie intégrante de la Suisse. Et ils resteront ici. Il y aura toujours des ratés dans l'intégration. Ce serait cependant une grave erreur d'alimenter artificiellement les animosités." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

The Press Project - Grèce

Grèce : un 25 mars indigne d'un gouvernement progressiste

Le 25 mars, les Grecs commémorent le soulèvement de 1821 contre l'Empire ottoman. Après le traditionnel défilé militaire, une grande fête est également prévue cette année dans le centre d'Athènes. Des festivités tout à fait malvenues, juge Iasonas Triantafyllidis sur le portail ThePressProject : "Un gouvernement progressiste se devrait de supprimer de tels défilés. Ce rituel suranné, mis en place par les régimes autoritaires, est absurde, surtout en 2015. ... Je regrette que personne n'ait le bon sens, mais aussi le courage, de supprimer ces parades militaires - qui plus est au sein d'un gouvernement qui se veut progressiste. Au lieu d'envisager cette idée, il a été décidé cette année d'organiser, à l'issue du défilé, des célébrations et des danses devant le Parlement. … J'espérais ne jamais avoir à vivre une telle chose. Seuls les individus et les peuples qui ne doivent rien à personne et qui tiennent leurs promesses peuvent se targuer d'être dignes. Célébrations, danses et défilés sont, de ce point de vue, tout à fait inopportuns." (24.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

NaTemat - Pologne

Pologne : en finir avec l'omniprésence de la publicité

On compte à Varsovie dix fois plus de panneaux publicitaires qu'à Paris, agglomération pourtant nettement plus grande. Le Sejm a légiféré vendredi pour lutter contre les excès de la publicité extérieure en Pologne. Le politique libéral-conservateur Paweł Pisorski juge toutefois ces mesures insuffisantes et sur son blog hébergé par le portail naTemat, il recommande de s'inspirer du Luxembourg : "On va certes dans le bon sens, car les communes peuvent verbaliser les contrevenants, les peines pouvant aller jusqu'à 5.000 zlotys [1.200 euros]. … Or elles devraient être dix ou 100 fois supérieures pour que la loi soit efficace. Au Luxembourg, on ne trouve dans l'espace public aucune publicité de grand format ou de murs entiers placardés de publicités. Le pays est petit mais économiquement très développé. La loi a tout simplement été adoptée, et tout le monde s'y tient. Cette solution ne serait-elle pas préférable à toute une série de nouvelles dispositions légales ?" (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

MÉDIAS

Deutsche Welle - Roumanie

Certains journalistes sont pires que les mercenaires numériques

Les commentateurs sur Internet engagés par le parti libéral-conservateur roumain PMP ont été soudoyés par l'intermédiaire de l'ex-ministre du Tourisme Elena Udrea. C'est ce qui est ressorti d'une enquête anticorruption visant la proche collaboratrice de l'ex-président Traian Băsescu. Mais il y a pire que ces mercenaires numériques, à savoir les journalistes malhonnêtes, gronde l'antenne roumaine de la Deutsche Welle : "Les commentateurs soudoyés avaient pour mission de créer l'illusion d'une majorité écrasante. Et ce non pas à grand renfort d'arguments, mais en exprimant des sentiments simulés. Hélas, bien trop souvent, la presse suit exactement la même procédure. … On ne compte plus les exemples de situations où les médias ont sciemment mystifié des faits. … Ils ne le cèdent en rien non plus sur les plans de la violence verbale et des accents moralisateurs. Il serait donc peu étonnant que les commentateurs aujourd'hui mis à l'index aient le sentiment d'être de petits délinquants en comparaison des cols blancs qui déversent quotidiennement des tombereaux de mensonges." (25.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

COULEURS LOCALES

Népszabadság - Hongrie

Les Magyars, un peuple maussade

A en croire une étude menée à l'échelle européenne, les Hongrois seraient le peuple le plus malheureux d'Europe. Le quotidien de centre-gauche Népszabadság se penche sur ce mal-être : "Notre gouvernement va probablement se mettre à faire pression sur les agences de notation chargées de mesurer le bonheur. Il est tout de même inadmissible que nous fassions dans le bas de gamme en matière de satisfaction. … Que constate-t-on dans les autres pays ? Les gens ne se lamentent pas en permanence. Il y a moins d'agressivité dans l'air que chez nous. … De plus, les femmes sont bien plus présentes dans la vie publique et l'appareil étatique n'est pas aussi corrompu (à l'exception de l'Autriche, qui a toutefois le mérite d'en parler ouvertement dans la presse). Les autres pays dépensent plus pour l'éducation et moins pour les bâtiments représentatifs. Les Danois, par exemple, ne se plaignent pas en permanence de n'être pas assez heureux." (24.03.2015)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu