Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Kappert, Ines

Kappert, Ines

Dr. Ines Kappert est éditorialiste à la tageszeitung. Auparavant elle était chargée en priorité des échanges culturels avec l'Europe de l'Est pour la Fondation culturelle de la Fédération. En 2006, elle a publié : "Sprung in die Stadt: Chisinău, Sofia, Pristina, Sarajewo, Warschau, Zagreb, Ljubljana".
En avril 2008 paraît son livre "Der Mann in der Krise. Eine konservative Kapitalismuskritik in der Mainstreamkultur".


RSS S'abonner aux textes de "Kappert, Ines" sous forme de fil RSS



L'auteur a publié 1 article sur euro|topics


1.  Débats | 05.02.2008

L'Europe de l'Est face à son passé

Quelle attitude adopter face au legs des anciens régimes et en particulier face aux dossiers des services secrets ? Pour les pays ex-communistes d'Europe, il s'agit là d'une question cruciale : les archives doivent-elles rester fermées et tomber dans l'oubli ou doivent-elles être accessibles au public et permettre ainsi le "travail sur le passé". » suite


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 5 articles de l'auteur.


Die Tageszeitung taz - Allemagne | 16.09.2013

Femen confirme le regard masculin

Un film documentaire a dévoilé que pendant des années, les activistes de Femen ont été dirigés de manière autoritaire par un homme. Suite à cette révélation, la section belge de l'organisation s'est dissoute la semaine dernière. Femen n'a fait que confirmer la domination du regard masculin, analyse le quotidien de gauche taz, contrairement aux happenings de l'artiste Valie Export, par exemple : "En 1968, Export s'était postée dans une zone piétonne, les seins couverts seulement par une boîte en carton ouverte, invitant les individus du sexe opposé à la peloter. … Ce qui faisait défaut dans les actions de Femen, c'est le moment où les actrices devenaient réalisatrices, et où l'opinion publique devenait l'objet du débat. A la place, les activistes apparaissaient souvent attirantes, de mauvais poil et souvent ridicules ; elles alimentaient le cliché sur les femmes au lieu de le critiquer. Et elles le faisaient comme si elles étaient le premier groupe féminin à s'opposer à la prostitution. Ce déni de l'histoire suit une logique médiatique et patriarcale courante."

Die Tageszeitung taz - Allemagne | 04.12.2012

Le féminisme d'Alice Schwarzer relève du passé

De nombreux journaux allemands ont rendu hommage ces derniers jours à la journaliste et féministe Alice Schwarzer qui fête ses 70 ans. Le quotidien de gauche taz critique le fait que Schwarzer soit considérée comme figure de proue du mouvement féministe allemand alors qu'elle ne contribue pas beaucoup au débat actuel sur l'égalité des chances : "Viviane Reding, la commissaire européenne qui s'engage en faveur d'un quota de femmes ou la député de la CDU [et actuelle ministre allemande du Travail] Ursula von der Leyen qui met en place un congé parental rémunéré également pour les pères ou l'ancien PDG de la Deutsche Telekom qui a asséné un quota de 30 pour cent à 'son' entreprise : elles et il sont aujourd'hui de loin plus célèbres et efficaces en matière d'émancipation sociale que l'écrivaine de Cologne. ... Alice Schwarzer a apporté des contributions importantes en faveur de la libération sexuelle des femmes. Mais les sujets actuellement débattus dans notre société concernent plutôt l'égalité des chances dans le monde du travail et l'égalité en droit des pères. Dans ces domaines, Alice Schwarzer n'a jamais été une porte-parole, mais seulement une protagoniste parmi d'autres."

Die Tageszeitung taz - Allemagne | 01.12.2010

Vers une opinion publique mondiale

Wikileaks met en ligne tous les jours de nouveaux contenus issus des dépêches américaines confidentielles. Cette pratique de divulgation restitue aux lecteurs et aux lectrices un pan de liberté et forge une opinion publique internationale, se félicite le quotidien de gauche tageszeitung : "La démocratie ne fonctionne que sur la base de la transparence et doit en même temps pouvoir garder le secret. Nous évoluons dans ce rapport contradictoire. Ce qui est captivant aujourd'hui, c'est de voir comment celui-ci se rééquilibre devant les yeux des lecteurs. … Les journalistes et tous les lecteurs internautes suivent naturellement ce que la concurrence étrangère révèle ; la souveraineté d'interprétation des rédactions nationales est mise à l'épreuve. L'opinion publique devient réellement internationale. … En ce sens, Wikileaks montre une nouvelle fois que ce qui figure aujourd'hui dans la presse correspond à ce que l'on avait pensé et su à un certain moment. Il convient de toujours vérifier dans quelle mesure cela est proche de la vérité. … L'idée d'un lecteur éveillé est dangereusement populiste, disent les uns. Certes. Mais sans cette idée, il n'y a pas de démocratie."

Die Tageszeitung taz - Allemagne | 20.11.2007

L'inquiétante violence des jeunes

Alors qu'une tuerie semble avoir été déjouée de justesse dans un lycée à Cologne, Ines Kappert remarque que "les modèles explicatifs habituels" sont à nouveau avancés. Malgré tout, la police et les élèves ont réagi comme il fallait. "Les professeurs ont pris au sérieux les inquiétudes des élèves et la direction du lycée savait que le 20 novembre allait marquer le premier anniversaire du massacre perpétré au collège d'Emsdetten [en Westphalie]. Elle a réalisé que les tueries dans les écoles sont un phénomène mondial, auquel des jeunes gravement perturbés comme Rolf B. veulent prendre part pour attirer l'attention, pour se venger et parce qu'ils croient que tous les autres moyens de communication sont coupés." Ines Kappert déplore toutefois que les élèves impliqués aient été renvoyés chez eux après l'interrogatoire. "Relâcher dans la nature des jeunes désorientés et prêts à faire usage de la violence n'est certainement pas la solution."

Die Tageszeitung taz - Allemagne | 26.10.2007

La Suisse parasite l'Europe, selon Jakob Tanner

Suite à la victoire électorale de l'UDC [parti populiste conservateur], Jakob Tanner, spécialiste suisse de l'histoire sociale, évoque l'évolution possible du populisme suisse, dans un entretien réalisé par Ines Kappert. "La Suisse n'a jamais été un pays de gauche. Par ailleurs, il existait au XXe siècle une grande crainte d'une invasion étrangère. Dans les années 1930, les nationalistes suisses ont joué un rôle avant-gardiste à travers l'Europe en répandant une propagande xénophobe et anticonservatrice. Mais à l'époque, il était encore possible de les contenir. En revanche, depuis les années 1990, l'UDC n'a cessé de saper la politique conservatrice de l'Etat, qui visait toujours à maintenir un équilibre et tenait les valeurs libérales en haute estime (…) Le fait que ce petit Etat neutre soit capable de négocier avec l'UE sur le plan bilatéral et ne puisse choisir que ce qui sert ses intérêts a contribué à répandre l'opinion selon laquelle la Suisse est capable de prospérer en jouant un rôle de parasite."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu