Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Revue de presse / Archives / Revue de Presse | 23.05.2011

 

À LA UNE

Les socialistes espagnols sous pression

 

Les socialistes Espagnols ont subi une lourde défaite lors des élections régionales et municipales dimanche, avec un résultat de 28 pour cent seulement. Parallèlement, des dizaines de milliers de jeunes Espagnols ont manifesté dans tout le pays contre la corruption et le chômage. Pour la presse, les citoyens sont en colère contre la rigoureuse politique d'austérité et le cynisme du système politique.

De Tijd - Belgique

Un vote contre l'injustice sociale

La défaite subie par les socialistes lors des élections municipales est pour le journal économique De Tijd la conséquence de la politique d'austérité contre laquelle les Espagnols manifestent : "Le mouvement de protestation contre la politique d'austérité a fortement augmenté en Espagne, mais il existe aussi en Grèce et en Irlande. Il touchera également le Portugal avant les élections législatives anticipées le 5 juin. Ces sont exactement les mêmes griefs que ceux des diplômés en Tunisie et en Egypte, qui ont mené au mouvement de protestation : manque de perspectives d'avenir et revendication d'une existence digne. On peut réfléchir au fait que ce phénomène atteint désormais l'Europe. … Dans la riche moitié nord de l'Europe, un mouvement égoïste c'est déjà développé pour saper la cohésion et la solidarité en Europe et sauver à son propre avantage ce qui peut l'être. … Le Nord 'riche' ne doit pas se faire d'illusions. La population affluera aussi sur les places ici et là lorsque les inégalités augmenteront et que la cohésion sociale disparaîtra." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Criticatac - Roumanie

Le cynisme de la classe politique

Les manifestations de dizaines de milliers de jeunes Espagnols lors des élections régionales et municipales montrent avec quel cynisme la classe politique a traité les citoyens jusqu'à présent, estime la plate-forme de blogs criticatac : "Ce ne sont pas le mécontentement envers tel ou tel parti ou la colère contre les mesures d'austérité qui ont poussé les gens dans la rue, mais le souhait d'un autre modèle de société et la fin du système politique bipartite. … Il a manqué en définitive aux partis un discours officiel cohérent, c'est pourquoi les forums Internet se sont transformées en lieu de discussion et de solidarité et que de plus en plus d'organisations se sont jointes au manifeste du mouvement 'Une vraie démocratie, maintenant'. Cette évolution montre que personne ne s'est occupé des citoyens indignés. Il n'y a pas d'idéologie concrète derrière ce mouvement mais la volonté de milliers de personnes de changer la situation, qualifiée de seule possible dans le discours officiel. Dans le réseau, il s'agit depuis longtemps d'une 'révolution du bon sens' contre un système qui traite ses citoyens avec cynisme." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

La Stampa - Italie

Les électeurs demandent le changement

Le résultat des élections municipales espagnoles doit avant tout être compris comme une protestation à l'encontre des socialistes au gouvernement, commente le quotidien libéral La Stampa : "L'Espagne (comme l'Italie auparavant) s'en est remise aux urnes régionales et municipales pour signifier qu'il est temps de changer de cap. La question est seulement de savoir quelle direction prendre. … C'est tout sauf surprenant. Comme tous les politiques européens au pouvoir lorsque la crise économique a éclaté, Zapatero a perdu sa splendeur et l'assentiment du peuple. … Mais même si l'ère socialiste approche manifestement de sa fin, cela ne signifie pas pour autant que les portes s'ouvrent pour le Parti populaire conservateur. Car toutes les pertes du parti socialiste ne profitent au Parti populaire." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Cinco Días - Espagne

Poursuivre les réformes

Malgré leur défaite aux élections régionales et municipales, les socialistes ne devraient pas engager d'élections anticipées au niveau national mais poursuivre les réformes, estime le journal économique Cinco Días : "Bien que le Premier ministre rencontre une grande opposition sur le plan politique dans le pays, il a répété qu'il ne veut pas procéder à des élections anticipées. Il a ses raisons. Mais s'il ne veut pas susciter davantage de mécontentement que ce qui pèse déjà sur ses épaules, il ne peut maintenir son gouvernement que s'il poursuit les réformes et ne cède pas à la tentation de l'immobilisme. Il ne faut pas oublier que les réformes engagées vont dans la bonne direction mais qu'elles ne sont pas terminées, ni du point de vue des institutions internationales, ni de celui des marchés - qui continuent de critiquer vivement les primes de risque." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

POLITIQUE

Delo - Slovénie

La Croatie menace son adhésion à l'UE

Lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l'UE ce lundi, les ministres doivent entre autres décider si la Croatie est prête à une adhésion à l'UE. Le gouvernement croate commet pourtant une faute grave dans la dernière ligne droite, estime le quotidien Delo : "Au moment où les pays membres de l'UE doivent définitivement se prononcer sur une adhésion de la Croatie à l'UE, les dirigeants politiques à Zagreb commettent de telles idioties que l'on peut tout à fait comprendre le scepticisme de certains membres influents du Nord. La dernière affaire, dans laquelle le parti au gouvernement HDZ a tenté de façon malhabile d'accuser l'influent politique d'opposition Slavko Linić de profiter de l'argent des ventes d'armes, a montré que la police croate reste un outil entre les mains du parti au pouvoir. … Un énorme scandale. Comme si l'on ne savait pas au siège du gouvernement à Zagreb que les diplomates de l'UE informent immédiatement leur pays d'un tel abus." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Frankfurter Allgemeine Zeitung - Allemagne

L'extrême droite provoque les musulmans

Plusieurs personnes ont été blessées vendredi à Sofia lors d'affrontements violents entre les partisans du parti d'extrême droite bulgare Ataka et des musulmans. Le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle la campagne nationaliste contre les Turcs de Bulgarie dans les années 1980 : "A l'époque, le régime avait lancé ses chars ; il y avait eu des morts et des dizaines de milliers de Turcs avaient quitté le pays en précipitation avec l'ouverture des frontières. Après la fin de la dictature, l'une des grandes réalisations de la jeune mais très défectueuse démocratie bulgare avait été de marginaliser les fauteurs de troubles du pays et de réintégrer les Turcs. … 20 ans après, les partisans d'extrême droite bulgares tentent de provoquer l'escalade qu'on avait su éviter à l'époque. Si ce devait être le cas, cela aurait des conséquences qui dépasseraient les frontières de la Bulgarie : la Turquie pourrait difficilement rester passive longtemps si les Turcs de Bulgarie étaient une nouvelle fois la cible d'attaques comme celle de vendredi - et l'UE aurait alors un véritable conflit entre un pays membre et un pays candidat." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Neatkarīgā - Lettonie

Une politique ferroviaire antieuropéenne

Depuis de nombreuses années, il n'y a pas de liaison ferroviaire directe entre les capitales des trois pays baltes. Même un nouveau train entre Riga et Minsk ne passe pas directement par Vilnius et contourne la Lituanie. Le quotidien letton Neatkarīgās Rīta Avīze y voit une conséquence du protectionnisme lituanien et donc une violation des principes de l'UE : "La politique ferroviaire de la Lituanie se moque ouvertement de l'idée européenne et de tous ceux qui croient que l'objectif de l'UE est d'améliorer l'intégration. Il est aujourd'hui manifeste que ceux dans l'UE qui retirent les principaux avantages sont ceux qui se fichent des idées et des principes européens et qui établissent au sein de l'Union des barrières artificielles, telles de petits murs de Berlin. Dans ces enclos, ils régulent les flux de transport sur leur territoire, afin de monopoliser leur propre situation géographique. Si l'unité balte n'est plus qu'une formule creuse, le gouvernement letton ne devrait pas hésiter à mettre fin définitivement à cette fable." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Gazeta Wyborcza - Pologne

Le poids politique de la Pologne augmente

La Pologne prendra en juillet la présidence de l'UE et dispose pour cela d'excellentes relations, estime le quotidien libéral Gazeta Wyborcza : "Varsovie, qui entamera bientôt sa première présidence de l'Union européenne, dispose déjà des meilleures relations possibles avec Berlin et de rapports de plus en plus favorables avec Moscou. Elle est également bien considérée par les autres capitales européennes. Car elle préfère discuter avec elles plutôt que de les offenser. La Pologne est ainsi un acteur important sur la scène internationale - à l'Ouest comme à l'Est. La relance du triangle de Weimar - entre la Pologne, l'Allemagne et la France - et ici d'une grande aide, car Paris et Berlin sont le moteur de l'UE. Les rencontres régulières entre les ministres des Affaires étrangères de Pologne, d'Allemagne et de Russie devraient également être utiles." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

RÉFLEXIONS

The Guardian - Royaume-Uni

Timothy Garton Ash sur le nouveau rôle de l'Ouest au Proche-Orient

Le président américain Barack Obama débute aujourd'hui son voyage en Europe. Dans le quotidien de centre-gauche The Guardian, l'essayiste Timothy Garton Ash considère le printemps arabe comme le projet transatlantique central : "Il n'existe aucun projet pour lequel un partenariat stratégique entre l'Europe et les Etats-Unis est aussi nécessaire que dans la réponse au développement politique le plus important du début du XXIe siècle : le printemps arabe. Je ne dis pas cela pour trouver une action commune aux deux moitiés de 'l'Ouest' de la guerre froide désormais disparu ; je dis cela parce que c'est un simple fait. … Seuls les Etats-Unis peuvent persuader Israël d'accepter une solution à deux Etats ; seuls les Européens peuvent fournir l'aide, le savoir-faire, les échanges et l'investissement permettant de construire un Etat palestinien viable. Seuls les Etats-Unis ont une influence suffisante sur l'armée égyptienne pour l'empêcher d'étouffer dans l'œuf la nouvelle démocratie du pays. Mais cette démocratie naissante ne peut pas croître sans accéder aux marchés européens, à l'éducation et à l'aide à travers la Méditerranée. … Ceci devrait être le troisième plus grand projet de partenariat transatlantique depuis la Seconde Guerre mondiale." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

ÉCONOMIE

Berlingske - Danemark

Etats-Unis et Europe doivent partager le pouvoir

Les Etats-Unis et l'Europe doivent abandonner l'idée de choisir entre eux un successeur à l'ex-directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, estime le quotidien conservateur Berlingske, qui propose la ministre française des Finances Christine Lagarde comme une solution de transition jusqu'à 2012 : "Au FMI comme dans d'autres forums, il faudra toutefois discuter alors de l'influence future. Ce débat est déjà d'actualité dans les assemblées du G20. Ce réseau informel s'appelait autrefois le G8. Mais il est désormais composé des plus fortes économies et représente la mutation rapide du pouvoir mondial. Tout le monde s'accorde sur le fait que la qualification, et non la nationalité, devrait déterminer la composition des postes internationaux. L'Occident doit comprendre que le temps est venu de partager le pouvoir avec les autres au sein des organisations internationales. Il justifierait ainsi la propagation des idéaux libéraux, selon lesquels chaque homme doit pouvoir bénéficier de la liberté économique et politique." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Élet és Irodalom - Hongrie

Strauss-Kahn : un mauvais bouc-émissaire

Après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn (DSK), les médias conservateurs en Hongrie ont dépeint une image négative du chef démissionnaire du FMI. L'hebdomadaire libéral Élet és Irodalom conteste ce tableau : "Strauss-Kahn incarne le parfait méchant. En tant que 'super banquier', il aurait accordé des crédits avec intérêt au pays en difficulté au lieu de leur jeter généreusement de l'argent. … Comme si ce n'était pas assez, on lui reproche aussi d'avoir demandé à ces pays une rigoureuse politique de stabilité - des coupes salariales aux augmentations fiscales. … Les affirmations selon lesquelles DSK est en plus de ça juif ne fait que jeter de l'huile sur le feu. … Enfin, Strauss-Kahn était autrefois communiste. … La vérité cependant, c'est que la Hongrie, la Grèce et tous les autres ont obtenu leurs crédits à des conditions particulièrement avantageuses dans le but d'éviter leur faillite. Et c'est précisément Strauss-Kahn qui a introduit une dimension sociale dans la politique du FMI." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Hospodárske noviny - Slovaquie

Pas de sortie du nucléaire sans alternatives

La chancelière allemande Angela Merkel a confirmé ce week-end que l'Allemagne entend sortir du nucléaire d'ici dix ans. En même temps, on ignore toujours à quoi devraient ressembler les tests de résistance des centrales nucléaires européennes imaginés après l'accident de Fukushima. Le journal économique Hospodářské noviny juge tout cela douteux : "Existe-t-il seulement des tests qui peuvent dévoiler et éliminer l'ensemble des risques ? La sécurité est au final toujours un compromis entre les possibilités techniques et humaines, et ce que l'on peut se permettre d'un point de vue financier. On se demande alors si la grogne actuelle contre l'énergie nucléaire constitue une agitation politique éphémère ou une stratégie politique à long terme. Si l'Europe veut se passer de l'énergie nucléaire, elle devrait d'abord se demander si elle sait comment remplacer cette énergie. Les tentatives avec les énergies renouvelables mènent visiblement dans la même impasse que le retour au charbon." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

CULTURE

Libération Next - France

Un vainqueur discret à Cannes

La Palme d'or du festival de Cannes a été attribuée à Terrence Malick pour son film Tree of Life. Il l'a méritée et échappe aux habitudes cannoises, estime le magazine culturel Next du quotidien de centre-gauche Libération : "C'était quand même une année où les films de haute volée se bousculaient au portillon du palmarès et on peut s'étonner de l'absence de l'Apollonide de Bertrand Bonello, du Havre d'Aki Kaurismaki, du Pater d'Alain Cavalier, d'Habemus Papam de Nanni Moretti, voire pour l'audace 3D le Hara-kiri de Miike. ... Reste cette palme d'or prévisible, absolument légitime pour Terrence Malick et son Tree of Life. Pour une fois, le film ne se fera pas attendre pour les spectateurs puisqu'il est déjà en salle. Malick n'était pas à la conférence de presse, il a monté les marches en retrait, il ne s'est pas présenté pour récupérer sa palme. Il est dans la logique de sa légende d'invisibilité, on peut trouver que c'est une coquetterie et en même temps il y a de l'héroïsme à résister ainsi aux injonctions médiatiques du commentaire et à l'affichage narcissique." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Eesti Päevaleht - Estonie

Lars von Trier n'est pas un nazi

Si les organisateurs du festival de Cannes ont exclu le réalisateur danois Lars von Trier après les déclarations controversées de ce dernier sur les nazis, c'est sous la pression des sponsors, estime le quotidien Eesti Päevaleht : "Il est évident que von Trier ne prenait pas au sérieux ses propres propos et n'est pas non plus un nazi. Le Festival de Cannes a toutefois été obligé de déclarer von Trier persona non grata. Le festival dépend de subventions de l'Etat français et d'innombrables sponsors privés, et a donc été sous pression d'exclure cet invité désobligeant des festivités. Cette scène n'est pas extraite d'un film où les interprètes, au nom de l'art et pour toucher le public, se permettent de faire et de dire n'importe quoi, où l'on peut jouer à l'imbécile pour faire de l'esbroufe et exagérer ce rôle. ... Non, c'était la vraie vie. Et dans la vraie vie, les organisateurs d'un festival ne peuvent pas exclure quelqu'un pour une bêtise de mauvais goût." (23.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

SOCIÉTÉ

O Kosmos tou Ependiti - Grèce

La crise, terreau du fascisme

Ces dernières semaines en Grèce, les immigrés ont été régulièrement la cible d'attaques racistes. Pour le journal économique O Kosmos tou Ependiti, la crise économique dans toute l'Europe favorise les sentiments xénophobes : "Il y a le 'fascisme des riches' en Europe du Nord. Sa rhétorique prend pour cible les 'étrangers' qui veulent entrer dans leur pays, mais aussi les pays 'paresseux' du Sud. … Mais il y a aussi le 'fascisme du Sud', où des couches sociales entières sombrent dans la misère et risquent de s'appauvrir davantage. Ceux qui sont parvenus à maintenir la tête hors de l'eau jusqu'à maintenant épanchent leur colère quant au risque permanent de la pauvreté sur les 'intrus' venus d'Asie ou d'Afrique. Des deux côtés, personne n'a remarqué que les changements dans leur situation sociale ont un fondement commun. Les gouvernements européens l'ont dit clairement : la fête est finie, les générations à venir vivront beaucoup plus mal." (22.05.2011)

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu