Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Les paysages médiatiques en Europe / Eclairages

Autriche : pré carré de la presse à sensation


Dans un marché médiatique caractérisé par l'omniprésence monnayée de la politique et par de grands groupes de presse financièrement très solides, les nouveaux médias indépendants ont du mal à s'implanter. En résulte une domination des journaux à sensation, qui crée une grande monotonie sur le marché des médias.

Salon de thé à Vienne.
(© picture-alliance/dpa)


Pour comprendre la composition du paysage médiatique autrichien actuel, il faut remonter à l'époque d'après-guerre, où les puissances d'occupation, Etats-Unis en tête, avaient soutenu de manière ciblée la création de quotidiens. C'est cette époque qui a vu l'ascension du journaliste Hans Dichand, qui devait influencer d'une manière déterminante le paysage médiatique autrichien.

En 1959, il prend la tête du Kronen Zeitung pour en faire le journal le plus lu d'Europe, rapporté au nombre d'habitants. La rédaction ayant toujours pleine conscience de son influence, le journal à sensation a un ascendant important sur la formation de l'opinion. Plus d'un politique a su mettre à profit son potentiel polémique, tel le populiste de droite Jörg Haider, dont le journal a copieusement relayé la politique anti-immigration.

Aujourd'hui encore, la politique cherche à s'attirer les faveurs de ce titre, mais aussi celles des nouveaux journaux gratuits que sont Österreich et Heute. Pour beaucoup d'entreprises médiatiques autrichiennes, la vente d'espaces d'annonce aux partis et aux ministères reste la principale source de revenus. Les financements importants dont disposent les partis en Autriche, en comparaison aux autres pays, alimentent ce système de vente d'annonces. Il n'en reste pas moins que les sommes en jeu sont à la limite de la légalité.

C'est notamment pour une affaire d'annonce que le Parquet avait ouvert, en 2013, une enquête visant le chancelier fédéral Werner Faymann, soupçonné de s'être rendu coupable de concussion. Une autre particularité du paysage médiatique autrichien est la suprématie de grands éditeurs, qui sont majoritairement la propriété de groupes médiatiques allemands, tels les groupes Funke (anciennement Waz) ou encore Gruner&Jahr, mais aussi de la puissante banque Raiffeisen ou de fondations privées, émanations directes de l'Eglise catholique.

Dans un milieu économiquement aussi puissant, il est difficile pour les nouveaux médias indépendants de prendre pied. En dépit de leur qualité, de jeunes produits - citons l'exemple du mensuel Datum - n'ont réussi à s'imposer que dans de rares niches bien spécifiques.

Dans le segment de qualité, Der Standard occupe le devant de la scène au centre-gauche, Die Presse lui faisant pendant dans le camp libéral-conservateur. Ces dernières années, Der Standard a marqué des points grâce à son site Internet. Pourtant, aucun de ces deux titres n'a une influence comparable à celle de la presse à sensation.

Classement pour la liberté de la presse :

Reporters sans frontières : rang 7 (2015)
Freedom House: rang 30 (2014)

Médias de ce pays sur euro|topics

 

© Bundeszentrale für politische Bildung

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu