Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Les paysages médiatiques en Europe / Eclairages

Luxembourg : le pluralisme des opinions en danger


Pour les observateurs du paysage médiatique luxembourgeois, le couperet de l'austérité qui a déjà entraîné la cessation de parution de plusieurs journaux compromet gravement le pluralisme des opinions dans le grand-duché, la pluralité étant une caractéristique essentielle du pays. Les lecteurs font des infidélités à leurs journaux ; les recettes publicitaires s'amenuisent, entraînant de graves pertes pour les éditeurs. Et comme si tout cela ne suffisait pas, le gouvernement du grand-duché envisage de réduire les subventions publiques allouées à la presse, voire, pour certaines, de les supprimer complètement. Il va sans dire que cela ne réjouit guère le Conseil de la presse et les journalistes.

Le premier groupe de télévision et de radio privé d'Europe : le groupe RTL
(© picture-alliance/dpa)


Le marché des journaux du Luxembourg est principalement dominé par deux grands éditeurs : l'éditeur Saint-Paul, proche des chrétiens-démocrates et Editpress, plus proche des socialistes. En grande rivalité, ils ont tous deux essayé en 2007 de s'établir dans le domaine des journaux gratuits. Saint Paul en fondant Point24 et Editpress avec L'Essentiel. A eux deux, ils rassemblaient en 2011 plus de lecteurs que le premier quotidien du pays, Luxemburger Wort. Et pourtant, les journaux gratuits n'ont pas pu survivre tous les deux - Point24 a cessé de paraître fin 2012. L'Essentiel a su se maintenir, le journal payant Luxemburger Wort a retrouvé de son importance.

La fuite des lecteurs est un phénomène persistant qui affecte la plupart des quotidiens : tant Tageblatt, publié par Editpress, que Lëtzebuerger Journal et le journal communiste vum Lëtzebuerger Vollek. La Voix du Luxembourg, pendant francophone du Luxemburger Wort, a dû cesser de paraître en 2011. Grâce à leur offre électronique, Luxemburger Wort et l'offre francophone d'Editpress Le Quotidien ont enregistré une légère hausse de leur lectorat.

Du côté des revues, les magazines culturels Télécran et Revue ont dû essuyer des chutes de leurs nombres de lecteurs. D'autres, notamment les hebdomadaires de politique Le Jeudi, D'Lëtzebuerger Land, Woxx ou encore le mensuel économique Paperjam ont pour leur part profité des pertes de la presse quotidienne.

Les parutions en langue portugaise (Contacto, Correio) et anglaise (Delano) constituent une part non-négligeable du paysage médiatique luxembourgeois. Plus de 40 pour cent de la population luxembourgeoise étant d'origine étrangère, le pays est fortement marqué par le multilinguisme : Il existe trois langues officielles : l'allemand, le français et le luxembourgeois. Au demeurant, la plupart des journaux paraissent uniquement en allemand ou en français, le luxembourgeois n'étant que rarement utilisé comme langue écrite.

C'est au Luxembourg qu'est basé le premier groupe de télévision et de radio privé d'Europe : le groupe RTL. Au Luxembourg, la société diffuse notamment la chaîne télévisée RTL Télé Lëtzebuerg.

Classement pour la liberté de la presse :

Reporters sans frontières : rang 19 (2015)
Freedom House : rang 6 (2014)

Médias de ce pays sur euro|topics

 

© Bundeszentrale für politische Bildung

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu