Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Navara, Luděk


RSS S'abonner aux textes de "Navara, Luděk" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 5 articles de l'auteur.


Mladá fronta dnes - République tchèque | 07.11.2014

Ne pas oublier ce mur qui divisait l'Europe

Le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin devrait être pour les Tchèques aussi un motif de réjouissance et de réflexion, estime le quotidien libéral Mladá fronta Dnes : "Diviser un continent en deux parties est une aberration totale. Le mur de Berlin était une triple aberration : il divisait non seulement un continent, mais aussi une ville et une nation. Les Allemands de l'Est étaient encore moins bien lotis que les Tchèques. Par ailleurs, la vie enfermé derrière le mur et derrière le rideau de fer a rapproché les Allemands de l'Est et les Tchèques ; elle les a aussi un peu aidé à dissiper la méfiance d'après-guerre. On est même allé jusqu'à condamner le leader de la RDA, [Egon] Krenz pour la responsabilité des victimes du mur. Qui a été condamné chez nous pour les victimes des tirs aux frontières ? Le mur de Berlin a toujours été aussi été un mur tchèque, slovaque et polonais. Nous devrions tous nous le rappeler quand nous quittons le pays pour nous rendre dans une région qui nous était hier inaccessible."

Mladá fronta dnes - République tchèque | 18.09.2012

Funèbre réconciliation germano-tchèque

Les dépouilles mortelles de 17 Allemands tués en ex-Tchécoslovaquie juste après la fin de la guerre ont été inhumées ce week-end dans la ville tchèque de Jihlava. La police a pu les identifier grâce aux analyses ADN sans trouver les assassins tchèques de l'époque. Le quotidien libéral Mladá fronta Dnes salue une inhumation qu'il voit comme un acte humanitaire : "Ces morts n'étaient ni des soldats, ni des criminels de guerre. Ils parlaient seulement allemand. Leur mort était un meurtre habituel. … Au moment où le cercueil avec les dépouilles mortelles des 17 personnes assassinées a été porté en terre, des dizaines d'Allemands ont suivi le cortège : des jeunes, des vieux, certains en chaise roulante. Et parmi eux quelques Tchèques. Certains participants pleuraient. Pour les Allemands venus des quatre coins du pays, c'était un événement important. Ceux qui ont permis ces obsèques ont plus œuvré pour la réconciliation germano-tchèque que les politiques ou les participants à des forums de discussion."

Mladá fronta dnes - République tchèque | 18.08.2010

Luděk Navara sur l'attitude envers les crimes tchèques

Les restes de 15 Allemands vraisemblablement tués après la fin de la guerre ont été découverts dans le village tchèque de Dobronin au début de la semaine. Des communiqués semblables se sont multipliés ces derniers temps et donnent à réfléchir au commentateur Luděk Navara. Celui-ci écrit dans le quotidien libéral Mladá fronta Dnes : "Longtemps encore après la guerre, on disait sans réellement plaisanter : 'un bon Allemand est un Allemand mort'. 'Les Allemands ont fait plus de mal que les Tchèques', disait-on. Mais quels Allemands ? Et quels Tchèques ? Divise-t-on les choses entre bien et mal ? Seuls les Allemands étaient-ils mauvais ? Et tous les Tchèques bons ? … Les Allemands retrouvés ici ont probablement été les victimes de la vengeance ordinaire, comme leurs compatriotes de Brno ou d'Usti. Que les choses soient claires, il s'agit bien ici de meurtres. … Il serait bien que nous sachions combien de tombes de ce genre existent encore en République tchèque. Ce serait important pour nous tous. Nous devons apprendre à connaître l'histoire, la comprendre, nous réconcilier avec elle et apprendre à vivre avec elle. C'est aussi une forme de justice. Et nous la devons aux défunts."

Mladá fronta dnes - République tchèque | 10.12.2009

Pas d'alternative à l'étude sur le communisme

L'Institut pour l'étude des régimes totalitaires en République tchèque se voit sans cesse confronté à de nouvelles attaques. Les communistes demandent à ce qu'il soit dissout, d'autres se formalisent du fait que l'institut désigne nommément les coupables présumés de l'époque, tels que Milan Kundera. Le quotidien progressiste Mladá fronta Dnes prend la défense de l'institut : "Le problème ce n'est pas l'institut ou la manière de procéder des historiens qui y sont. Le principal problème, c'est l'histoire en elle-même qui est étudiée par cette administration. Cette histoire ignoble, suscitant parfois le dégoût, que nous avons dû vivre et que malheureusement nous vivons toujours. Et que nous devrions encore vivre si l'institut n'existait pas. La République tchèque est un pays dans lequel on ne peut rien garder secret. Il y aurait de toute façon quelqu'un pour trouver des documents tels que ceux concernant Kundera et ils n'échapperaient donc pas à sa divulgation."

Mladá fronta dnes - République tchèque | 30.07.2008

Travail de mémoire en République tchèque

On a rendu public ces jours-ci les dossiers des anciens services communistes d'espionnage militaire de Tchécoslovaquie et les noms des personnes qui y sont consignés ont été mis en ligne. Entre autres, quatre députés en fonction ainsi que des militaires haut placés y figurent. Quant à savoir s'ils étaient en réalité des indics ou bien des victimes des informateurs de la police secrète, les dossiers ne le disent pas. "Ces informations sont malgré tout intéressantes", commente le quotidien libéral Mladá fronta DNES. "Pas pour les noms. Mais plutôt parce qu'elles révèlent la profondeur du cloaque dans lequel le régime communiste nous a mené. ... Attendons que les députés du Parlement aient ouvert toutes les archives, comme ils nous l'ont promis. C'est le meilleur usage que l'on puisse en faire."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu