Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Neff, Ondřej


RSS S'abonner aux textes de "Neff, Ondřej" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 2 articles de l'auteur.


Lidové noviny - République tchèque | 28.01.2013

La germanophobie fonctionne toujours

Le président sortant Václav Klaus a beaucoup contribué à la victoire de l'ancien Premier ministre de gauche Miloš Zeman sur le ministre conservateur des Affaires étrangères Karel Schwarzenberg, constate le quotidien conservateur Lidové noviny, estimant qu'il a su exploiter politiquement les critiques formulées par Schwarzenberg à l'égard des décrets Beneš : "Klaus s'y connaît et sait ce qui fonctionne en République tchèque. La défiance vis-à-vis des étrangers et surtout la germanophobie, restent des éléments aussi sensibles que le nerf d'une dent cariée. Le spectre des décrets Beneš, le lien entre le problème inexistant des Allemands des Sudètes avec la présidence ou le traité de Lisbonne ont eu l'effet escompté. Bien sûr, après une défaite, chacun a sa part de responsabilité. L'équipe de Karel Schwarzenberg aurait dû anticiper le danger. Elle aurait dû le dissuader de déclarer dans un débat que Beneš, aujourd'hui, serait appelé à comparaître devant le tribunal de La Haye. Cela n'aurait peut-être rien changé à l'issue du scrutin, mais Zeman ne l'aurait pas emporté si nettement."

Lidové noviny - République tchèque | 21.01.2011

Ondřej Neff sur le travail de mémoire inachevé des Tchèques

La radio tchèque a consacré toute la journée de mercredi aux crimes commis par les Tchèques sur les Allemands dans l'immédiat après-guerre. On comble enfin un vide, écrit le journaliste et écrivain Ondřej Neff dans le quotidien conservateur Lidové noviny, en ajoutant toutefois : "Le débat fondamental n'est pas mené. Il doit établir clairement si nous sommes contents que les Allemands soient partis, que l'on parle hypocritement de reconduite à la frontière ou plus explicitement d'expulsion. Depuis 1945, les Allemands ne sont plus une composante significative de notre société. Nous manquent-ils ? Sommes-nous en mesure de nous demander si en les expulsant, nous ne nous sommes pas privés de valeurs, d'impulsion et de stimulation ?Je n'ai pas de réponse définitive à cette question. Je constate seulement avec lucidité que nous ne nous posons pas cette question, qu'elle ne figure pas à l'ordre du jour. Qui sait si nous sommes capables de mener ce débat."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu