Navigation

 
Important :
Vous vous trouvez sur le site des archives euro|topics. Vous pouvez consulter notre revue de presse quotidienne à l´adresse www.eurotopics.net.

Home / Liste des auteurs


Belz, Nina


RSS S'abonner aux textes de "Belz, Nina" sous forme de fil RSS


Dans la revue de presse européenne, euro|topics a cité jusqu'à présent 4 articles de l'auteur.


Neue Zürcher Zeitung - Suisse | 07.01.2016

La Chine continuera de protéger la Corée du Nord

La Corée du Nord a annoncé mercredi le succès de son premier test de bombe à hydrogène. Une annonce qui a suscité les récriminations et les menaces des Etats-Unis et de la Corée du Sud. Pékin continuera malgré tout de protéger Pyongyang, estime le quotidien libéral conservateur Neue Zürcher Zeitung : "La patience des Chinois est à bout, car ils ne peuvent eux non plus se sentir à l'aise, à côté d'un voisin qui amorce des bombes H sans le moindre avertissement. A ceci s'ajoute le fait que les rapports quasi amicaux entretenus avec le régime de Kim Jong-un se sont rafraîchis. Jusqu'à maintenant, Pékin était prête à payer le prix fort pour le risque sécuritaire dans le pays voisin, désireuse d'éviter à tout prix un effondrement de la Corée du Nord. Car ceci donnerait aux Américains, l'allié le plus proche de la Corée du Sud, la possibilité d'étendre sa sphère d'influence dans la région jusqu'à la frontière chinoise. … Il est donc fort probable que Pékin continue de faire le dos rond, et que ce petit jeu incendiaire se poursuive."

Neue Zürcher Zeitung - Suisse | 15.09.2015

Réfugiés : les limites de l'hospitalité allemande

L'accueil des réfugiés par l'Allemagne a ses limites, souligne le quotidien libéral-conservateur Neue Zürcher Zeitung : "Il est vrai que cela met un bémol à la belle histoire quand on émet des doutes sur la persévérance des Allemands dans leur élan de solidarité. Or entretemps, même ceux qui ont fait des dons d'habits ou qui enseignent l'allemand aux réfugiés commencent à se demander - tout doucement - de quelle manière les nouveaux arrivants transformeront le pays. … L'impressionnante solidarité s'arrêtera dès lors que les gens auront le sentiment qu'on rogne sur leur liberté. Pour certains, ce seuil de tolérance est déjà atteint quand le gymnase du quartier est inaccessible pendant des mois parce qu'il fait office d'hébergement d'urgence. Pour quelqu'un qui vit des aides sociales et qui a du mal à nourrir sa famille, la générosité de l'Etat envers les réfugiés est difficilement compréhensible. Le degré de résilience d'une société est un facteur imprévisible. Il n'est pas proportionnel à la richesse économique. S'il est difficile de bien gérer les peurs diffuses dans la société, les ignorer ne saurait être la solution."

Neue Zürcher Zeitung - Suisse | 11.07.2013

Juncker peut encore revenir

Le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, a annoncé sa démission, mercredi, devant le Parlement. Les socialistes, partenaires de la coalition, lui avaient retiré leur soutien en raison de son rôle dans l'affaire des services secrets. A juste titre, argumente le quotidien libéral-conservateur Neue Zürcher Zeitung, même si cela ne signifie pas la fin de la carrière politique de Juncker : "Juncker devait être au courant que quelque chose clochait au sein des services secrets. Il avait dû apprendre que l'ancien directeur de l'agence l'avait personnellement espionné. Au lieu de limoger des fonctionnaires, il a joué la montre et attendu deux ans pour agir. … Si Juncker avait initié des réformes dans l'agence, dans le but d'apaiser l'opinion publique, il aurait sûrement pu s'épargner ces vives accusations. Mais Juncker est un vieux routier de la gestion de crise. … Sa manœuvre habile, consistant à anticiper la motion de défiance au Parlement et à proposer la dissolution de ce dernier, lui donne de réelles chances d'être réélu dans quelques mois. Il dispose en effet d'un important soutien populaire."

Neue Zürcher Zeitung - Suisse | 08.09.2012

L'Europe au cœur des débats néerlandais

Mercredi, les Néerlandais éliront un nouveau Parlement. Avec leur campagne eurosceptique, le Parti pour la liberté des populistes de droite et les socialistes avaient progressé dans les sondages avant de marquer à nouveau le pas. Débattre intensément de l'Europe peut être avantageux pour les Pays-Bas, estime le quotidien libéral-conservateur Neue Zürcher Zeitung : "Les enquêteurs ont constaté que l'Europe est devenue le thème de préoccupation principal des Néerlandais pour la première fois depuis huit ans. Les Pays-Bas, membre fondateur de l'UE et longtemps moteur de l'intégration et partisan de la discipline financière, semblent désormais remettre en question leurs relations avec l'UE. … Pour Bruxelles et notamment pour l'Allemagne, cela dérange que la gauche autant que la droite attirent les antieuropéens en leur proposant des alternatives supposées au 'diktat de Bruxelles'. … On ne discute pas [de l'Europe] que sur les côtes de la mer du Nord. Mais cela se remarque davantage aux Pays-Bas, toujours associés à la tolérance et à la connaissance du monde. Les débats, même s'ils sont parfois acerbes, aident à se faire une image de soi-même. Et jusqu'à maintenant, il n'a jamais été question dans l'histoire de cette nation commerciale de se replier sur soi."

» Liste des auteurs


Google+ LinkedIn Digg Delicious Academia.edu

D'autre contenu