Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Les paysages médiatiques en Europe / Eclairages

Pologne : Internet en passe de surpasser la télévision


Les médias polonais se relèvent lentement de la crise financière et économique. Dans ce contexte, un rôle important revient à Internet, comme l'illustre le parcours de Michał Brański.

En novembre 2014, le magazine d'information Wprost plaçait l'homme d'affaires au rang 13 de son classement annuel des Polonais les plus influents. Jusque-là, il n'était connu que de ses pairs, dans les milieux d'affaires. En début d'année, à la tête de son portail en ligne journalistique O2, Brański avait racheté son concurrent direct Wirtualna Polska (WP). Les deux services atteignent à eux deux presque douze millions d'utilisateurs, loin devant les autres protagonistes en lice. Brański évince ainsi le leader incontesté Onet (9,6 millions), propriété du joint-venture germano-suisse Ringier Axel Springer Media AG (RAS). Le PDG devient ainsi le troisième acteur médiatique du pays, à côté de RAS et du numéro un de la télévision, la chaîne publique TVP.

Rôle important pour l'Internet.
(© picture-alliance/dpa)


La télévision reste leader du marché des recettes publicitaires en Pologne, comme il ressort d'une étude menée par le cabinet international d'audit et de conseil aux entreprises Pricewaterhouse Coopers. Les experts prédisent toutefois qu'elle se fera devancer par les portails en ligne dès 2018. De par sa taille, RAS reste sans conteste un acteur déterminant. En plus d'Onet, le prestataire de services détient un grand nombre de publications importantes. Notamment le journal à sensation Fakt, qui domine le marché des journaux avec 330.000 exemplaires vendus quotidiennement.

Jusqu'à présent, le principal rival de RAS était l'éditeur Agora. Son fer de lance, le titre libéral Gazeta Wyborcza, avait été le premier journal libre du pays après la fin du communisme. De même que le titre conservateur Rzeczpospolita, Gazeta Wyborcza jouait un rôle décisif dans les débats nationaux. Les deux titres ont toutefois dû faire face à un recul de leurs chiffres de vente en 2004.

Les revues ont elles aussi subi des revers. Le leader du marché, l'hebdomadaire catholique Gość Niedzielny (GN) stagne autour des 141.000 lecteurs. La revue de centre-gauche Polityka a perdu 2,8 pour cent de son lectorat, qui se chiffre à 121.000. Newsweek Polska a pour sa part perdu six pour cent de ses lecteurs, dont on dénombre 119.000.

GN et d'autres médias catholiques sont restés largement épargnés par la crise, d'une part parce qu'ils disposent d'une clientèle fidèle et d'autre part parce qu'ils bénéficient du soutien financier de l'Eglise. Ils défendent bec et ongles les valeurs traditionnelles de la famille et de la religion, se livrant parfois à de farouches joutes verbales avec les médias séculaires.

Les affaires sont toutefois à nouveau placées sous le signe de la croissance. D'ici 2018, le marché médiatique aura augmenté de 5,8 pour cent, stimulé par Internet, qui verra ses recettes publicitaires augmenter de 15 pour cent, selon les prévisions des analystes de Pricewaterhouse Coopers.

Classement pour la liberté de la presse :

Reporters sans frontières : 18 (2015)
Freedom House : 49 (2014)

Médias de ce pays sur euro|topics

 

© Bundeszentrale für politische Bildung

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu