Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Les paysages médiatiques en Europe / Eclairages

Danemark : dégradation de la qualité journalistique


Ces derniers temps, les journalistes danois n'ont pas hésité à décocher des coups bas. Citons par exemple le journal à sensation Se og Hør qui, en 2014, avait soudoyé des employés des services des cartes de crédit ou d'hôpitaux pour accéder à des informations sur des célébrités. Ou celui de la campagne des législatives de 2011, lors de laquelle des détails sur la vie amoureuse de la candidate social-démocrate avaient été divulgués de manière assez sordide.

Journaliste au magazine 'Se og Hoer'.
© picture-alliance/dpa


La dégradation du niveau journalistique des médias danois s'explique par les rivalités croissantes qui les opposent pour obtenir des financements et fidéliser les lecteurs. Une récente modification de la loi sur les médias, avalisée par tous les partis parlementaires, a étendu aux médias électroniques le droit au subventionnement. Compte tenu du nombre important des médias électroniques, la part de gâteau qui incombe à chacun est plus petite.

De plus, la crise des médias n'a pas épargné les rédactions danoises. Les grands médias nationaux enregistrent des reculs en termes de tirage et de recettes publicitaires, tandis que les éditions papier des journaux régionaux ou locaux sont en légère reprise. En 2013, sur 5,6 millions de Danois, 2,2 millions lisaient un quotidien sur papier. Soit un recul de onze pour cent par rapport à l'année précédente. En revanche, 2,5 millions de lecteurs consultaient les journaux sur leur site en ligne, soit une progression de neuf pour cent. C'est pourquoi les maisons d'édition essaient de gagner de l'argent en proposant des articles payants, tentative dans laquelle elles réussissent encore modestement.

Seule la vente a permis de sauver certains journaux. Citons l'exemple de la société Berlingske Media, filiale du groupe de presse Mecom, rachetée en juin 2014 par le groupe médiatique belge De Persgroep. La reprise a été bien accueillie, le groupe ayant une certaine expérience de l'orchestration des médias imprimés et numériques. On ne trouve pas au Danemark de blogosphère politique digne de ce nom. Les blogs les plus lus portent surtout sur la mode et la cuisine. Si journalistes et politiques recourent à Twitter, ce réseau n'est pas une source abondamment citée.

L'entreprise de radiotélévision publique Danmarks Radio, financée par redevance, diffuse ses contenus aux auditeurs et aux téléspectateurs. Le projet de privatisation de la deuxième chaîne télévisée du pays, TV2, a été abandonné à la faveur de sa transformation en chaîne payante. En radiodiffusion, outre les fréquences du service public, on trouve 15 stations radio privées. La station Radio24syv, gérée par le groupe de presse Berlingske Media, est récemment venue s'ajouter à l'offre de radiodiffusion.

Classement pour la liberté de la presse :

Reporters sans frontières : rang 3 (2015)
Freedom House : rang 6 (2014)

Médias de ce pays sur euro|topics

 

© Bundeszentrale für politische Bildung

Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu