Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Pickert, Bernd

Bernd Pickert ist Auslandsredakteur der taz.


RSS S'abonner aux textes de "Pickert, Bernd" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 4 articles de l'auteur.


Die Tageszeitung taz - Allemagne | 23.08.2013

La 'ligne rouge' n'empêche pas l'aide humanitaire

Les Etats-Unis ont réagi prudemment au recours probable au gaz toxique par le régime Assad. La "ligne rouge" qu'Obama s'était fixée réduit sa marge de manœuvre, estime le quotidien de gauche taz : "Un renversement du régime Assad manu militari serait peut-être possible - à un prix élevé. ... Quiconque voudra le faire de l'extérieur devra être prêt à jouer les gardiens de la paix pendant très longtemps. Ce ne sera pas les Etats-Unis. C'est d'autant plus fâcheux qu'Obama, avec ses histoires de 'ligne rouge', s'est engagé dans une impasse dont il ne ressortira qu'affaibli. Pire, il a ainsi réduit la question d'un engagement international en Syrie à la seule option militaire. Comme personne n'en veut, on ne fait rien du tout. Et c'est la population syrienne qui en assume les conséquences. On n'est pourtant pas condamné à l'inaction. On peut prendre sans délais d'importantes mesures de protection des populations civiles, d'ouverture des frontières, y compris en Europe, pour protéger et prendre en charge les réfugiés."

Die Tageszeitung taz - Allemagne | 07.11.2012

Carte blanche pour Obama

Pendant son deuxième mandat, Obama pourra se montrer plus offensif, espère le quotidien de gauche taz, et notamment "s'attaquer à la réforme de l'immigration, déjà promise en 2008, afin que les douze millions de sans-papiers présents dans le pays puissent vivre dans la légalité. Cette thématique convient parfaitement pour casser les rangs républicains : l'électorat hispanique augmentant constamment dans les Etats clés, les républicains ne peuvent plus se permettre de suivre leur cap rigoriste. Mais avant tout, un président qui ne cherche pas à être réélu pourrait miser sur le respect des principes, chercher le clash avec le Congrès et en sortir gagnant, et non perdant, comme lors de son premier mandat. … Les républicains diront qu'Obama, président d'une nation divisée, n'a pas l'assentiment pour mener une politique de centre-gauche - et ils auraient raison. Mais George W. Bush ne l'a jamais obtenu non plus pour faire une politique de droite. Il a montré comment impulser un virage à droite depuis la Maison Blanche. Le temps du changement est venu."

Die Tageszeitung taz - Allemagne | 06.09.2012

Obama doit imposer ses objectifs sociaux

Obama, s'il est réélu, devra surmonter les mêmes obstacles que ceux rencontrés lors de son premier mandat, estime le quotidien de gauche taz : "L'Etat, selon la tendance générale de tous les discours depuis le premier jour, doit garantir à tout individu une vraie chance de réaliser son rêve. C'est une profession de foi en faveur de l'économie sociale de marché telle que les Etats-Unis ne l'ont jamais connue, bien différente de la tentative des républicains de supprimer la réforme de la santé, les mariages homosexuels et le libre choix pour les femmes de choisir l'avortement, ainsi que toute responsabilité sociale sur le plan national. … Le retour d'Obama à la Maison Blanche ne garantirait pas la réalisation ne serait-ce que d'une promesse. Les républicains pourraient conserver la majorité à la Chambre des représentants. Même s'ils … ne parvenaient pas à reprendre la majorité au Sénat, ils conserveraient une minorité de blocage. Si Obama obtient un deuxième mandat, il devra se montrer bien plus offensif."

Die Tageszeitung taz - Allemagne | 15.05.2009

Prêcher la transparence, pratiquer la dissimulation

Le quotidien de gauche die tageszeitung écrit que par sa décision d'empêcher la publication d'autres photos des tortures pratiquées à Abou Ghraib, le président américain Barack Obama dévie de ses promesses électorales : "Sa crédibilité de rénovateur de la politique américaine montre ses premières grandes failles. Qui pourrait bien croire que 2.000 photos supplémentaires, dont des instantanés de soldats américains mais également des photos médicales de cadavres illustrant les tortures et mauvais traitements, n'apporteraient 'aucun nouvel élément', comme l'argumente Obama ? Le successeur de Bush se tient donc à la version, reconnue depuis longtemps comme un conte, que les actes de 2003 n'avaient été perpétrés que par une petite unité qui s'est déchainée à Abou Ghraib, sans que ses supérieurs en aient connaissance. Par sa décision d'empêcher la publication des photos, Obama lutte contre la pression de plus en plus forte poussant à porter devant la justice les crimes du gouvernement Bush commis contre les droits de l'homme. Les défenseurs des droits du citoyen de l'American Civil Liberties Union (ACLU) s'acharnent à l'exiger et ils lancent bien sûr de furieuses attaques cinglantes contre Obama qui change d'avis. Il avait promis la transparence mais pratique maintenant la dissimulation."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu