Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Schwarzkopf, Andreas


RSS S'abonner aux textes de "Schwarzkopf, Andreas" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 4 articles de l'auteur.


Frankfurter Rundschau - Allemagne | 16.12.2015

L'Arabie saoudite, indispensable à la paix en Syrie

L'Arabie saoudite a formé avec plus de 30 Etats musulmans une vaste coalition militaire visant à combattre le terrorisme. C'est ce qu'a annoncé la monarchie mardi. Bien que l'on ignore encore la feuille de route et les moyens que cette alliance entend déployer pour atteindre son objectif, c'est un pas important, estime le quotidien de centre-gauche Frankfurter Rundschau : "L'Occident devrait mesurer l'alliance menée par les Saoudiens à l'aune des objectifs qu'elle se fixe, et mettre à profit le processus engagé à Riyad. … Si la communauté internationale veut se rapprocher d'une solution à ce problème complexe, elle devrait embrasser l'idée de Riyad au lieu de la rejeter. C'est là le seul moyen d'empêcher que l'Arabie saoudite ne cherche, par le biais de cette nouvelle coalition, à redorer son blason fortement terni, ou encore à faire front contre l'Iran, qui ne fait pas partie de la nouvelle confédération. Il y a des raisons d'afficher un optimisme prudent. … La lutte anti-Daech et le processus de paix en Syrie ne réussiront qu'au côté des Saoudiens, et non contre eux."

Frankfurter Rundschau - Allemagne | 25.11.2015

Un incident dont seul Daech profite

L'accrochage militaire entre la Turquie et la Russie profitera essentiellement au groupe terroriste Daech, commente le quotidien de centre-gauche Frankfurter Rundschau : "Erdogan et Poutine se servent de cet incident comme prétexte pour tenir des propos forts, censés mobiliser leur opinion publique respective. De son côté, l'OTAN essaye de limiter les dégâts. Le chef de l'Etat français François Hollande complète ce tableau désastreux. Il a parlé de guerre après les attaques de Paris, a bombardé Daech en Syrie et fait la tournée de ses alliés pour évoquer avec eux la lutte antiterroriste. Comme s'il s'agissait d'un conflit entièrement nouveau et non d'une guerre qui a déjà fait d'innombrables victimes depuis des années. Dans cette situation, les fondamentalistes sont les grands gagnants. Ils se réjouissent de la faiblesse de la communauté internationale, celle-ci étant depuis longtemps déjà l'un de leurs atouts. Ils se réjouiront encore plus qu'il n'y ait pratiquement personne aujourd'hui pour s'efforcer d'amorcer un processus de paix devenu plus que nécessaire, qui permette de mettre fin à la guerre civile syrienne."

Frankfurter Rundschau - Allemagne | 07.04.2014

Soutenir les aspirations démocratiques des Afghans

Selon les estimations, 60 pour cent des inscrits auraient participé aux élections présidentielles en Afghanistan samedi, contre 30 pour cent seulement en 2009. Les électeurs ne se sont pas laissés intimider par les menaces d'attentats des talibans, souligne le journal de centre-gauche Frankfurter Rundschau : "Pour la première fois de l'histoire, ils ont donc formé le vœu que le pouvoir passe pacifiquement d'un dirigeant à un autre. Ce faisant, ils ont fait taire toutes les critiques des pays donateurs qui affirmaient que les Afghans n'étaient pas prêts pour la démocratie. Ils souhaitent donc que les bailleurs de fond lassés n'abandonnent pas les forces progressistes afghanes dans leur combat contre les insurgés. En fin de compte, les Afghans ont pour ainsi dire légitimé l'intervention de la communauté internationale. Comme s'ils voulaient dire 'votre aide n'a pas été vaine'. Si le nouveau président et l'Occident tirent les bonnes conclusions, le pays peut avancer, malgré les nombreux anciens problèmes qui le grèvent."

Frankfurter Rundschau - Allemagne | 24.08.2010

Réduire les armées européennes

L'Allemagne veut réduire son armée d'un tiers. La réforme la plus large de l'histoire de l'armée fédérale doit toutefois être coordonnée avec la politique de défense européenne, estime le quotidien de centre-gauche Frankfurter Rundschau, car il s'agit là d'un énorme potentiel d'épargne: "Les 27 Etats membres de l'Union européenne entretiennent actuellement environ deux millions de soldats. Parmi eux, dix pour cent seulement peuvent participer à de véritables missions et cela engloutit environ 200 milliards d'euros par an. Cela va changer. … Il en va de même pour les divers projets d'armement européen. Là aussi, une collaboration économiserait des ressources absolument nécessaires pour d'autres dépenses. Sur le long terme, l'Europe ne devrait pas se permettre par exemple de produire plusieurs types de chars en petit nombre pour des armées différentes. … Aucun Etat européen, l'Allemagne non plus, n'est en mesure à longue échéance de défendre tout seul ses intérêts sécuritaires géopolitiques."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu