Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Sá Lopes, Ana


RSS S'abonner aux textes de "Sá Lopes, Ana" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 4 articles de l'auteur.


i - Portugal | 25.11.2015

Pas de remise en cause de l'austérité au Portugal

Le président du Portugal, Aníbal Cavaco Silva, a appelé le nouveau gouvernement socialiste à ne pas mener une politique budgétaire trop laxiste. Il a souligné, à l'occasion de la prestation de serment du nouveau cabinet, qu'il userait de tout son pouvoir pour garantir que le pays ne dévie pas du cap de consolidation budgétaire adopté jusque-là. On ne peut s'attendre à la fin de l'austérité sous le nouveau gouvernement, estime le quotidien de centre-gauche i : "Nous traversons, dans le monde entier, une période d'incertitude absolue ; notre économie reste faible et s'avère donc extrêmement vulnérable aux chocs extérieurs. Le Portugal est tenu de respecter le pacte budgétaire européen. Il n'y aura donc pas de 'fin de l'austérité', car les 'obligations européennes' que le nouveau Premier ministre António Costa s'est engagé à respecter, la proscrivent. Dès lors, il paraît difficile de dire combien de temps l'accord entre le Bloc de gauche (BE) et le Parti communiste portugais (PCP) est susceptible de tenir."

i - Portugal | 03.06.2015

Le Portugal doit croiser les doigts pour la Grèce

Une sortie de la Grèce de la zone euro nuirait au Portugal, prévient le quotidien de centre-gauche i : "Pour le gouvernement, un Grexit justifierait 'leur' credo, et celui qui domine actuellement l'Europe, à savoir qu''il n'existe pas d'alternatives'. Pour les socialistes, qui promettent de rompre avec la politique d'austérité menée jusqu'ici, ce serait en revanche un véritable revers. Mais quels que soient les avantages d'une telle perspective pour tel ou tel camp, il est certain qu'un Grexit aurait d'énormes répercussions sur le Portugal et qu'il révélerait toute la fragilité du pays. Si l'on ouvre la boîte de Pandore, il est probable que les taux de remboursement liés aux emprunts d'Etat portugais repartiront à la hausse. … Le Portugal ferait donc bien de croiser les doigts pour la Grèce, ce qu'il ne fait malheureusement pas. On peut comprendre pourquoi les partis de centre-droit ne le font pas. Pour les socialistes en revanche, c'est moins évident."

i - Portugal | 16.11.2012

Personne n'échappera à la récession

La France et l'Allemagne seront bientôt happées elles aussi dans le gouffre de la récession, et le démantèlement de l'Europe ne sera alors plus très loin, prévoit le quotidien libéral i : "Les chiffres publiés hier par Eurostat suffiront peut-être à convaincre ceux qui croient encore aux bienfaits de la politique européenne actuelle d'abandonner leur optimisme. … La zone euro est officiellement en récession. Les résultats négatifs des pays placés au troisième et quatrième rang, l'Espagne et l'Italie, en est la cause première. Avec la contribution d'un pays qui qualifie volontiers le sud de paresseux, les Pays-Bas. Au premier trimestre 2013, l'Allemagne et la France rejoindront la dépression générale. Le problème n'est plus lié uniquement au sud, mais touche le moteur européen à part entière. L'Europe de la richesse et de la réussite économique, c'est de l'histoire ancienne. Bientôt viendra le jour où il faudra déposer le bilan, partager les restes et se déclarer mutuellement responsables de la situation. L'euro malade ne vaut plus rien. … Le conserver reviendrait à bientôt tout faire exploser."

Diário de Notícias - Portugal | 19.01.2007

Les Portugais doivent-ils se prononcer sur la question de l'avortement ?

La chroniqueuse Ana Sá Lopes regrette que la question de la dépénalisation de l'avortement fasse l'objet d'un nouveau référendum au Portugal le 11 février. "La force de la campagne du 'non' [à l'avortement] réside dans sa férocité émotionnelle, fondée sur des questions de foi. Elles sont certes respectables mais inexplicables à la lumière du droit pénal qui tente de régir les problèmes des hommes et non ceux d'un Dieu quelconque. En livrant la révision du code pénal au vote populaire, le législateur a décidé de le soumettre à la foi et aux émotions. Aujourd'hui, on perçoit facilement les raisons de la victoire du 'non' voilà huit ans lors d'un référendum au cours duquel plus de la moitié de l'électorat n'avait vu aucune raison de participer."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu