Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Les paysages médiatiques en Europe / Eclairages

Slovaquie : un marché en mal de renouvellement


Un jour d'octobre 2014, le quotidien libéral Sme paraissait avec en une la photo surdimensionnée de la salle de presse du journal, abandonnée par ses rédacteurs. Une image symbolique : l'actuel propriétaire allemand du Rheinische Post venait de revendre indirectement sa part de 50 pour cent au groupe d'investissement Penta. Ce dernier était alors impliqué dans le plus grand scandale de corruption de l'histoire du pays. Les rédacteurs de Sme étaient parmi les journalistes qui avaient le plus contribué à révéler cette affaire.

Journaux slovaques.
(© picture-alliance/dpa)


La direction de la rédaction et près de la moitié des journalistes refusaient alors de travailler sous l'égide de Penta, estimant que cela était incompatible avec leur profil de reporters indépendants. La fameuse une était ainsi censée refléter cette position. Les rédacteurs en question ont alors fondé le nouveau journal indépendant Dennik N, dont le premier numéro est paru le 1er janvier 2015. Lorsqu'il était propriétaire du journal, le Rheinische Post n'avait jamais exercé la moindre influence sur le contenu politique de Sme, ayant choisi de se retirer pour des raisons économiques.

Cette entaille dans le paysage médiatique est importante car les rares journaux bénéficiant d'un tirage national exercent une influence considérable sur l'opinion politique. Depuis des années, Sme forme par exemple la véritable opposition au gouvernement populiste de gauche du Premier ministre Robert Fico. Lors des conférences de presse données par Robert Fico, celui-ci refuse en général de répondre aux questions de Sme, ce qui montre combien les relations sont tendues entre le pouvoir et ce média.

Une loi adoptée avec la majorité du parti au pouvoir de Robert Fico, et qui laissait craindre des prises de position quotidiennes des dirigeants dans les journaux, s'est avérée sans répercussions réelles. Des associations de presse internationales avaient également protesté contre cette loi.

Les médias électroniques jouent un rôle relativement limité. La radio-télévision publique est proche du gouvernement et inoffensive sur le plan éditorial. C'est également le cas de la chaîne d'information privée TA3. Les émissions d'actualité des grandes chaînes privées Markiza et Joj privilégient l'information à sensation.
La crise de la presse s'est traduite pour Sme et Pravda par un recul des ventes et une baisse des recettes. Les deux titres, suivis par d'autres médias, ont introduit un système de paiement unique au niveau national pour les commentaires sur leurs versions Internet. Un modèle que Pravda a finalement abandonné en 2014. Les deux éditions en ligne attirent un grand nombre de visiteurs, avec un net avantage pour Sme.

Les blogs politiques jouent un rôle mineur en Slovaquie. Ceci est certainement lié au désintérêt général croissant vis-à-vis des affaires politiques.

Classement pour la liberté de la presse :

Reporters sans frontières : rang 14 (2015)
Freedom House: rang 36 (2014)

Médias de ce pays sur euro|topics

 

© Bundeszentrale für politische Bildung

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu