Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 22.05.2013

 

À LA UNE

L'UE débat de la fraude fiscale

D'après la Commission, l'évasion fiscale représente chaque année près de 1.000 milliards d'euros dans l'UE. (© picture-alliance/dpa)

 

La lutte commune contre la fraude fiscale sera le point principal du sommet européen de ce mercredi à Bruxelles. Personne ne s'attend cependant à un accord concret, notamment sur l'échange automatique des données bancaires. Vu les pertes colossales qu'occasionne chaque année l'évasion fiscale aux Etats de l'UE, manne dont ceux-ci auraient bien besoin en période de crise, les commentateurs appellent à la mise en place d'une législation fiscale internationale.

Hospodárske noviny - Slovaquie

Lutte contre l'évasion fiscale : il était grand temps

Si lors de leur sommet à Bruxelles, les chefs d'Etat et de gouvernement s'engagent sérieusement dans la lutte contre la fraude fiscale, ils pourraient trouver de nouveaux moyens de combattre la crise, espère le quotidien économique libéral Hospodářské noviny : "Il a fallu plus de quatre ans pour que les politiques européens comprennent qu'il ne suffit pas de réduire les prestations sociales et d'augmenter les impôts. Il existe un autre grand réservoir d'argent : la lutte contre l'évasion fiscale. Barroso, le président de la Commission européenne, va jusqu'à réclamer l'échange automatique de données fiscales dans toute l'UE. … Ce qui est curieux, c'est qu'il ait fallu autant de temps pour s'attaquer à un domaine aussi 'sale'. Chaque année, l'évasion fiscale prive l'UE de pas moins de 1.000 milliards d'euros. Soit plus que l'ensemble des dépenses européennes pour la santé. … Les craintes selon lesquelles le business relatif à l'évasion fiscale puisse être délocalisé à Singapour, par exemple, ne se justifient qu'en partie. Le grand capital trouvera certainement toujours une brèche. Mais pour tous les autres, les havres extra-européens représentent un terrain trop étranger." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Diário de Notícias - Portugal

Etats-Unis et UE pourraient ouvrir la voie

Le manque d'ambitions de l'Europe dans la lutte contre l'évasion fiscale est criant, critique le quotidien libéral-conservateur Diário de Notícias, appelant les Etats membres de l'UE à agir enfin concrètement lors de leur sommet de mercredi : "En Europe, les pertes annuelles en termes de recettes fiscales s'élèvent à près de 1.000 milliards d'euros, ce qui correspond en gros à six ans de PIB portugais. Les sacrifices demandés aux citoyens dans toute l'Europe pour réduire les déficits publics revêtent une ampleur tragique. Surtout quand on voit que des profiteurs bafouent le droit fiscal au point de détourner une somme qui représente plus du double du montant total des dettes publiques des pays de l'UE. La transparence fiscale et le combat contre les paradis fiscaux figurent depuis quatre ans sur l'agenda du G20. Si les Etats-Unis et l'UE accroissent la pression, alors le reste du monde se ralliera à eux pour combattre les paradis fiscaux et leur argent sale. On aura alors des résultats tangibles, et pas seulement rhétoriques." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Libération - France

L'évasion fiscale, un fléau mondial

Il faut coopérer au niveau européen mais aussi mondial pour lutter contre l'évasion fiscale, réclame le quotidien de centre-gauche Libération : "La crise a une triste vertu. Elle a réveillé les consciences de la plupart des pays occidentaux sur ces circuits occultes qui détournent chaque année des milliards d'euros ou de dollars des caisses des Etats. La fraude fiscale est un fléau mondial qui suscite l'indignation légitime des opinions publiques. L'acceptation de l'impôt est l'un des fondements de nos démocraties. Ceux qui veulent s'en détourner doivent être traqués sans relâche. Mais la détermination de chaque gouvernement ne peut suffire. Les fraudes, qu'elles soient organisées par des particuliers ou des groupes industriels, sont la conséquence du manque de coopération internationale : une fiscalité mondialisée doit être opposée à une économie globalisée." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Irish Examiner - Irlande

La nécessité d'une réglementation internationale

Auditionné mardi par le Sénat américain, le chef du groupe Apple, Tim Cook, a été accusé d'évasion fiscale par le truchement d'un réseau d'entreprises étrangères. Le quotidien libéral Irish Examiner exige une réglementation fiscale internationale : "La communauté internationale doit réussir à instaurer et à imposer un cadre législatif qui soit favorable aux affaires, tout en empêchant les fraudes fiscales de plusieurs milliards par le biais de ruses de comptabilité. Que pareille juridiction n'ait pas encore été adoptée montre la difficulté de la tâche. Or si l'on veut empêcher que le pouvoir des gouvernements élus ne soit transféré davantage aux grands groupes internationaux, déliés de toute obligation face aux sociétés et aux pays, cette mesure s'impose de toute urgence. Pour cela, il faudra des compétences politiques, diplomatiques et financières, conjuguées à une ferme résolution. En cas d'échec, les conséquences seraient désastreuses." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

De Volkskrant - Pays-Bas

L'Europe lutte à contrecœur

Il y a suffisamment d'arguments pour résorber les niches fiscales qu'exploitent notamment les multinationales, estime le quotidien de centre-gauche De Volkskrant, doutant cependant de la volonté des politiques européens à faire vraiment quelque chose : "On esquive la question en qualifiant sa propre attitude d'exemplaire et en rejetant la faute sur les autres. Dans l'affaire Apple, l'Irlande accuse les lacunes de la législation américaine de permettre des combines fiscales. Même les Pays-Bas s'estiment irréprochables. Le gouvernement souligne que toutes les constructions [qui permettent le contournement fiscal] sont légales et que les Pays-Bas engrangent ainsi un milliard d'euros chaque année. Cela suffit pour faire taire le Parlement. … L'avantage, c'est qu'il y a désormais un soutien plus que suffisant pour adopter des mesures contre le contournement fiscal. Le montant des recettes soustraites à l'impôt en Europe, évalué à au moins 1.000 milliards d'euros par la Commission européenne, contribue également à cette prise de conscience. D'un autre côté, on risque une frustration croissante si les grands groupes continuent d'y échapper." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Der Standard - Autriche

Le ministre allemand de la Défense en difficulté

Le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière, doit répondre des énormes coûts entraînés par Euro Hawk, le projet de drones qui a échoué. Au lieu de prendre position immédiatement, de Maizière veut attendre le rapport de ses experts en armement. En cette année électorale, les faux-pas de son protégé ne devraient pas être du goût de la chancelière, estime le quotidien de centre-gauche Der Standard : "A l'heure actuelle, Merkel ne peut qu'espérer que de Maizière surmonte la débâcle des drones, et qu'il ait de bonnes explications à tirer de son chapeau face au Bundestag, à la Cour des Comptes et aux citoyennes et citoyens du pays. ... De nombreuses voix exigent une élucidation rapide de l'affaire, en toute légitimité. L'exemple de son prédécesseur, Theodor zu Guttenberg (CSU), qui avait en son temps nourri de grands espoirs politiques, avant d'achopper sur le plagiat de son doctorat, affaire qui mit une fin peu glorieuse à sa carrière, illustre ce qui peut advenir de ceux qui tergiversent et se confondent en faux prétextes. Pourtant, de Maizière avait pris la succession de Guttenberg à la Défense avec la promesse tacite de faire preuve de plus de sérieux dans l'exercice de son mandat." (21.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Corriere della Sera - Italie

Les querelles impitoyables des partis italiens

En Italie, les partis traditionnels veulent exclure du prochain scrutin le parti contestataire de Beppe Grillo, Movimento 5 Stelle, au moyen d'une réforme du droit électoral. Grillo, de son côté, fait pression pour que l'ex-Premier ministre Berlusconi soit privé de son siège de sénateur en raison d'un conflit d'intérêts. Les deux camps instrumentalisent le droit pour éliminer leurs adversaires politiques, s'indigne le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : "Bonne nouvelle : la politique a découvert l'existence du droit. Mauvaise nouvelle : les politiques renversent le droit pour attaquer leurs opposants. Il y a un point commun dans la double campagne menée contre Berlusconi et le M5S : la tentative de les éliminer tous deux de la scène politique. Il y a également un instrument commun à cette entreprise : pas le vote, mais le veto qui doit être inscrit dans les tables de bronze de la loi. … Le droit est le renoncement à la vengeance, affirmaient Adorno et Horkheimer. Erreur : en Italie, la politique vient également de transformer le droit en objet contondant." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Frankfurter Rundschau - Allemagne

Les innombrables promesses du SPD

Le Parti social-démocrate allemand (SPD) célèbre cette année le 150e anniversaire de sa création. Pourtant, même le quotidien de centre-gauche Frankfurter Rundschau, en partie détenu par le groupe médias du SPD, adresse des vœux plutôt critiques : "Dans son histoire, le SPD a toujours été un parti du progrès. Mais aujourd'hui, il n'est pas en mesure de livrer une promesse d'avenir enthousiasmante. Celle-ci pourrait être par exemple une transition cohérente de la société industrielle vers les énergies renouvelables. Mais la question est déjà accaparée par les verts. Lutter pour une Europe solidaire serait également un programme approprié, si cela ne faisait pas peur à son électorat. Au départ, les membres du parti voulaient placer l'éducation au cœur du programme électoral. … Aujourd'hui toutefois, l'éducation n'est qu'un thème de campagne parmi d'autres. … Les membres ont ouvert leur traditionnelle boîte à surprises et font d'innombrables promesses électorales, des allocations familiales aux retraites en passant par la construction de logements. … Les membres du SPD célébreront donc allègrement l'anniversaire du parti. Mais secrètement, ils savent que le renouveau est loin." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Standart - Bulgarie

Statu quo en Bulgarie : les nationalistes en profitent

Le nouveau Parlement bulgare a tenu sa première assemblée mardi. La formation d'une majorité viable, composée des socialistes et du parti de la minorité turque d'une part, ou du vainqueur des élections GERB de l'autre, est cependant impossible. Le grand gagnant de cette impasse est le parti nationaliste ATAKA, prévient le quotidien Standart: "'Nous serons votre cauchemar', a déclaré leur chef de file, Volen Siderov, à l'ouverture du nouveau Parlement. ... Le leader nationaliste sera le Saint-Pierre du Parlement. C'est lui qui détient les clés et les voix décisives pour toutes les décisions de formation gouvernementale. Sans lui, aucun poste ne pourra être pourvu et aucune loi adoptée. ... La situation au Parlement est destructrice, elle sent déjà les accords secrets et le désordre. Les électeurs vont eux aussi bientôt devoir se rendre à l'évidence qu'ils ont élu une véritable ménagerie, aveuglée par la soif de pouvoir et de vengeance, et qui sera tout à fait incapable de sortir le pays de l'enlisement." (21.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Latvijas Avize - Lettonie

La Russie doit se garder d'intervenir en Lettonie

Moscou exige de l'UE qu'elle fasse pression sur la Lettonie et l'Estonie pour défendre les intérêts de la minorité russophone. Le quotidien national-conservateur Latvijas Avīze déplore que Moscou ne tolère de son côté aucune espèce d'ingérence dans la politique intérieure russe : "Moscou a donc le droit de s'immiscer dans les politiques intérieures lettone et estonienne. Par contre, il est inadmissible que ces Etats s'immiscent dans les affaires intérieures de la Russie, uniquement parce qu'il s'agit de la Russie. Le ministère russe des Affaires étrangères sait pertinemment que personne en Lettonie n'est discriminé en raison de son origine. Les mêmes règles sont applicables à tous les habitants, indépendamment de leur origine ethnique, religieuse ou autre. En ce qui concerne l'usage de la langue russe au quotidien, dans les affaires, la vie culturelle ou l'éducation, on peut communiquer en russe en Lettonie et en Estonie mieux que dans tout autre pays de l'UE." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

RÉFLEXIONS

Protagon.gr - Grèce

L'attrait du nazisme sur la jeunesse grecque, par Christos Chomenidis

Les derniers sondages donnent au parti néonazi Chryssi Avgi plus de dix pour cent d'opinions favorables, faisant de lui la troisième force politique de Grèce, en dépit des violences commises par les membres du parti et régulièrement évoquées par la presse. Sur le portail Protagon, l'écrivain grec Christos Chomenidis évoque combien Chryssi Avgi est populaire auprès de la jeunesse grecque : "Chryssi Avgi est à la mode. Des milliers de jeunes filles et de jeunes hommes se réjouissent des coupes de cheveux et des actes des hommes en noir. Ils se réjouissent de les voir afficher leur pouvoir et leur virilité, et d'entendre des appels à la violence et à l'intolérance. … Quand les adultes se transforment en girouettes superficielles et sombrent dans la fange de leurs contradictions, alors les jeunes succombent au charme de la clarté [des néonazis]. Ils deviennent membres des groupes paramilitaires de Chryssi Avgi et ont le sentiment d'être les catalyseurs et les héritiers de l'avenir. 'Tomorrow belongs to me', chantait le blond représentant des Jeunesses nazies dans la scène probablement la plus troublante du film 'Cabaret'." (21.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Kauppalehti - Finlande

L'UE doit briser les cartels du pétrole

Des enquêteurs de la Commission européenne ont perquisitionné la semaine passée les locaux de plusieurs grands groupes pétroliers soupçonnés d'ententes illicites sur des prix. Le journal économique Kauppalehti réclame des mesures énergiques : "On soupçonne cette entente sur les prix d'exister depuis 2002 déjà. Sachant que chaque jour, 80 millions de barils de brut sont produits, une majoration de quelques centimes seulement représente quotidiennement plusieurs millions de dollars de recettes supplémentaires pour les groupes pétroliers. La Commission a le pouvoir de condamner les entreprises à d'énormes pénalités, mais cette mesure serait insuffisante à elle seule. Le mécanisme corrompu de formation naturelle des prix doit être révisé. Il faut veiller à ce que ce type de pratiques condamnables ne s'instaure pas à nouveau. Ceux qui font les frais de cette fraude, les consommateurs, ne risquent pas de toucher un dédommagement. Mais ce serait déjà une consolation que d'avoir l'assurance, quand on fait le plein, de ne pas créditer de quelques euros supplémentaires les comptes de groupes arnaqueurs." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

România Liberâ - Roumanie

Les Roumains adorent les politiques corrompus

Gigi Becali, député roumain et propriétaire du club de football Steaua Bucarest, a été condamné à trois ans de prison lundi par la Cour suprême. Il a été jugé coupable d'avoir escroqué 900.000 dollars à l'Etat lors d'un échange de parcelle dans les années 90. Le quotidien conservateur România Liberă ne s'étonne pas que Becali reste autant populaire : "Toutes ses vicissitudes lui ont été pardonnées parce qu'il a longtemps incarné l'âme roumaine. ... Qu'y a-t-il d'étonnant à ce que Becali puisse agir à sa guise dans ce pays, sachant qu'il remplit tous les critères pour être adulé de la majorité : il a de l'argent (il l'a volé à l'Etat, preuve d'intelligence en Roumanie). Il savait donner des coups (une armée de gardes du corps se chargeait des basses besognes). ... Il se montrait charitable envers les pauvres et, élément décisif : il faisait construire des églises. N'est-ce pas là l'idéal roumain ? ... Bientôt, un autre s'empressera de conquérir les cœurs et de prendre la place de Becali. Nous avons des réserves inépuisables d'individus de cet acabit." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Dagens Nyheter - Suède

Le désespoir des banlieues suédoises

Dans les banlieues de Stockholm, depuis dimanche, des centaines de jeunes mettent le feu à des voitures et à des poubelles, et jettent des pierres sur les policiers. Pour le quotidien libéral Dagens Nyheter, ces échauffourées sont le signe de la perplexité des politiques : "Certains voient dans les coupes budgétaires l'origine des violences, mais invoquent aussi le fait que les jeunes soient exclus des décisions politiques. Pourtant, les quartiers et les banlieues concernés par les accès de violence ont bénéficié de plus d'investissements que la plupart des autres zones. ... Chacun a la possibilité de s'engager politiquement, même si c'est peut-être moins palpitant que de se passer une cagoule à la lueur d'un réverbère. Au demeurant, il serait très cynique de ne pas partager l'avis 'que quelque chose doit changer ou bouger'. Ces zones marquées par la ségrégation se caractérisent par une trop grande dépendance aux prestations sociales, le chômage et des écoles à problèmes. Ceci entraîne un sentiment de désespoir, qui est le meilleur terreau de la violence." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SPORT

El Periódico de Catalunya - Espagne

Mourinho s'en va, l'Espagne respire

L'entraîneur du Real Madrid, José Mourinho, quittera le club à la fin de la saison, a-t-on appris lundi. Cela fera du bien au football espagnol, écrit le quotidien de centre-gauche El Periódico de Catalunya : "Si l'on comprend que tout n'est pas permis pour gagner dans le football - même s'il s'agit d'une affaire de gros sous - et qu'il y a des limites à ne pas dépasser, la fin du cycle madrilène du technicien portugais ne peut qu'être perçue positivement. Ces limites ont régulièrement été outrepassées par Mourinho lors de ses trois années à la tête des Merengue. Cela l'a rendu impopulaire, y compris auprès de la majorité des supporters du Real Madrid. Le soulagement avec lequel le football espagnol a accueilli le quasi limogeage de l'entraîneur est tout à fait compréhensible." (22.05.2013)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu