Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Whittam Smith, Andreas


RSS S'abonner aux textes de "Whittam Smith, Andreas" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 2 articles de l'auteur.


The Independent - Royaume-Uni | 10.09.2013

Andreas Whittam Smith sur la fin de l'impérialisme occidental

D'après les sondages, une majorité de la population, aux Etats-Unis et en Europe, rejette des frappes militaires contre la Syrie. Ce rejet marque la fin du colonialisme et de l'impérialisme occidental, estime le chroniqueur Andreas Whittam-Smith dans le quotidien de centre-gauche The Independent : "La perspective d'une marine américaine lançant depuis ses navires déployés en Méditerranée des missiles sur un pays du Proche-Orient, dans le but de 'donner la leçon', n'est que pur impérialisme occidental. Il semblerait que nous voulons renoncer à ce comportement. ... Le désastre britannique à Yorkton en 1781 [guerre d'indépendance américaine], les défaites françaises en Indochine et en Algérie, et pour finir la retraite honteuse des Etats-Unis et de leurs alliés d'Afghanistan et d'Irak ont sonné le glas du colonialisme, et de sa forme plus virulente, l'impérialisme. On ne peut faire machine arrière. Aucun président américain, aucun Premier ministre britannique, aucun président français ne pourra jamais demander au Congrès, au Parlement ou à l'Assemblée nationale d'approuver l'invasion d'un autre pays, ne serait-ce que par voie aérienne. Au bout de 600 ans, c'est fini. Une bonne fois pour toutes."

The Independent - Royaume-Uni | 18.09.2006

Andreas Whittam-Smith et l'affaiblissement des Etats-Unis

"En ce qui concerne le Moyen-Orient, les sphères d'influence se déplacent doucement des Etats-Unis vers l'Europe", explique Andreas Whittam-Smith, cofondateur et chroniqueur du journal, qui analyse le rôle joué par l'Europe dans cette région. "Ce n'est pas tant que l'Europe est devenue plus forte, mais plutôt que les Etats-Unis semblent plus faibles. (...) Et on constate dans le même temps un renouvellement des dirigeants politiques chez les principaux alliés des Américains. Le premier à partir a été le Premier ministre espagnol, le conservateur José Maria Aznar. Il a dû démissionner en 2004 avec la défaite de son parti aux élections. En avril 2006, le Premier ministre italien Silvio Berlusconi a aussi été chassé par les électeurs. Et notre propre Tony Blair a été invité à abandonner son parti. (...) Leurs successeurs vont discrètement tenir compte de ces échecs, et devront ajuster leurs politiques ".

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu