Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 03.07.2014

 

À LA UNE

Escalade de la violence à Jérusalem

Des affrontements ont eu lieu à Jérusalem-Est entre les Palestiniens et la police. (© picture-alliance/dpa)

 

Jérusalem-Est a été le théâtre d'affrontements, mercredi, après la découverte du corps sans vie d'un jeune Arabe. Les manifestants palestiniens y voient un acte de représailles après la mort des trois adolescents kidnappés. La colère extrême de la population est un coup porté au processus de paix, selon les commentateurs, qui appellent au calme des deux côtés.

El País - Espagne

Le caractère explosif de l'ire populaire

L'ampleur de la colère populaire dans les deux camps envenime un peu plus le conflit israélo-palestinien, écrit le quotidien de centre-gauche El País : "C'est ce qui est nouveau et dangereux dans cette situation. La nouvelle joute verbale entre le gouvernement israélien et l'autorité palestinienne, l'envoi de roquettes depuis Gaza vers Israël ou les attaques de l'armée de l'air israélienne ne sont malheureusement pas des nouveautés dans ce conflit permanent. Mais la réaction furieuse des citoyens aux meurtres et la tendance à privilégier la confrontation constituent une nouvelle menace pour la paix entre Israéliens et Palestiniens. Compte tenu de ces rancœurs, il paraît quasiment impossible d'inciter les deux camps à préserver le calme. C'est pourtant la seule voie raisonnable pour éviter des conséquences imprévisibles." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

The Irish Times - Irlande

Le choix impossible d'Abbas

Le meurtre des trois adolescents israéliens porte un coup dur au processus de paix israélo-palestinien et enferme le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans un dilemme, analyse le quotidien de centre-gauche The Irish Times : "La mort des trois jeunes place le leader des Palestiniens, Mahmoud Abbas, devant un choix impossible. Soit il brise définitivement les ponts avec le Hamas et perd toute crédibilité aux yeux des Palestiniens, qui aspirent depuis si longtemps à l'unité de leur direction. Soit il se montre solidaire avec le Hamas et abandonne toute perspective de paix avec Israël dans un avenir proche. Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou est pleinement conscient de cette réalité et son empressement à serrer la vis laisse supposer qu'en vérité, le dialogue l'intéresse peu. Tout espoir a été enterré aux funérailles des victimes." (02.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Corriere del Ticino - Suisse

L'EIIL menace Israéliens et Palestiniens

Plutôt que de continuer à s'affronter, Israéliens et Palestiniens feraient mieux de s'unir pour faire face ensemble aux nouveaux périls que constituent les djihadistes de l'EIIL, prévient le quotidien libéral Corriere del Ticino : "Les deux camps savent que les cruels successeurs d'Al-Qaïda - les fanatiques de l'EIIL - peuvent aussi facilement trouver des partisans en Palestine. … C'est le nouveau facteur qui s'ajoute à la crise perpétuelle au Proche-Orient. Le gouvernement israélien en est conscient, lui qui n'a de cesse de se prémunir contre la menace croissante d'un terrorisme 'piloté de l'extérieur'. L'autorité palestinienne devrait en être consciente elle aussi, ne connaissant que trop bien le penchant du Hamas à recourir à la violence. Faute de dispositions mutuelles au rapprochement, le gel [du processus de paix] est à nouveau inéluctable. Et avec lui, de nouvelles effusions de sang." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Dnevnik - Slovénie

L'échec d'Obama

L'émissaire des Etats-Unis au Proche-Orient a démissionné la semaine dernière. Un signe parmi d'autres témoignant de l'échec de la politique de Barack Obama dans le conflit israélo-palestinien, estime le quotidien de centre-gauche Dnevnik : "Martin Indyk, négociateur d'Obama dans le processus de paix, constatant l'impossibilité de faire bouger le Premier ministre Benyamin Nétanyahou, a jeté l'éponge. Mais les Palestiniens devraient peut-être se bouger un peu également, afin de promouvoir par exemple une solution à 'un Etat', avec la garantie des droits de l'homme et des droits civiques selon le modèle sud-africain, et briser le régime d'apartheid israélien. … Ce n'est pourtant qu'une nouvelle porte de l'enfer qui s'ouvre aujourd'hui au Proche-Orient." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Le Nouvel Observateur - France

Sarkozy se pose en victime

Nicolas Sarkozy a dénoncé sa mise en examen, qu'il a qualifiée de complot du gouvernement et de la justice. L'hebdomadaire de centre-gauche le Nouvel Observateur doute que la mayonnaise prenne : "Le procédé de défense n'est pas nouveau, il consiste à déplacer l'affaire judiciaire sur le terrain politique, à créer une affaire dans l'affaire - 'une affaire d'Etat' -, à jeter le trouble dans l'opinion, à laisser entendre à ses partisans ce qu'ils ont envie de croire. En Italie, Silvio Berlusconi a su parfaitement mettre à profit cette tactique pendant de longues années afin de se poser en victime des 'juges rouges', qu'il disait animés par des objectifs politiques. Cette stratégie peut fonctionner pour Sarkozy. Mais à deux conditions : que le socle des militants et sympathisants fidèles ne s'effrite pas, mais aussi que les leaders de l'UMP fassent corps derrière lui. La première peut être remplie, la seconde est bien plus incertaine." (02.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Diário de Notícias - Portugal

Au moins, la justice française fonctionne

Dans une interview télévisée, l'ancien président Nicolas Sarkozy a rejeté les accusations de corruption qui lui sont faites et dénoncé une "instrumentalisation politique de la justice". Au demeurant, les évènements prouvent qu'en France, l'égalité devant la loi existe encore, se réjouit le quotidien libéral-conservateur Diário de Notícias: "Sarkozy a brisé le silence pour affirmer être la cible d'une campagne qui essaie de détruire son avenir politique. … Ce reproche est une entreprise dangereuse, qui peut s'avérer aussi contre-productive qu'une véritable manipulation de la justice. L'avenir montrera le tour que prendront les événements en France, bien que les deux issues soient un mauvais signe pour une démocratie. Une tout autre question est l'égalité devant la loi. A cet égard, ce qui compte est que la justice ait mis en examen un ancien chef d'Etat, notamment de par la gravité des chefs d'accusations." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Gazeta Wyborcza - Pologne

La paix en Ukraine, impossible sans la Pologne

Les Premiers ministres allemand, russe, ukrainien et français se sont rencontrés mercredi à Berlin pour évoquer un nouveau cessez-le-feu en Ukraine. Le quotidien libéral Gazeta Wyborcza se demande pourquoi leur homologue polonais Radosław Sikorski n'était pas de la partie : "On aurait définitivement dû ajouter une chaise : celle du chef de la diplomatie polonaise. C'est ce qu'exige non seulement la politesse, mais aussi le bon sens. … Rien de grave ne s'y est produit, du moins pour l'instant. Cette réunion de ministres à Berlin n'a pas abouti à de nouveaux Accords de Munich [où, en l'absence de la Tchécoslovaquie en 1938, la Grande-Bretagne, la France et l'Italie avaient entériné l'annexion des Sudètes par le Reich]. Au demeurant, quand la vieille Europe négocie seule avec le Kremlin, certains vieux souvenirs refont surface. Ne pas inviter la Pologne, qui s'engage depuis des années en faveur de l'Ukraine, affaiblit indubitablement l'Europe. A ce jour, l'UE avait su se montrer unie face à la Russie." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Der Tagesspiegel - Allemagne

Drones : l'Allemagne a raison de bien réfléchir

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a indiqué mercredi dans une interview sa volonté de doter l'armée allemande de drones. Le Parlement devra ensuite décider au cas par cas d'armer ou non les drones. La ministre fait preuve de la retenue adéquate, estime le quotidien libéral Tagesspiegel : "L'hésitation ne doit pas être systématiquement interprétée comme un signe de faiblesse, surtout face à des questions de nature éthique. Un examen scrupuleux dénote une éthique responsable. A toujours vouloir hardiment aller de l'avant, on peut se fourvoyer. L'exemple que nous fournissent les Etats-Unis dans le recours aux drones (de combat) est dissuasif, tant sur le plan éthique que juridique. … L'armée se dotera de drones pouvant être équipés d'armes, mais le Parlement décidera de chacun de leur recours. Le programme de drones devra être un projet européen et les appareils seront achetés en leasing. Dans ces conditions, cette décision s'intègre bien dans une stratégie de défense." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Sözcü - Turquie

La crise irakienne menace l'unité de la Turquie

La Région autonome du Kurdistan s'est révélée être un îlot de stabilité au nord de l'Irak au cours de l'offensive du groupe islamiste EIIL. Dans ce contexte, de nombreux Kurdes espèrent l'indépendance. La crise en Irak pourrait donc générer le dépeçage de l'Irak et de la Syrie, mais aussi celui de la Turquie, redoute le quotidien kémaliste Sözcü : "Il y a trois semaines, notre ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, affirmait encore que l'Irak n'était pas en proie au chaos. Aujourd'hui, il reconnaît que la crise est aux portes de notre pays. Parallèlement à cet aveu, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a déclaré que l'heure d'un Etat kurde indépendant était venue. Un avis partagé par Hüseyin Çelik, vice président [du parti au pouvoir en Turquie] AKP : 'Si un Kurdistan indépendant était créé au nord de l'Irak, ce serait un Etat frère', a-t-il affirmé. Tout semble indiquer qu'à un moment donné, le Kurdistan turc sera aussi appelé à intégrer un système fédéral." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Svenska Dagbladet - Suède

Les scandales n'affectent nullement les populistes suédois

Malgré plusieurs scandales, le parti populiste de droite Démocrates suédois (SD) jouit d'une cote de popularité inaltérée de quelque dix pour cent, selon un récent sondage. La révélation par la presse cette semaine que la direction du parti avait étouffé pendant des années la peine de prison d'un membre éminent du parti ne nuira pas à la formation, prédit le quotidien conservateur Svenska Dagbladet : "Premièrement, le choix de partis qui revendiquent une restriction de l'immigration est assez maigre dans le pays, c'est le moins que l'on puisse dire. … Deuxièmement, les électeurs du SD se méfient des journalistes comme de la peste. Ils sont nombreux à n'accorder aucune espèce de crédit aux articles critiques, qu'ils considèrent comme faisant partie de la campagne de dénigrement que les médias traditionnels mènent contre leur parti. … Le SD est le seul parti qui récupère le rejet de l'immigration en Suède. Pour décourager ses sympathisants, il faudrait un scandale d'une autre envergure que la révélation du passé criminel d'un des membres du SD." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Handelsblatt - Allemagne

La Bulgarie doit enfin se mettre au travail

Après le bank-run de la semaine passée, les annonces d'aide financière de l'UE ont réussi à apaiser la crise bancaire bulgare et les esprits. Cet épisode montre cependant à quel point, sept ans après l'adhésion à l'UE, la Bulgarie est encore instable et imprévisible, écrit le journal économique libéral Handelsblatt : "La corruption gangrène ce pays de sept millions d'habitants, dirigé par une équipe inefficace, sous la houlette du chef de gouvernement socialiste Plamen Orecharski, et doté d'un système judiciaire partial. En leur for intérieur, beaucoup de Bulgares doutent que les élections anticipées de début octobre apportent une solution. Et que fait l'Europe ? Elle détourne le regard. … Son arrogance pourra lui coûter cher. La Bulgarie est en quelque sorte un laboratoire d'expérimentation qui nous montrera si l'UE réussit à établir durablement, dans une démocratie parlementaire, une économie de marché qui assume ses responsabilités sociales. … Avant de poursuivre l'élargissement de l'UE, il faudra que les pays qui se trouvent d'ores et déjà dans son giron, comme la Bulgarie, se mettent enfin au travail." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

The Daily Telegraph - Royaume-Uni

L'interdiction de la burqa, une régression

En validant l'interdiction française du voile intégral, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) bafoue les principes fondamentaux reposant sur les acquis démocratiques consécutifs aux deux guerres mondiales, déplore l'auteure musulmane Shelina Janmohamed dans le quotidien conservateur The Daily Telegraph : "Dans la course à l'interdiction du niqab, lequel en est venu à symboliser tout ce que honnit l'extrême droite, le gouvernement français et la CEDH sonnent aujourd'hui la charge pour sacrifier les droits. Des droits acquis à l'issue de guerres qui ont marqué le comble de la haine de l'autre. Si la Cour était vraiment fidèle à ses origines, elle s'efforcerait de défendre ces droits plutôt que de propager le même type de haine qui prédominait jadis en Europe. Le verdict de cette semaine constitue un glissement inquiétant vers un certain point de vue : les droits de l'homme ne sont pas universels." (02.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Wiener Zeitung - Autriche

Débattre de l'âme de l'Europe

A l'occasion du lancement de la présidence italienne de l'UE, le Premier ministre transalpin Matteo Renzi a tenu mercredi un discours devant le Parlement européen, appelant de ses vœux un retour aux valeurs de l'Union. "Nous devons retrouver l'âme de l'Europe" a-t-il notamment déclaré à Strasbourg, ce qui lui vaut les louanges du quotidien public d'obédience libérale Wiener Zeitung : "Le débat portant sur l'âme de l'Europe offre la possibilité de pallier le pragmatisme sclérosé du présent et de redonner un avenir à l'Europe. Ceci nécessitera cependant que le plus grand nombre possible de politiques européens se rallient à cet appel. Actuellement, ce sont les règles du déficit, les régulations bancaires et les contrôles budgétaires complexes qui déterminent le quotidien européen. Ce ne sont que de simples directives bureaucratiques, difficile d'y trouver une âme. Bruxelles doit se libérer de ce carcan bureaucrate. Un débat sur l'âme de l'Europe permettra d'y contribuer." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Eesti Päevaleht - Estonie

En Estonie, on boira bientôt sur les terrains de jeu

En Estonie, l'interdiction générale de consommer de l'alcool dans des lieux publics a été levée mardi. Cette modification de la loi est la porte ouverte aux abus d'alcool en public, redoute la journaliste Britt Rosenberg dans le quotidien libéral Eesti Päevaleht : "La loi autorisant à boire de l'alcool sur les lieux publics a tout de suite été accueillie par des cris de joie. Dans le tram, un homme passablement éméché s'est assis à côté de moi, tenant à la main une bouteille de mousseux sale. … La nouvelle loi n'autorise pas à boire dans tous les lieux publics, du reste pas dans les transports en commun. Mais l'assouplissement d'une loi a une influence sur l'acceptation générale d'un comportement. Bientôt, les amateurs d'alcool feront valoir leurs 'droits' dans les cours d'école et les terrains de jeux." (02.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SPORT

Právo - République tchèque

Les outsiders brillent au Mondial

Résultats très serrés, matchs qui se jouent en partie aux prolongations ou aux tirs au but : les huitièmes de finale du Mondial de football ont montré que les soi-disant outsiders avaient rattrapé leur retard, selon l'ancien international tchèque Miroslav Kadlec, dans le quotidien de gauche Právo : "Il n'y a plus vraiment de véritables outsiders. Toutes les équipes courent, sont bien formées au niveau tactique, font preuve de beaucoup d'engagement et de nerfs solides. Aujourd'hui, bien sûr, elles ont toutes de bons entraîneurs. Elles sont nombreuses à copier le Borussia Dortmund, club qui a bâti une équipe à partir de joueurs inconnus et qui fait aujourd'hui partie de l'élite européenne. Cet exemple montre que c'est possible. Le Costa Rica et l'Algérie m'ont surpris. Personne ne s'attendait à ce qu'ils sortent de leur poule. Le Costa Rica est même en quart de finale aujourd'hui. Les favoris sur le papier ne dominent plus les petites équipes aussi facilement. Cela se joue sur des détails, comme la barre transversale dans le match entre le Brésil et le Chili. Préparons-nous à de nouvelles surprises." (03.07.2014)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu