Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Friedman, Thomas


RSS S'abonner aux textes de "Friedman, Thomas" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 4 articles de l'auteur.


La Repubblica - Italie | 04.11.2014

L'EI diffuse les informations qu'elle veut

Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont indiqué avoir repris le contrôle du champ gazier de Chaer, dans la province syrienne de Homs. Le groupe terroriste a publié sur les réseaux sociaux plusieurs photos montrant notamment le drapeau de l'organisation flotter sur le champ gazier. De telles informations doivent être accueillies avec prudence, juge Thomas L. Friedman dans le quotidien de centre-gauche La Repubblica : "La conquête brutale de larges pans de l'Irak et de la Syrie par l'EI a été émaillée du rapt et de la décapitation de journalistes. Le moindre journaliste occidental qui s'aventurerait dans un territoire contrôlé par l'EI le ferait au péril de sa vie. L'absence durable de reporters dans les territoires contrôlés par l'EI nous est fortement préjudiciable. Il est impossible de répondre à des questions fondamentales. En effet, l'EI ne dit via Twitter et Facebook que ce qu'elle veut que nous sachions et dissimule tout le reste. Il faut donc prendre avec prudence les nouvelles véhiculées à propos de cette guerre, quelle que soit la tonalité adoptée. Sans journalistes indépendants sur place, il faudra se préparer à des surprises. On ne peut rien savoir si l'on n'est pas sur le terrain."

La Repubblica - Italie | 12.09.2013

Un Hitler au Proche-Orient, pas de Churchill en Occident

Seule une intervention extérieure pourra résoudre la crise syrienne, explique Thomas L. Friedman, chroniqueur du New York Times, dans le quotidien de centre-gauche La Repubblica : "Quand on atteint un tel degré de délitement de la société et de l'Etat dans un pays aussi pluriethnique et multiconfessionnel que la Syrie, on ne peut espérer pouvoir diriger ou engager un changement au pouvoir. … Pour y parvenir, il faudrait une sage-femme, un Mandela ou bien une armée bénéficiant de la confiance de la population (comme en Egypte). … Comme la Syrie n'a ni Mandela, ni armée digne de confiance, il faudra faire appel à une sage-femme étrangère. Je peux comprendre pourquoi les volontaires ne se bousculent pas, mais le Conseil de sécurité de l'ONU devra se pencher sur la question à un moment donné, faute de quoi la Syrie deviendra l'Afghanistan de la Méditerranée. Il faut donc saluer la disposition d'Obama à défendre un principe important dans cette région chaotique. Mais il faut aussi saluer le peuple américain. Il exprime à nos dirigeants une vérité importante : il est difficile de s'opposer aux Hitler du Proche-Orient quand on n'a pas de Churchill dans le camp opposé."

La Repubblica - Italie | 12.06.2012

Thomas L. Friedman sur les limites de la révolution Facebook en Egypte

En Egypte aura lieu les 16 et 17 juin le second tour des élections présidentielles, lors duquel s'affronteront le candidat des Frères musulmans et un ancien membre du régime Moubarak. Une douche froide pour les activistes "Facebook" du soulèvement, analyse le journaliste américain Thomas L. Friedman dans une tribune au quotidien de centre-gauche La Repubblica : "Qu'est-il advenu de la 'révolution Facebook' ? Le réseau social a assurément aidé une certaine classe d'Egyptiens éduqués à répandre le mot d'ordre de la révolution de la Place Tahrir. Mais au final, la politique se résume toujours à deux vieux préceptes : le leadership et la capacité à accomplir les choses. Quand il a fallu en revenir là, l'armée égyptienne et les Frères musulmans se sont révélés plus efficaces que la génération Facebook. De façon certaine, Facebook, Twitter et la blogosphère sont des outils de communication et d'expression vraiment révolutionnaires qui ont révélé des voix nombreuses et convaincantes. Dans le meilleur des cas, ils sont en train de changer la nature de la communication politique et des informations. Dans le pire des cas, ils peuvent devenir des dérivatifs trompeurs à l'action réelle."

La Repubblica - Italie | 05.05.2011

Thomas Friedman sur la fin de l'idéologie d'Al-Qaida

L'idéologie du réseau terroriste Al-Qaida pourrait disparaître après la mort d'Oussama Ben Laden, estime le journaliste américain Thomas L. Friedman dans le quotidien de centre-gauche La Repubblica. Le printemps arabe est un mouvement qui s'oppose clairement à l'idéologie du terrorisme : "Le Ben-Ladenisme est né d'un pacte faustien entre les pays consommateurs de pétrole et les dictateurs arabes. Nous - Europe, Amérique, Inde, Chine - avons traité le monde arabe comme une accumulation de stations-service, et nous avons tous envoyés le même message de base aux pétro-dictateurs : continuez de nous approvisionner en pétrole, maintenez des prix raisonnables, ne dérangez pas trop Israël et vous pourrez traiter vos peuples comme vous le voulez - nous ne dirons rien. … Ce déficit de liberté, d'émancipation des femmes et d'éducation a alimenté un profond sentiment d'humiliation parmi les Arabes sur l'ampleur de leur retard, une volonté profonde de contrôler leur propre avenir et un sens aigu d'injustice dans leur vie quotidienne. Le plus frappant dans les révolutions arabes, en Egypte et en Tunisie notamment, c'est leur nature presque apolitique, dénuée de toute idéologie. Elles ont été motivées par des aspirations humaines primordiales pour la dignité, la justice et le contrôle de son destin."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu