Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Galli della Loggia, Ernesto


RSS S'abonner aux textes de "Galli della Loggia, Ernesto" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 5 articles de l'auteur.


Corriere della Sera - Italie | 05.08.2010

Le gouvernement doit inclure tout le monde

Même après l'échec de la motion de censure contre le secrétaire d'Etat à la Justice Giacomo Caliendo, il n'y aura probablement pas d'élections anticipées, écrit le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera, aucun des partis n'ayant vraiment intérêt à la tenue d'un scrutin : "Après Berlusconi et sans lui, il ne restera … plus de réelle distinction, plus d'appartenance liée au passé, plus d'identité politique solide, plus de réel lien aux référents sociaux. Aujourd'hui, sans Berlusconi, il n'y a plus de partis en Italie, il n'y a plus rien. Il y seulement un grand cloaque parlementaire. C'est pourquoi le seul gouvernement auquel on peut penser, c'est celui qui comme aujourd'hui inclut tout le monde ou presque. La société italienne retrouve alors l'une de ses caractéristiques originales des temps normaux : la propension à établir un système parlementaire dans lequel la tendance à l'amalgame est bien plus forte que la tendance à la division pour des partis nettement opposés."

Corriere della Sera - Italie | 26.04.2010

L'Eglise catholique reste occidentale

Dans le cas de l'évêque belge de Bruges, Roger Vangheluwe, le pape Benoît XVI a pour la première fois accepté la demande de démission d'un prêtre officiellement lié à une affaire d'abus sexuel perpétré sur des enfants. Un tournant historique qui renvoie au profond enracinement de l'Eglise dans le monde occidental, estime le quotidien libéral-conservateur Corriere della Sera : "L'Eglise a repris sans réserve le point de vue qui s'est péniblement imposé dans la société occidentale. Certes, il n'y avait pas d'abord besoin du jugement de la société laïque pour reconnaître les abus sexuels comme un grave péché. Néanmoins, l'Eglise en tire aujourd'hui des conséquences drastiques, car le jugement de la société a changé. … La chrétienté romaine maintient ainsi un lien profond avec la civilisation dans laquelle elle est enracinée. Il est possible que l'avenir de l'Occident ne soit pas chrétien, mais la chrétienté continuera toutefois de rester occidentale."

Corriere della Sera - Italie | 31.07.2009

Ernesto Galli della Loggia sur le 150e anniversaire de l'unité italienne

Le débat continue sur le manque d'enthousiasme des politiques tenus de célébrer le 150e anniversaire de l'unité italienne en 2011. Ernesto Galli della Loggia argumente dans le quotidien conservateur et libéral Corriere della Sera, que la responsabilité de "l'Italie oubliée" incombe à la classe dirigeante : "Les nations sont un produit complexe. Le matériau de base nécessaire à leur construction est fourni en grande partie par l'histoire. Mais ceux qui les portent à exister et les font vivre, leur donnant une forme idéale et étatique, ce ne sont pas les individus ni les masses : ce sont les classes dirigeantes. Si l'état comateux dans lequel sont plongées les célébrations du 150e anniversaire de l'unité italienne signifie quelque chose, c'est qu'aux yeux des politiques de ce pays, de droite comme de gauche, l'unité en question, c'est-à-dire finalement l'Italie elle-même, apparaît somme toute insignifiante. [Mais] la grande majorité des Italiens sait comment sont les choses : elle sait qu'au cours du siècle et demi passé, aucun instrument n'a davantage contribué à la liberté, au progrès matériel et à la formation de sa conscience civile que l'Etat unifié, c'est-à-dire l'Italie."

Corriere della Sera - Italie | 25.06.2009

Une personnalisation pathologique de la politique

Le quotidien conservateur et libéral Corriere della Sera déplore que la personnalisation de la politique en Italie ait atteint des "proportions pathologiques". "A la place des cultures et des partis politiques … le néant absolu s'est installé. Il ne reste que les personnes, les personnes nues (au vrai sens du terme !). De ce point de vue, [le chef du gouvernement Silvio] Berlusconi est loin d'être la maladie. Il n'est qu'un symptôme. … Dans cette dérive italienne se cache un retour à l'ancien temps. La politique se volatilise, et l'on voit de nouveau surgir en Italie ce que l'on croyait avoir laissé derrière nous : un pays entre les mains de quelques-uns, de quelques oligarques intéressés uniquement par leur propre pouvoir. Un pays en marge, coupé du monde, qui a perdu le sens d'un destin commun, et qui n'a ni ambitions ni projets d'avenir. Un pays qui n'a pas d'estime de soi et qui apparaît incapable d'exiger quoi que ce soit de lui-même. Un pays qui, au travers du vide politique, laisse entrevoir quelque chose qui ressemble à un vide de la volonté, à un néant moral."

Corriere della Sera - Italie | 29.08.2007

Pour Ernesto Galli della Loggia, le cinéma italien se cherche

L'historien Ernesto Galli della Loggia constate que "le cinéma italien souffre d'une crise d'identité, qui reflète la crise du pays. (...) Le fort rapport qu'il a toujours entretenu avec la classe politico-intellectuelle l'a porté à être un résumé des idéologies qui ont traversé l'histoire de l'Italie pendant le XXe siècle, c'est-à-dire le fascisme, le christianisme social, et le communisme de Gramsci. (...) Il a été l'expression d'une idéologie populiste et antibourgeoise dont le néoréalisme a été le sommet, et que l'on retrouve dans la 'comédie à l'italienne' ou dans le cinéma de Pasolini ou de Moretti. (...) La crise de ce modèle a donc été la crise du cinéma italien. Dans l'Occident globalisé, sans peuple et sans politique, il découvre combien est difficile de se rapprocher de la démocratie et de thématiques plus proches de l'homme commun. (...) Il a aujourd'hui besoin d'un nouveau rapport avec la réalité. Comme l'Italie, il se cherche."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu