Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Platero, Mario


RSS S'abonner aux textes de "Platero, Mario" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 5 articles de l'auteur.


Il Sole 24 Ore - Italie | 17.09.2013

L'attaque au gaz a été prouvée

Le rapport de l'ONU sur l'utilisation de gaz chimiques suffit pour accroître la pression sur la Syrie, estime le journal économique libéral Il Sole 24 Ore : "La confirmation indirecte des Nations unies permet désormais d'affirmer que l'attaque du 21 août a été perpétrée par le régime syrien. Assad est l'unique belligérant à disposer de ce type de gaz chimique et des missiles sol-sol requis pour le pulvériser. … Cette certitude établie, ce rapport constitue un véritable tournant. Il donne plus de poids à la menace américaine d'une intervention militaire, au cas où la Syrie refuserait de respecter les accords visant à détruire son arsenal chimique. Parallèlement, ce rapport accroît la marge de manœuvre des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne dans la mise en place d'une résolution de l'ONU plus agressive contre la Syrie, qui permette d'imposer le démantèlement progressif des armes chimiques du pays."

Il Sole 24 Ore - Italie | 07.11.2012

Les Etats-Unis au bord du gouffre

Après sa réélection, Barack Obama doit immédiatement trouver un accord avec ses adversaires politiques pour désendetter le pays s'il veut éviter le risque de "fiscal cliff", une réduction automatique des dépenses de l'Etat à partir de 2013, met en garde le journal libéral-conservateur Il Sole 24 Ore : "L'épée de Damoclès du 'fiscal cliff' pèse au-dessus du budget américain. … Dès demain, le nouveau président devrait convoquer le Congrès pour trouver un compromis dans le sens de l'accord de l'été 2011. Le problème est trop urgent pour être pris en otage par la politique et les idéologies. Car une chose est sûre, les républicains ont de nouveau la majorité au Congrès. Les luttes idéologiques sur les impôts et les dépenses ont été une véritable perte de temps. Il faut arrêter de tergiverser. Il faut en finir avec la farce de la faillite des Etats-Unis en raison du non-respect du plafond de la dette. Le déficit américain, qui s'élève à dix pour cent du PIB, doit être réduit de 4.000 milliards de dollars. Cet assainissement ne pourra être réalisé qu'en pratiquant des coupes dans l'Etat-providence et en taxant davantage les hauts revenus."

Il Sole 24 Ore - Italie | 14.02.2012

Moody's : une dégradation sans valeur

L'agence de notation Moody's a dégradé dans la nuit de lundi à mardi la note souveraine de six pays de l'Union européenne : Italie, Portugal, Espagne, Malte, Slovénie et Slovaquie. Pour la France, la Grande-Bretagne et l'Autriche, disposant de la note maximale AAA, la perspective a été réduite de "stable" à "négative". On peut toutefois mettre tranquillement à la corbeille l'avertissement de l'agence de notation, estime le journal économique Il Sole 24 Ore : "Cette dégradation n'est rien de plus qu'une tentative d'harmonisation tardive aux évaluations rendues par les autres agences de notation. La justification ne comporte rien de neuf et se limite à rabâcher des poncifs qui ne correspondent en outre pas à l'évolution des marchés. Car la contradiction de Moody's a déjà été résolue : dans un contexte de stricte austérité, la politique monétaire doit prendre les choses en main. La Banque centrale européenne (BCE) joue un rôle déterminant dans cette phase. Elle pourrait peut-être faire - ou surtout dire - davantage pour réduire l'incertitude des marchés. Mais il est incontestable que son initiative [la mise à disposition de liquidités à taux réduit pour les banques] s'est révélée judicieuse et n'a eu aucune conséquence préoccupante pour l'inflation. Il est d'autant plus étonnant que Moody's ne dise rien sur la politique monétaire de la BCE."

Il Sole 24 Ore - Italie | 08.02.2011

AOL s'empare de Huffington Post

Le groupe internet américain AOL a racheté le journal en ligne populaire Huffington Post pour 315 millions de dollars, soit 230 millions d'euros. Ce qui intéresse surtout le géant Internet dans cette opération, c'est le recrutement de la fondatrice du journal en ligne, Arianna Huffington, qui doit pourtant son succès surtout à la gestion de la publication, estime le journal économique Il Sole 24 Ore : "Arianna Huffington reste. Le management s'en va. … Mais une chose est sûre, c'est que sans l'aide d'un groupe d'investisseurs qui ont assumé des positions dirigeantes au sein de Huffington Post, le site Internet ne serait jamais devenu ce qu'il est aujourd'hui et n'aurait peut-être même jamais été revendu à un groupe aussi important disposé à l'acquérir à prix d'or. L'opération Huffington Post n'est pas le fruit de l'aventure romantique d'une journaliste dynamique, mais le résultat d'un projet planifié par les géants du secteur et réglé dans ses moindres détails."

Il Sole 24 Ore - Italie | 23.12.2010

Obama avance dans le désarmement

Après une lutte de longue haleine, le Sénat américain a approuvé mercredi soir le traité Start qui contraint les Etats-Unis et la Russie à réduire leurs armes nucléaires stratégiques. C'est le plus grand succès obtenu jusque-là par le président américain Barack Obama avec sa nouvelle stratégie de compromis, écrit le journal économique Il Sole 24 Ore : "La ratification hier du traité Start est déjà le troisième accord 'bipartisan' à Washington. … Ce vote, rendu possible grâce à onze républicains dissidents, entérine un cessez-le-feu. Mais la machine politique de convergence au centre s'était déjà mise en marche. Peu après son retour d'Asie, Barack Obama avait changé de registre, en annonçant un virage au centre et une ouverture au camp républicain. … Il est évident qu'Obama a dû payer un prix politique pour le traité Start. Il a concédé aux républicains 80 milliards de dollars pour moderniser l'arsenal nucléaire américain. … Et indirectement, il a ainsi contribué à édulcorer une autre promesse électorale, celle du désarmement total des puissances nucléaires. Au cours des deux prochaines années, Obama ne se préoccupera pas de la suppression des armes nucléaires, mais des manœuvres politiques de ces potentiels concurrents à la Maison-Blanche."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu