Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 23.10.2014

 

À LA UNE

UE : discussions sur le climat et l'énergie

La Commission a présenté une proposition qui prévoit de réduire de 40 pour cent les émissions de CO2 d'ici 2030. (© picture-alliance/dpa)

 

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE doivent discuter ce jeudi à Bruxelles de la politique climatique communautaire pour la période 2015-2030. Certains commentateurs espèrent que les incertitudes liées à l'approvisionnement en gaz par la Russie pousseront les participants à promouvoir l'union énergétique. D'autres craignent que les objectifs climatiques ne soient à nouveau victimes de mauvais compromis.

Financial Times - Royaume-Uni

L'union énergétique doit être la priorité n°1

La crainte de voir la Russie fermer le robinet du gaz en raison de la crise ukrainienne impose aux dirigeants politiques européens de s'engager davantage pour une union énergétique, estime le quotidien économique libéral Financial Times : "L'agenda européen est dominé depuis 2008 par la crise de la zone euro et par la nécessité pour les dirigeants nationaux de réagir précipitamment à un potentiel krach financier et d'intervenir pour éteindre l'incendie. En dépit du conflit en Ukraine, le défi qui consiste à créer une union énergétique n'a pas suscité le même sentiment d'urgence. Or réussir dans cette entreprise s'avérera déterminant pour l'avenir économique de l'Europe. Les dirigeants politiques européens sont donc tenus de s'atteler à ce projet avec plus de résolution et de dynamisme qu'ils ne l'ont fait jusqu'à présent." (21.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Hospodářské noviny - République tchèque

Relier les réseaux énergétiques nationaux

Parmi les 28 pays de l'UE, on dénombre près de 28 positions différentes sur la politique climatique, déplore le quotidien économique libéral Hospodářské noviny, qui ne voit qu'une seule issue à ce chaos avant le sommet européen sur le climat : "La politique énergétique est du ressort des Etats-nations. Certains d'entre eux protègent leurs secteurs énergétiques clés, d'autres redoutent que les nouvelles énergies soient trop chères et trop aléatoires. D'autres encore soulignent le prix attractif du gaz russe. Ce sont surtout les ex-pays communistes, Pologne en tête, qui s'inquiètent de leur compétitivité. Peut-être suffirait-il, pour commencer, de prendre au sérieux la proposition du président désigné du Conseil européen, Donald Tusk, de créer une union énergétique et de connecter efficacement les réseaux nationaux. Les économies que cette mesure permettrait à l'UE de réaliser d'ici 2030 ont été chiffrées à quelque 40 milliards d'euros. … Peut-être la crise ukrainienne et la politique hégémonique russe auront-elles un effet catalyseur sur l'union énergétique." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Süddeutsche Zeitung - Allemagne

Politique climatique : une foire d'empoigne

Compte tenu de la construction d'une nouvelle centrale nucléaire en Grande-Bretagne, des investissements dans les centrales à charbon en Pologne et de la place encore importante accordée au charbon en Allemagne, le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung doute de l'adoption de règles communautaires obligatoires lors du sommet de l'UE sur le climat : "Si les chefs d'Etat et de gouvernement parviennent à s'entendre ce vendredi sur un programme climatique et énergétique pour 2030, alors ce sera le résultat de simples marchandages, totalement déconnectés de la protection climatique réelle. L'Espagne conditionnera son accord à la construction de lignes qui traversent les Pyrénées. La Pologne conditionnera son accord à l'affectation de suffisamment de milliards au fonds de solidarité, etc. On aura au final un document comportant trois objectifs, dont deux seront non contraignants pour les 28 Etats membres. Qui donc, au final, sera tenu de respecter ces objectifs ?" (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Rzeczpospolita - Pologne

La Pologne devra défendre son secteur énergétique

Le sommet de l'UE sur le climat revêt une importance cruciale pour le développement de la Pologne, selon le quotidien conservateur Rzeczpospolita, qui appelle la Première ministre polonaise Ewa Kopacz à rester ferme : "Les deux prochaines années seront déterminantes quant à l'avenir du secteur énergétique polonais, lequel dépend du charbon. Mais il s'agit également de la compétitivité de l'ensemble de l'économie. Si les dirigeants politiques devaient confirmer les objectifs de réduction des émissions de CO2 pour 2030, sans faire de concessions à la Pologne et aux autres Etats du groupe de Visegrád, il faut s'attendre à une hausse drastique des prix de l'énergie. … En amont de ce sommet, on entend circuler à Bruxelles des informations évoquant l'imminence d'un accord qui pourrait être favorable à la Pologne. Si celui-ci devait présenter la moindre carence, Ewa Kopacz ne devra en aucun cas le signer. Il faudra par exemple continuer à donner la possibilité aux pays riches de l'UE de céder leurs quotas d'émission aux Etats pauvres." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Delo - Slovénie

UE : la nouvelle Commission appuie les petits pays

Le Parlement européen a confirmé mercredi l'investiture de la nouvelle Commission européenne. Celle-ci va donc pouvoir se mettre au travail à compter du 1er novembre. L'équipe constituée par Jean-Claude Juncker, président de la Commission, permettra à l'avenir aux petits Etats membres de surveiller les grands, se félicite le quotidien de centre-gauche Delo : "Fort d'une solide expérience politique, Juncker a réorganisé la Commission de manière intelligente pour que les vice-présidents, généralement issus des petits Etats membres, puissent plus facilement déjouer la pression des grands Etats. Ceci leur confère davantage de poids dans les décisions. Il est donc d'autant plus regrettable que les politiques slovènes n'aient pas su discerner l'offre que leur faisait le chef de gouvernement aguerri de l'un des plus petits Etats membres de l'UE. En effet, Juncker n'a de cesse de répéter qu'à ses yeux, il n'y a pas de grands ou de petits pays, mais que tous les Etats membres sont égaux en droits." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Berlingske - Danemark

Aider Londres à lutter contre le 'tourisme social'

Le Premier ministre britannique, David Cameron, veut présenter d'ici Noël un projet destiné à limiter l'immigration en Grande Bretagne de citoyens issus d'autres Etats membres de l'UE. Le quotidien libéral-conservateur Berlingske appelle à la solidarité avec les Britanniques : "Les dirigeants de l'UE doivent voler au secours des Britanniques. Favoriser l'adoption de règles qui empêchent de percevoir les allocations familiales et d'autres aides sociales dès le premier jour d'un séjour dans le pays. … Au Danemark, une grande partie de la population a autant de réserves que les Britanniques vis-à-vis de l'UE, bien que les dépenses sociales profitant aux travailleurs issus d'autres pays de l'UE y restent limitées. Il n'en reste pas moins qu'aux européennes, un quart des électeurs ont voté pour le [parti d'extrême droite] Dansk Folkeparti. Il est temps de prendre leurs arguments au sérieux." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

The Irish Independent - Irlande

Le Sinn Féin doit se séparer de son leader

Une habitante de Belfast, victime d'un viol perpétré par un membre de l'IRA en 1997, reproche au chef de file du Sinn-Féin, Gerry Adams, d'avoir contribué à étouffer l'affaire à l'époque. Adams récuse ces accusations, mais pour le quotidien conservateur Irish Independent, sa démission est inévitable : "Si Adams était un évêque irlandais, il y aurait un tollé national et l'on réclamerait sa démission. Suite à la divulgation du rapport Murphy par le gouvernement irlandais en 2009, faisant état d'abus sexuels au sein de l'Eglise catholique, son collègue de parti Martin McGuinness, avait exigé haut et fort que des têtes tombent. Nous savons tous que le Sinn Féin est différent, mais dans ce cas, la conséquence ne fait pas l'ombre d'un doute. Ceux qui entourent et soutiennent Adams devraient arrêter de le protéger et lui faire comprendre qu'abandonner à son sort une jeune femme vulnérable est un comportement indéfendable." (22.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Criticatac - Roumanie

Roumanie : des sociaux-démocrates de droite

Dix jours avant la tenue des élections présidentielles en Roumanie, le Premier ministre social-démocrate Victor Ponta, avec 41 pour cent des intentions de vote, devance nettement les 13 autres candidats. Or Ponta présente en réalité une orientation clairement conservatrice, estime le journaliste Vasile Ernu sur le blog de gauche Criticatac : "Ce qui frappe de prime abord dans le programme électoral du candidat Victor Ponta, c'est la priorité donnée à des éléments clés peu prisés par la gauche traditionnelle et moins traditionnelle. La nouvelle 'sainte trinité' des sociaux-démocrates roumains est constituée de l'Eglise, de la patrie et de la famille, sur lesquelles veillent le capital et l'esprit mercantile. … Tandis que la politique sociale des chrétiens-démocrates repose sur la charité et l'amour du prochain, la politique sociale de gauche traditionnelle répond à un impératif de justice sociale et d'équité. Or dans le programme de Victor Ponta, les concepts de justice sociale et d'équité n'apparaissent pratiquement pas." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Slate - France

Budget : la France ne sera pas forcément défendue

La France est l'unique pays de la zone euro dont le budget 2015 prévoit un endettement supérieur à trois pour cent, le plafond fixé par l'UE. Paris ne peut être certaine que la Commission européenne validera son budget, prévient le magazine en ligne Slate : "La France a toute les chances de passer sans encombre l'examen de sa politique budgétaire à Bruxelles, mais à condition de prendre l'affaire au sérieux et de ne pas considérer comme acquise l'indulgence de la Commission et des autres Etats membres. Il est vrai que la situation économique est délicate et que la politique monétaire très souple menée par la BCE ne peut suffire à soutenir l'activité. Mais il ne faut pas se tromper : au Parti socialiste, on a un peu trop tendance à penser que tout le monde est avec nous, y compris au FMI et à l'OCDE, et que la France sera défendue si elle ne mène pas une politique très rigoureuse. Cette interprétation est erronée." (22.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Heti Válasz - Hongrie

Hongrie : une taxe Internet néfaste pour les internautes

Le gouvernement ultraconservateur hongrois prévoit d'adopter une taxe Internet en 2015. Selon les agences de presse, celle-ci équivaudrait à presque 50 centimes d'euro par giga-octet de données transférées. Les fournisseurs d'accès redevables de cette taxe s'empresseront de la répercuter sur les internautes, redoute l'hebdomadaire conservateur Heti Válasz : "Le ministre de l'Economie, Mihály Varga, a beau tenter d'apaiser les internautes en leur assurant que les fournisseurs d'accès ne leur feront pas payer cette taxe, personne ne le croit. C'est tout à fait normal, car on n'a pas oublié l'adoption de la taxe bancaire, que les banques ont aussitôt répercutée sur les clients. … A ceci s'ajoute que les fournisseurs négligeront la modernisation du réseau hongrois. … Le parti au pouvoir Fidesz, qui s'opposait à cette taxe lorsqu'il était dans l'opposition en 2008, ferait mieux d'abandonner le projet le plus vite possible." (22.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Der Standard - Autriche

Les grèves agaçantes des 'travailleurs d'élite' allemands

Ces derniers jours, les conducteurs de trains de la compagnie publique allemande DB et les pilotes de la Lufthansa se sont à nouveau mis en grève. Le quotidien de centre-gauche Der Standard finit par trouver agaçant l'entêtement de ces deux corporations : "Toutes deux se prennent pour les élites d'une entreprise qu'elles ne sont pourtant pas les seules à porter ; beaucoup d'autres, tels les aiguilleurs du ciel et les contrôleurs ferroviaires, y contribuent tout autant. Or la solidarité manque à l'appel. Les pilotes veulent s'arroger les meilleurs salaires, quitte à demander à d'autres de se serrer la ceinture. De plus, la grève des conducteurs de trains syndiqués est surtout due à une querelle avec d'autres syndicats de cheminots [le syndicat des conducteurs de train veut représenter d'autres métiers du rail]. Ils ne s'attirent pas la sympathie de la population, mais ceci importe peu aux conducteurs de train et aux pilotes, qui n'ont pratiquement aucun contact avec les clients. C'est pourquoi la politique devrait instaurer ce qui fait défaut dans ces deux revendications salariales : une médiation qui fasse autorité." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Karjalainen - Finlande

La peur paralyse l'économie

La propagation du virus Ebola, la hausse du chômage ou le changement climatique créent une atmosphère délétère qui pèse tout autant sur les consommateurs que sur les producteurs, déplore le quotidien libéral Karjalainen : "Le pire effet de la peur, c'est la perte de l'envie d'entreprendre. Même ceux qui disposent d'un emploi stable se détournent par exemple des prestations et des commerces dans leur environnement. Les décisions d'achats nécessaires sont également reportées à plus tard quand on part du principe que le produit sera moins cher par la suite. L'entrepreneur a peur d'être boudé par les clients et jette l'éponge. … Le climat de crainte n'est pas un mur qui entoure les individus, c'est un mur qui se dresse dans l'esprit des gens, et qui bloque les activités et les décisions. … Aujourd'hui, la capacité à surmonter la peur apparaît plus que jamais comme la façon la plus productive d'envisager l'avenir." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ABC - Espagne

Madrid doit mettre fin au gaspillage des régions

La majorité des régions autonomes espagnoles dépasseront le plafond de déficit fixé pour l'année 2014. C'est ce qui ressort des chiffres publiés mardi par l'institut économique FEDEA. Madrid doit s'imposer sur cette question, écrit le quotidien conservateur et centralisateur ABC : "Le ministère des Finances doit mettre fin au gaspillage des régions afin que celles-ci respectent les objectifs de déficit. … En dépit de toutes les mesures d'austérité, il existe encore dans les régions toute une série d'institutions et d'agences superflues dont la suppression permettrait d'économiser beaucoup d'argent du contribuable, sans pour autant que cela nuise à l'activité des principaux services publics. Grâce à la loi de stabilité budgétaire, le ministère des Finances dispose de tous les instruments nécessaires afin de rappeler à l'ordre les régions rétives et les contraindre à compenser leur budget. Pour que les régions renoncent elles aussi à ces penchants dilapidateurs, il suffirait de faire preuve de volonté politique." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

Avvenire - Italie

Combattre la propagande de l'EI sur Internet

Trois mineures américaines ont été arrêtées samedi à l'aéroport de Francfort par la police allemande. Elles avaient apparemment l'intention de rejoindre l'organisation terroriste de l'EI en Syrie. De plus en plus de jeunes occidentaux se laissant gagner par la propagande en ligne de l'EI, c'est aussi sur Internet qu'il faut combattre le terrorisme, réclame le quotidien catholique Avvenire : "L'EI, avec sa propagande 'victorieuse' et organisée stratégiquement sur les réseaux sociaux, offre un 'programme' alléchant et extrêmement accessible. Les vols low-cost et les moyens économiques des apprentis djihadistes (souvent des immigrés de seconde génération) font le reste. … L'Occident doit lutter davantage contre ce phénomène. Si l'EI accomplit la moitié de son travail en ligne, nous devons le chasser d'Internet. C'est une forme de censure éthique, qui porte déjà en partie ses fruits avec l'interdiction des vidéos que postent les djihadistes." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Eesti Päevaleht - Estonie

A Tallinn, interdire l'alcool ne garantit pas la sobriété

La ville de Tallinn prévoit de généraliser les interdictions d'alcool et d'interdire la vente de boissons alcoolisés le dimanche. Le quotidien libéral Eesti Päevaleht doute du bien-fondé de telles interdictions : "Il ne fait pas de doute que la consommation et l'accessibilité de l'alcool sont d'importants problèmes en Estonie, mais le projet évoqué rappelle les rêves irréalistes d'abstinence qui n'ont jamais abouti par le passé. … Il est actuellement question d'interdire la vente d'alcool dans un périmètre de 300 mètres autour des écoles maternelles, ainsi que le dimanche dans la capitale et dans les restaurants le dimanche à partir de minuit. … Pour appuyer ces arguments, on invoque des témoignages d'achat d'alcool par des jeunes. … Et pourquoi ne pas commencer par appliquer la législation existante ? L'alcool n'est pas interdit dans notre pays, et les Etats qui l'interdisent se caractérisent par une consommation excessive. Inversement, les grands pays vinicoles ne connaissent ni excès ni interdictions." (23.10.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu